Catégories
Mode

Comment adopter la slow fashion ?

Gaspillage des ressources, utilisation de substances chimiques et nocives, productions polluantes, dégradation de l’eau potable, exploitation de la misère sociale, etc. les dessous de l’industrie textile font froid dans le dos. A cela, il faut ajouter le nombre exorbitant de vêtements qui finissent en déchet. On considère que chaque seconde l’équivalent d’un camion-poubelle de textile est enfoui ou brûlé (avec les conséquences écologiques qui vont avec !). Seul.e.s les consommateurs.trices  ont le pouvoir de faire évoluer les pratiques de l’industrie en revoyant ses habitudes d’achat, notamment en consommant moins mais mieux.

1. Réfléchir sa consommation

Acheter moins, mais mieux, c’est ce que propose le slow fashion. L’idée est d’avoir une réelle prise de conscience quant aux effets dévastateurs de l’industrie textile. La solution ? Ralentir et réfléchir. Avant chaque achat, posez-vous quelques questions : n’ai-je pas déjà un article similaire ? Est-ce que je peux porter cet article plus d’une fois ? En ai-je besoin ? Pourrais-je le trouver ailleurs dans un circuit plus responsable ? Est-ce que je l’aime vraiment ou est-ce un achat compulsif ? N’hésitez pas à prendre quelques jours pour y répondre. Plus tard, si l’envie est toujours là, faites vous plaisir. Si non, vous venez d’économiser quelques euros. 

2. Valoriser ce que l’on a déjà

Votre dressing est plein à craquer et pourtant vous n’avez rien à vous mettre. Pour y remédier, commencez par un grand tri. Séparez les habits que vous aimez revêtir des autres et gardez les. Parmi ceux que vous ne portez plus, réfléchissez si vous pouvez leur offrir une nouvelle vie. La customisation, l’upcycling, la modernisation ou simplement l’ajustement font des merveilles. Pour les autres, pensez à les donner ou revendre. Votre penderie semblera comme neuve.

Upcy’chic : la plateforme en ligne éco-responsable

3. Opter pour la seconde-main

Friperies, vide dressing, brocantes, sélection vintage, troc, site de revente, location, etc. Il existe mille façons de ne plus acheter neuf. La seconde main a l’avantage d’être respectueuse de l’environnement mais aussi de faire des économies. De plus, les pièces d’occasion proviennent généralement d’anciennes collections qui ne sont plus produites. Look unique garanti.

4. Choisir des marques éthiques

De plus en plus de marques se positionnent de façon plus écologique et éthique. Elles peuvent investir dans des procédés moins riches en eau, utiliser des fibres recyclées ou créer leurs collections à partir de chutes de tissus. D’autres enseignes se concentrent sur le respect des travailleurs (et de leur rémunération) en localisant leur production en Europe ou (encore mieux) en Belgique. 

5. Choisir des pièces durables

L’idée est de choisir des pièces qualitatives qui vont perdurer. Privilégiez les articles intemporels en fibres naturelles et/ou recyclées afin de pouvoir les réutiliser au fil des années et des modes. N’hésitez pas à travailler votre style, en misant sur un vestiaire minimaliste mais malin et en investissant dans quelques pièces fortes et des accessoires sympas. 

6. Derniers conseils

  • Repérer les indices

Premier indice : le lieu de vente. Les enseignes de fast fashion cachent rarement de pièces réellement éco-responsables. Contrairement à d’autres boutiques qui ne jurent que par le slow fashion ! En plus, c’est un bon moyen de relancer l’économie locale #Achetonsbelge.

Second indice : l’aspect générale. Si un vêtement ne semble pas qualitatif, il ne l’est sûrement pas. 

Troisième indice :  le prix. Les pièces produites en Asie sont beaucoup moins chères mais indiquent rarement une rémunération juste. Néanmoins, un prix élevé ne signifie pas nécessairement respect de la main d’œuvre ! N’hésitez pas à regarder le lieu de fabrication. 

