Vous souhaitez travailler avec nous ? Découvrez nos services ➡️ 

Mode in Belgium

Le webzine lifestyle conscient belge

Éco-anxiété : zoom sur ce phénomène contemporain 

Peur du futur et sentiment d’impuissance face aux conséquences du réchauffement climatique. L’éco-anxiété touche de plus en plus de personnes, particulièrement au sein des jeunes générations. On en parle.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
éco-anxiété, manifestation, foule

Vous êtes sensible à la cause environnementale ? Les conséquences certaines et de plus en plus présentes du réchauffement climatique vous angoissent et vous font parfois reconsidérer vos perspectives d’avenir ? Vous êtes alors probablement, comme beaucoup d’entre nous, victime d’éco-anxiété. 

On parle aussi, de “solastalgie” qui se définirait comme “une forme de souffrance et de détresse psychique ou existentielle causée par les changements environnementaux passés, actuels ou attendus, en particulier concernant la destruction des écosystèmes et de la biodiversité, et par extension le réchauffement climatique.” (source

Une peur du futur chez les jeunes générations

Cette angoisse quant à l’avenir de la planète, et donc de manière directe de notre propre avenir, fait partie des maux propres à notre société contemporaine. En effet, depuis quelques années il devient constamment plus difficile de fermer les yeux sur la réalité du réchauffement climatique et ses conséquences. Enfin, si certains y arrivent encore, nous sommes de plus en plus nombreux à faire face à la réalité, particulièrement chez les jeunes adultes. Il ne s’agit plus d’une inquiétude réservée à une minorité de “hippies marginaux”. 

De nombreux jeunes se considèrent aujourd’hui éco-anxieux. Certains subissent cette angoisse plus intensément que d’autres avec un sentiment profond de déprime et de souffrance. Un état qui incite même plusieurs à revoir leurs envies pour l’avenir comme, par exemple, avoir des enfants. 

Les personnes privilégiées davantage touchées par l’éco-anxiété

A noter également que l’éco-anxiété semble plus présente chez les personnes éduquées et de classes sociales supérieures, que l’on pourrait aussi appeler “privilégiées” (sans émettre de jugement sur ce terme). Un fait qui peut être facilement expliqué mais dont il ne faut pas faire une généralité. De plus, malheureusement, les citoyens qui n’ont pas le “luxe” de se soucier des questions environnementales au quotidien sont et seront probablement les premiers impactés par les conséquences du désastre écologique.  

Une éco-anxiété justifiée par les rapports scientifiques du GIEC

Des peurs et angoisses qui sont totalement fondées lorsqu’on prête attention aux rapports émis par le GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, un organisme ouvert à tous les pays membres de l’Organisation des Nations unies. Catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes, sécheresses, famines, migrations,… Le dernier rapport en date est clair : les conséquences du réchauffement climatique concernent tout le monde sur la planète et devraient être plus graves qu’attendues initialement. Un programme donc peu réjouissant qui ne fait que renforcer ce climat général d’éco-anxiété chez les jeunes. 

De l’anxiété mais pas que

On parle d’éco-anxiété pour désigner cette impuissance face aux désastre climatique et à la dégradation de l’environnement mais l’anxiété n’est pas le seul sentiment qui peut être évoqué. La colère, la tristesse, la peur… et même la souffrance en font bien souvent tout autant partie. Un lot de ressentis qu’il n’est pas toujours facile à gérer au quotidien. 

Comment gérer l'éco-anxiété

Il ne s’agit peut-être pas d’une maladie reconnue par l’organisation mondiale de la santé (OMS), l’éco-anxiété grandissante des citoyens n’en est pas moins prise au sérieux par certains spécialistes de la psychologie. Certains thérapeuthes ou autres coach se spécialisent dans ce domaine pour les personnes qui ressentent le besoin de se faire accompagner de manière professionnelle et peut-être trouver des solutions concrètes. C’est notamment le cas de Isabelle Giraldo, une belgo-colombienne installée dans le nord de l’Allemagne qui a quitté son job dans l’architecture pour devenir facilitatrice de pleine conscience et éco-thérapeute. “Je t’aide à transformer tes “contre quoi je me bats” (une lutte qui nous épuise) en “pour quoi je me lève” (une motivation qui nous met en action)”, peut-on lire sur son site internet.

Pour d’autres éco-anxieux.ses, ce sont des cercles de paroles ouverts à tous qui leur apportent du réconfort. La méditation peut également être un beau moyen de gérer ses émotions et de s’apaiser l’esprit. Finalement, l’activisme, même à son échelle, est bien entendu également un autre moyen de faire face à la situation. 

Quoi qu’il en soit, si ce phénomène vous touche particulièrement et vous pose problème au quotidien, n’hésitez pas à en parler autour de vous. Vous n’êtes pas seul.e.s. Le partage et l’échange à ce sujet avec d’autres personnes peuvent déjà être d’une grande aide.

Lire aussi … 

➡️Ces solutions écolos qui ne sont pas tellement écologiques

➡️Bilan carbone : on fait le point pour 2021

Dans cette catégorie...

Les derniers articles

Nous suivre

illustration upcycling

Upcycling, quand la mode devient circulaire

Transformer un essui de bain en crop top ou une paire de rideaux en tailleur ? Tout est possible avec l’upcycling, une tendance de la mode circulaire. Zoom sur cette pratique éco-friendly comme on aime.