Vous souhaitez travailler avec nous ? Découvrez nos services ➡️ 

Mode in Belgium

Le webzine lifestyle conscient belge

Catégories
Mode

Les labels de mode éthique et éco-responsable à connaître

Les labels de mode sont des certifications qui garantissent l’engagement des marques et des usines qui produisent les vêtements. Composition, impact environnemental, conditions de travail, procédés de fabrication et rémunération des employés font l’objet d’une analyse minutieuse. Malheureusement, les marques de fast-fashion ont bien compris le pouvoir de ces labels de mode. Ils s’auto-attribuent alors des certifications créées de toutes pièces dans le but de tromper le consommateur. Il est donc alors important de savoir reconnaître les vrais labels des faux pour ne pas se faire avoir. 

Qu’est-ce qu’un label ?

Un label est une marque protégée qui est associée à un produit. Celui-ci est délivré par une organisation publique, parapublique, une organisation professionnelle ou une association. Pour obtenir un label, le produit doit répondre à un ensemble d’exigences. Ce label garantit la qualité, l’origine ainsi que les conditions de fabrication du produit. Les labels ne prouvent pas qu’une marque est éthique à 100% et l’absence de label ne veut pas dire que le produit n’est pas durable. En effet, la labellisation coûte cher et certaines marques n’ont pas les moyens de se la payer. Il est donc important de se renseigner avant de boycotter une marque.

Les Labels de mode éthique auxquels être attentifs

GOAT

Label GOAT pour Global Organic Textile Standard garantit le respect de l’environnement ainsi que des conditions de travail dignes pour les employés. De plus ce label certifie que le produit n’atteint pas la santé de ceux et celles qui le portent. Pour recevoir ce label, les marques doivent prouver :

  • L’absence de produits chimiques nocifs dans le produit
  • L’intégration d’au moins 70 % de fibre écologique 
  • La réduction de la consommation d’eau et d’énergie 
  • Un bon traitement des déchets 
  • L’interdiction de produits chimiques toxique pour l’environnement
  • La qualité écologique de l’ensemble de la chaîne de production 
  • Des conditions de travail qui respectent les conventions de l’Organisation

100 by Oeko-Tex

Le standard 100 by Oeko-Tex garantit l’absence (ou la concentration limite) des substances chimiques nocives pour la santé. Ce label ne concerne que le produit fini. Il ne vérifie pas les procédés de fabrication ou les conditions de travail. Pour pallier ce manquement, Oeko-tex a créé “Made in Green by Oeko-Tex”. Cette certification garantit l’absence de produits chimiques dangereux, mais aussi les procédés de fabrication qui doivent être respectueux de l’environnement et des droits humains. 

Global Recycled Standard

Le Global Recycled Standard (GRS) certifie que les produits sont réalisés à partir d’au moins 50% de matériaux recyclés et que le produit a été créé dans le respect des critères environnementaux et sociaux. 

PETA

L’association PETA pour Ethical treatment of Animal se bat pour protéger le droit et la dignité des animaux. La certification Peta garantit que les produits ne contiennent aucune matière animale et que ceux-ci n’ont pas été testés sur les animaux. Le label est accordé après une auto-déclaration du fabricant qui paie pour pouvoir l’utiliser.

Fair Wear

La Fair Wear Foundation est une organisation qui vérifie que les conditions de travail sont décentes. Pour recevoir ce label, les entreprises doivent :

  • Ne pas faire travailler d’enfants
  • Assurer la sécurité des travailleurs au sein de l’entreprise
  • Payer correctement ses salariés
  • Ne pas avoir recourt à de la discrimination (sexe, nationalité, handicap, etc. ) 
  • Assurer des horaires de travail décents

Fairtrade

Le label Fairtrade assure que les ingrédients sont issus du commerce équitable. La production, la transformation et la commercialisation doivent répondre aux standards Fairtrade. Ce label permet aussi aux producteurs locaux et aux coopératives d’avoir un prix juste et stable pour leurs produits. De bonnes conditions de travail et des critères écologiques sont indispensables pour obtenir la certification Fairtrade.

B-Corp

Le Label B-Corp est donné aux entreprises qui répondent aux exigences sociétales, environnementales et de transparence envers le public. B-Corp signifie “Benefit Corporation” qui désigne une société qui à des effets bénéfiques sur le monde en étant rentable.

Cette liste de label n’est pas exhaustive. Il en existe encore de nombreux d’autres que vous pouvez découvrir sur le site Infolabel. L’objectif est de ne pas se laisser tromper par les faux labels que s’auto-octroient les marques de fast-fashion et ainsi ne pas tomber dans le piège du greenwashing

➡️

Sources : LabelinfoWedressfair 

Article rédigé par Aline Jottard, stagiaire

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Le blazer : son histoire et sélection chez les marques belges

Ça y est, c’est la rentrée. Back to school ou back to work, il y a du changement dans la garde-robe. On met généralement (et si on en a envie!) les petites robes de vacances et les mini short en jeans de côté pour ressortir des pièces plus classiques comme, par exemple, le blazer ! Depuis des années maintenant, le blazer s’impose comme un basique incontournable de tout dressing, homme ou femme d’ailleurs. 