Quatrième indice : la présence de labels et de certifications. Cependant, il faut les comprendre. Certains se concentrent sur le respect des conditions de travail, l’absence animale dans le processus de fabrication et d’autres sur le caractère écologique. Choisissez-les selon vos convictions et préférences. 

  • Follow des slow fashion gourous

On ne va pas se mentir. Les influenceurs qui organisent des haul H24 d’enseignes de fast-fashion ne vont pas nous aider à consommer moins et mieux. Entourons-nous créateurs et créatrices de contenus passionné.e.s par la mode éthique et responsable. Ils.elles partagent leurs bons plans, leurs meilleures adresses, leurs trouvailles et leurs créations. Les plus manuel.le.s publient même des tutos de coutures ou d’upcycling afin que leurs followers suivent le mouvement. Et ça donne envie ! 

7. Ne pas culpabiliser

Le plus important est de vouloir progresser, pas d’être parfait.e. Chacun avance à son rythme et selon ses convictions. Bien s’habiller doit rester un plaisir, surtout si c’est avec style et éco-responsabilité.

Laetitia Bindji 

Dans cette catégorie...

Catégories
Lifestyle Mode

Atome Boutique, le concept store éthique à découvrir absolument

UNE BOUTIQUE ENGAGÉE

« En faisant votre shopping chez Atome, vous prenez soin du monde de demain »

Atome est une boutique – atelier éthique qui propose des vêtements, bijoux, accessoires, cosmétiques naturels et produits zéro déchets, principalement pour femmes, à Ath. Elle est également une vitrine pour créateurs et un atelier événementiel. Tenue par Alisson depuis 3 ans, cette boutique vous offre l’opportunité de faire du shopping de manière plus consciente et responsable.

Chez Atome, vous êtes certains de faire de jolies découvertes. Alisson met un point d’honneur à dénicher des marques et créateurs qu’on ne voit pas toujours partout. Elle apprend à les connaître et se fait un plaisir de vous raconter l’histoire derrière chaque création disponible dans sa boutique. 

Très attachée à ses valeurs, Alisson souhaite garder ce contact humain et réellement collaborer avec les artisans, pour leurs produits mais également pour leur personnalité. Elle privilégie la mode éthique, au niveau des matières et/ou avec une production en petites séries. Pour les accessoires et la décoration, elle privilégie un maximum des créations uniques. 

UN LIEU DE PARTAGE

Atome n’est pas juste un magasin, c’est également un espace pour prendre son temps, découvrir de nouveaux produits, se laisser tenter par une pièce unique, s’asseoir autour d’un café et discuter avec Alisson, profiter du moment présent. Avec une ambiance décontractée et chaleureuse, tout y est pour un moment shopping agréable et de qualité.

Lors de notre visite nous avons pu flâner dans la boutique et découvrir, à chaque passage, quelque chose que nous n’avions pas vu au départ. Il y a beaucoup d’articles, de toutes tailles, de tous genres et il y en a pour tous les goûts, et tous les budgets! En effet, contrairement aux idées reçues, les créateurs éthiques ne sont pas toujours synonyme de prix élevés…

UNE GÉRANTE PASSIONNÉE

Alisson est très attentionnée envers ses clients et n’hésite pas à aller vers eux pour les aider à trouver la perle rare qui leur conviendrait le mieux. Artiste dans l’âme, elle se lance dans la création d’Atome en 2018 poussée par ses ambitions et ses différents voyages à l’étranger. Elle souhaite permettre aux créateurs d’avoir une vitrine mais aussi, permettre aux acheteurs de découvrir de nouveaux concepts, toujours dans l’esprit éthique et responsable. Alisson a voulu créer un endroit pour établir de vrais liens avec les autres, cozy et authentique, parfait pour apprendre à prendre le temps. Les marques, créateurs, artisans ou encore artistes, avec lesquels elle travaille ne sont pas choisis par hasard. Il est important qu’ils partagent les mêmes valeurs qu’elle.

©Atome Boutique

Le petit plus : un e-shop est en préparation, comme ça plus d’excuses si vous n’habitez pas près de Ath pour shopper les dernières découvertes éthiques d’Alisson. 

Article écrit avec Natty Di Vito (Stagiaire) 

*article sponsorisé

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

YCCA, l’e-shop pour une mode responsable

AMITIÉ, FRUSTRATION ET ENVIE D’ENTREPRENDRE

Derrière Ycca, se cachent Alicia et Laura. Les deux amies se sont rencontrées lors de leur premier job. Une amitié qui se développe et qui aujourd’hui a donné naissance à Ycca.

Alicia est ingénieur de gestion tandis que Laura se dédie à la physique, pas grand-chose en commun en termes professionnels. Pourtant, elles ont toutes les deux cette envie d’entreprendre, de créer quelque chose qui a du sens.

L’idée de l’e-shop vient rapidement et va répondre à un besoin : celui d’une mode plus responsable. Toutes les deux aiment s’habiller, faire les magasins, dénicher de jolies pièces et ont souvent été confrontées à des déceptions et des frustrations.

« Ycca est un e-shop pour une mode une plus responsable, avec des marques qui répondent à des valeurs. Nous voulons que la mode qu’on vend soit la mode de la normalité. », explique Alicia.

LA MODE SELON YCCA

Les marques sélectionnées par Ycca doivent au minimum répondre à une des valeurs suivantes :

  • Local
  • Manufacture verte
  • Recyclé – Upcyclé
  • Biologique
  • Equitable
  • Vegan
femme robe à carreaux
© Ycca (Robe Wasted Atelier)

« Les marques respectent au minimum une valeur mais finalement il y en a toujours plus d’une, car c’est une approche cohérente au niveau responsable que nous prônons » ajoute Alicia.

Ycca veut aussi rendre l’accès à ces marques plus facile pour tous ! Alicia nous a d’ailleurs raconté une anecdote intéressante : « Au début, Laura m’a dit qu’on ne pouvait pas faire car il n’y a pas de marques écoresponsables, comment va-t-on faire pour en trouver ? » raconte la jeune femme. Et si, il y en a, mais c’est vrai qu’il faut chercher minutieusement et surtout déjouer les tours de greenwashing de certaines !

« Avec Ycca, on souhaite vraiment rendre la mode responsable plus facile et être une alternative pour une mode élégante qui respecte nos valeurs » ajoute enfin Alicia.

Un autre défi de la mode responsable est le prix. En effet, nous sommes conditionnés à des prix souvent « ridicules » et ne connaissons plus le « vrai » prix de production d’un vêtement. C’est souvent l’un des freins les plus importants dans la transition. Les marques qu’Ycca a sélectionnées pratiquent des prix justes et raisonnables, qui fabriquent des pièces faites pour durer dans le temps.

Le petit plus qu’on apprécie sur l’e-shop : la recherche peut s’effectuer soit par catégories, par créateurs ou par valeurs !

NOTRE SÉLECTION DE PIÈCES

sac à main rouge
SAC AUDREY MINI ROUGE EN CUIR ÉCORESPONSABLE
femme combinaison à fleurs
COMBINAISON COURTE JADE À FLEURS EN COTON BIO ET TENCEL
femme pull rose et pantalon beige
PULL SOHO OVERSIZE ROSE PÂLE EN COTON BIO
chaussures blanches
BASKETS G-SOLEY EN CUIR ÉCO BLANC CASSÉ

Dans cette catégorie...

Catégories
Beauté Mode Société

Ces influenceuses belges qui ont lancé leur propre marque

MARTINE COSMETICS BY GAËLLE GARCIA DIAZ

Gaëlle est une des influenceuses belges les plus connues avec plus d’un million d’abonnés sur Youtube et Instagram. C’est grâce à Martine, son alter-égo un brin vulgaire, provocante mais complètement attachante qu’elle s’est fait un nom sur les réseaux sociaux. Qu’on l’adore ou qu’on la déteste, on lui tire notre chapeau pour sa marque de cosmétiques qui cartonne depuis sa sortie en 2018. Martine cosmetics est une marque cruelty free qui mise sur des produits de qualité en gardant l’humour décalé de sa créatrice. On peut donc trouver des palettes avec les doux noms de « petite tchoin », « grosse tchoin » ou encore « douce tchoin » dont les fards sont ultra pigmentés. Il y a aussi des rouges à lèvres, eye-liners, mascaras et autres produits dont les noms sont tout aussi colorés que les produits.