Peut-être portez-vous déjà des blazers très régulièrement, mais connaissez-vous leur histoire ? 

Le blazer

Commençons peut-être par définir exactement ce qu’est un blazer. Lorsqu’on demande à notre grand ami Wikipedia, voici sa réponse : “le blazer est une veste croisée semblable à celle d’un complet-veston généralement taillée dans un tissu bleu foncé et ornée de boutons-écussons métalliques.” (source) Assez classique comme définition mais cela correspond bien à l’idée de base. Aujourd’hui, cette pièce est devenue un incontournable de la mode et se décline de bien des façons. On lui retrouve généralement ces points communs: une veste type costume ou uniforme, un col à revers, quelques boutons et des poches.

© Résultats Google Images pour “blazer”, le 6 septembre 2022

L’histoire du blazer

Il semblerait que l’origine exacte du blazer porte à discussion. En effet, on lui attribue son origine dans les vestes de costume “habit de cour” de l’époque de Louis XIV, le style dandy, ou encore les vestes de club nautique pour le blazer droit, l’uniforme militaire pour le blazer croisé… Le magazine Vogue, quant à lui, parle d’une création en 1885 par l’anglais John Redfern. Bref, son origine n’est pas claire et à l’air multiple mais on s’accordera plutôt pour affirmer que cette veste intemporelle appartenait au départ au vestiaire classique masculin. Mais il a rapidement intégré les garde-robes des femmes courant des 19ème et 20ème siècle avec les ensembles tailleurs, d’abord avec jupe et ensuite pantalon. 

Depuis, s’il est resté très présent dans les costumes classiques des hommes, du côté de la mode pour femme le blazer s’est détaché du style traditionnel et se décline sous toutes sortes de formes pour plaire à tous les tyles : oversized, masculin, cintré et ajusté, en ensemble tailleur, en robe, avec ou sans manche,… 

 

Un symbole d’empowerment des femmes

Le blazer est aussi apparu dans le dressing féminin comme un emblème de révolution féministe. En effet, la coupe initialement vue comme masculine du blazer est un moyen pour les femmes, à travers leur style, de s’approprier une forme de pouvoir. On est alors dans les années 60, après la Seconde Guerre mondiale. Le blazer se retrouve dans toutes les collections des grandes maisons de couture : Dior avec un tailleur chic traditionnel, Chanel avec élégance, Courrèges avec une silhouette dynamique ou encore Yves Saint Laurent avec le smoking. 

Aujourd’hui encore, pour beaucoup de femmes, porter le blazer est un moyen d’afficher une sorte de pouvoir, avec un côté très “girl boss”. 

Même si, on vous l’accorde, on ne devrait pas avoir à porter des vêtements “masculins” pour se donner du pouvoir… Mais c’est un autre débat… 

➡️Le féminisme a encore sa place ! 

Notre sélection de blazers 100% marques belges

Si vous ne l’avez pas encore adopté, cette rentrée 2022 est peut-être l’occasion de sauter le pas, vous le regretterez pas ! Le blazer est ultra confortable, pratique, à la fois chic et décontracté, et s’associe avec presque tout votre dressing de façon intemporelle. 

Pour l’occasion, voici notre sélection de blazer chez les marques belges pour la rentrée 2022. 

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Le guide des matières éco-responsables: vers une mode plus durable

Une matière éco-responsable se définit principalement par son faible impact environnemental. Elle peut être naturelle ou en partie naturelle et même recyclée. Si, en plus, les moyens de production de cette matière sont éthiques, c’est un vrai combo gagnant. Faisons le point. 

Mode éthique, mode éco-responsable, matière recyclée ou upcyclée, tout un jargon que nous tentons d’apprivoiser à partir du moment où l’on s’intéresse à la mode plus durable. Pour en savoir plus sur ce vocabulaire, découvrez notre Glossaire de la mode éthique et responsable

L’impact environnemental de nos vêtements

On le répète très souvent, l’industrie textile est très polluante. Aujourd’hui, de plus en plus de marques mais également de consommateurs se tournent et s’intéressent à la slow fashion. Un tournant nécessaire si l’on souhaite changer les choses et agir pour notre planète (chacun à son échelle, évidemment). 

L’une des premières choses à prendre en compte dans la mode est la matière première utilisée. Celle-ci va être déterminante dans le calcul de l’empreinte environnementale que va laisser le vêtement. Pour que ce dernier soit éco-responsable, il est nécessaire d’opter pour des matières naturelles ou recyclées peu polluantes. Et oui, rappelons quand même que le polyester (le petit favori de la fast fashion) est obtenu à partir de dérivés du pétrole tandis que le lin ou le chanvre d’une plante … Mais attention, fibre naturelle ou végétale ne signifie pas non plus un sans faute. Certaines matières, comme le coton, demandent de grandes quantités d’eau et il faudra privilégier les labels biologiques pour éviter l’ajout de substances chimiques. De plus, certaines marques jouent également sur les pourcentages de tissus biologiques et recyclés pour camoufler la matière principale qui est elle synthétique. 

Outre la matière première, il est également important de prendre en compte les moyens de production (dont les procédés de traitement et de teinture des tissus), le lieu et les conditions de travail. Pour savoir comment reconnaître une marque éthique et éco-responsable, consultez cet article. La clé ? L’étiquette et la transparence de la marque envers les consommateurs. 

Les matières naturelles et à base de fibres naturelles

Les fibres naturelles peuvent être d’origine végétale ou animale. On distingue aussi les tissus à base de fibres naturelles dont de nouvelles matières ultra innovantes fabriquées à partir de cellulose. 

Le lin

Le lin est une des matières les plus éco-responsables. En effet, en plus de demander très peu d’eau pour pousser, peu d’entretien et pas ou peu de pesticides, le climat français et belge lui convient parfaitement. Utilisé dans l’habillement, le lin est un tissu à la fois léger, résistant et thermorégulateur idéal pour les vêtements du quotidien. 

Le lin biologique

Si le lin est déjà une matière très écolo de base, il se peut que les productions standards utilisent quelques produits chimiques pour faciliter sa production et son traitement. Optez pour du lien BIO est un petit pas supplémentaire vers l’éco-responsabilité de cette matière. 

Le chanvre

Le deuxième grand gagnant de l’éco-responsabilité : le chanvre. Le chanvre est une plante qui a tout bon et qui compte de nombreuses utilisations ! En cosmétiques, en cuisine et même dans le monde du textile, cette plante est à privilégier. Le chanvre est également cultivé en France et en Belgique (entre autres) et demande, elle aussi, très peu d’eau. 

Notre article complet sur le chanvre : Le chanvre textile, un tissu écologique à adopter

Petite mise en garde concernant le lin et le chanvre, essayez d’être attentif au pays où le vêtement est confectionné. Le lin ou le chanvre peut venir de France mais être envoyé en Asie pour être transformé et renvoyé en Europe pour être vendu.

Le liège

Le liège est de plus en plus utilisé dans le monde de la mode éco-responsable, bien souvent en maroquinerie pour les sacs, portefeuilles et autres accessoires. Le liège provient de l’arbre chêne-liège, un arbre qui ne meurt pas lorsqu’on enlève son écorce et qui se régénère et ce, sans aucun traitement chimique. Cet arbre pousse dans les pays méditerranéens comme l’Espagne, l’Italie et le Portugal. 

Le coton biologique

Le coton traditionnel, bien que ce soit une matière naturelle, n’est pas pour autant éco-responsable. Cette matière représente 25% de la production textile mondiale et est cultivée en Inde, Turquie, Chine et USA. Elle demande à la fois beaucoup de chaleur mais également d’eau, en (très) grande quantité ainsi que des produits chimiques pour son traitement. Si vous faites le choix du coton, il vaut mieux privilégier le coton biologique  (généralement certifié GOTS) qui assure que la production soit faite sans produit polluant et dans le respect des travailleurs. 

La laine naturelle

D’origine animale, la laine naturelle est une matière à la fois éco-responsable et pratique. Les vêtements en laine ne demandent que peu d’entretien. En effet, elle est thermorégulatrice et antibactérienne et il est conseillé d’éviter de la laver à la machine. Elle est également biodégradable. 

Attention, faites bien attention à la provenance de la laine. Certains labels certifient une méthode de production respectueuse du bien-être animal. 

Toutes les infos sur la laine naturelle dans notre article dédié : La laine naturelle, notre allié pour l’hiver !

Le tencel ou Lyocell

Le Tencel est la marque déposée du Lyocell développée par la société autrichienne Lenzing. 

Alternative éco-responsable à la viscose, cette matière est composée de fibres artificielles produites à partir de la pulpe des arbres. La pulpe de l’arbre doit être dissoute dans un solvant naturel ce qui permet d’obtenir la fibre. Ce solvant est ensuite recyclé, ce qui en fait un processus 100% éco-responsable, contrairement à la viscose traditionnelle. Idéalement, il est conseillé de choisir les tissus avec le label FSC (qui assure une gestion des forêts responsable). Le tencel est idéal pour les vêtements techniques et de sport car il est très respirant et absorbe l’humidité. 