gaëlle garcia diaz
© Martine Cosmetics

ACEANDGLOW BY AMANDINE (THESPARKLEFLAKE)

Amandine est une blogueuse mode et lifestyle qui partage depuis plus de 5 ans ses conseils mode, ses expériences, ses voyages et ses humeurs sur son blog The Sparkle Flake. C’est en mai 2019 qu’elle a concrétisé un projet qui lui tenait à cœur : Ace & Glow. Amandine a toujours voulu devenir styliste et a finalement réalisé son rêve en créant sa marque de foulards. Ces derniers sont tous fabriqués à la main en Belgique et sont inspirés de ses voyages. En effet, elle choisit les tissus de soie directement dans le pays qui donnera son nom à chaque collection. Le résultat ? Des foulards simples aux motifs intemporels, parfaits à nouer dans nos cheveux ou pour accessoiriser nos tenues au quotidien.

© Aceandglow

THEWILDGIRLSHOP BY VANESSA (THEWILDGIRLBLOG)

Vanessa, The Wild Girl, a lancé son blog en 2012 où elle parle de sujets qui la touchent, mais aussi de mode, de voyage et de lifestyle. Elle est maintenant suivie par plus de 30 000 personnes sur Instagram avec qui elle partage son univers à travers des photos colorées aux montages originaux. Mais son rêve, depuis qu’elle est petite, est de créer sa propre marque de vêtements. C’est en partie ce qu’elle a fait en créant son e-shop, The wild girl shop, qui se divise en trois parties. Dans la première, elle vend ses trouvailles vintages qu’elle a elle-même déniché en Europe. La seconde est constituée de basiques de la garde-robe personnalisés avec la wild touch. Et on retrouve des accessoires réalisés par Vanessa elle-même dans la troisième partie du shop. Le tout donne un endroit où trouver des pépites éthiques, made in Europe, inspirés du style de Vanessa.

© Thewildgirlshop

VALKIERS JEWELLERY BY SOFIE VALKIERS

Sofie Valkiers est une réelle influenceuse/femme d’affaires. Avec presque 500 000 abonnés sur son compte Instagram, son blog mode et lifestyle Fashionata, son livre « Little black book » et sa marque de bougies et cosmétiques Sanui, la belle anversoise est une réelle source d’inspiration. Mais elle ne s’est pas arrêtée là et a lancé en 2019 sa marque de bijoux en or 18 carats. Colliers, boucles d’oreilles et bagues en or jaune, blanc ou rose, sertis de diamants rappellent tout le raffinement de la joaillerie belge. Les bijoux sont modernes et intemporels, signés par le V de valkiers et l’étoile inspirée des bijoux que portait sa maman, qui est le symbole de sa première collection.

sofie valkiers
© Valkiers jewellery

FIFTY SHADES OF RACISM BY GAËLLE VAN ROSEN

Cette fois, ce n’est pas une marque à proprement parlé mais un mouvement positif créé par Gaëlle Van Rosen. En 2018, suite à une agression raciste, la jeune femme métissée a décidé de parler en vidéo de son expérience et de créer Fifty shades of racism où elle invite toute personne victime de racisme à témoigner. Comme la jeune femme l’explique, c’est très difficile d’obtenir justice lorsqu’on est victime d’actes discriminatoires et elle veut changer les choses. Le but du mouvement est d’en finir avec le racisme ordinaire tout en prônant la multiculturalité. En 2019, juste avant les élections du 26 mai, une opération a été mise en place à Bruxelles avec Inside out project. 500 visages de bruxellois aux origines diverses ont été affichés sur le Mont des arts. Mais le mouvement opère surtout à travers les réseaux sociaux où chacun peut raconter son histoire en taggant #FSOR et #fiftyshadesofracism.

fifty shades of racism
© Fifty shades of racism

Marjorie Laforge

Dans cette catégorie...