On trouve également parfois le nom Ecovero, le petit frère du Tencel, presque comparable à la soie. 

La viscose, une matière artificielle polluante

Le Tencel est souvent décrit comme une alternative positive à la viscose, une matière artificielle très répandue dans le monde de la mode car très résistante, facile à teinter et qui s’adapte à toutes les coupes. La viscose est obtenue à partir de la cellulose de bambou ou de coton transformée par un procédé très chimique (à base de sulfate de soude et d’acide citrique, des produits non recyclés ni recyclables) et gourmand en eau. 

Le modal

Également un concept lancé par l’entreprise autrichienne Lenzing, le modal est fabriqué à partir de cellulose de bois de hêtre transformé en tissu par un procédé chimique. Le gros plus de cette matière est qu’elle peut être recyclée à 99% et sa production demande très peu d’eau. Le modal est très doux et souple et il va le plus souvent être utilisé pour les sous-vêtements. 

Comme pour le tencel, il faut être attentif à l’origine du bois utilisé pour la création du modal.

Le cuir au tannage végétal et les cuirs vegans

Le tannage est le procédé par lequel la peau animale est transformée en cuir. Traditionnellement, ce procédé se réalise avec des du chrome, un produit loin d’être éco-friendly. Aujourd’hui, de plus en plus de marques éco-responsables optent pour le tannage végétal à l’aide d’écorce, de bois et de feuilles. 

Pour une alternative au cuir sans exploitation animale, pensez aux cuirs végétaux qui ont de plus en plus la cote. Obtenus à partir d’ananas, de raisins ou encore d’eucalyptus qui sont à la fois moins chers à produire et évitent l’élevage animal destiné à ces fins.

Les matières recyclées

Polyester recyclé

Le polyester classique est sans doute une des fibres les plus polluantes qui existent dans le monde du textile, un allié incontestable de la fast fashion. Résistante et légère, elle ne se froisse pas et sèche rapidement. Elle a tout d’une matière idéale sauf qu’elle provient d’un dérivé du pétrole (environ 1,5 kg de pétrole = 1 kg de polyester). Les vêtements produits à partir de cette matière vont rejeter tout au cœur du cycle de leur vie des micro particules de plastique qui finissent directement dans la nature. 

Néanmoins, on peut également trouver sur le marché du polyester recyclé. Kesako ? Il s’agit de tissu obtenu à partir d’autres déchets textiles ou de recyclages de bouteilles en plastique par exemple. Ce processus permet de réduire l’empreinte écologique des vêtements. Il n’est pas rare de trouver des combinaisons de matières dans un même habit avec X % de polyester recyclé, X % de lin, etc. 

Nylon recyclé

Le nylon est également une fibre synthétique très polluante. De nouveau, l’innovation a permis de mettre en place certains procédés de recyclage du nylon pour obtenir une fibre plus éco-responsable. Econyl par exemple, est une marque déposée par une entreprise italienne qui recycle les déchets plastiques des océans pour en faire des fibres nouvelles. Cette matière est principalement utilisée dans les maillots de bain car elle est à la fois élastique et résistante. Attention, il s’agit toujours d’une matière synthétique qui rejette des microparticules. Mais cela de façon bien moindre que pour du nylon ou du polyester classique. 

Le problème des fibres synthétiques

Polyester, acrylique, nylon, élasthanne, .. en regardant l’étiquette de nombreux vêtements on trouve ces noms bien connus de l’industrie textile. Les matières synthétiques ont vu le jour dans les années 40 mais n’ont été démocratisées que 30 ans plus tard. Fibres adorées de la fast fashion, elles sont bon marché et faciles à travailler. Pourtant, leur production est l’un des procédés les plus polluants du 21e siècle. Le polyester (et les autres) est obtenu à partir de pétrole (une ressource première limitée …) transformé en fibre (la polymérisation) par un lourd processus rejetant une quantité astronomique de CO2. Cerise sur le gâteau, les agents chimiques utilisés pour fabriquer les matières synthétiques sont éliminés au fur et à mesure des lavages de nos vêtements. 

Caoutchouc recyclé

Utilisé bien souvent pour les semelles de chaussures de marque engagée, le caoutchouc recyclé permet d’éviter l’exploitation de matière neuve inutilement. Le caoutchouc naturel est obtenu à partir du latex de l’arbre hévéa, une culture très controversée tandis que le caoutchouc synthétique à partir de pétrole, tout aussi controversé et encore plus polluant !  Les déchets de caoutchouc sont fréquents : pneus de voiture et de vélo, anciennes semelles de chaussures, … les réutiliser apparaît comme une solution éco-responsable et économique. 

Une mode plus durable est possible et cela passe entre autre par le choix de matières éco-responsables. 

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Dressing minimaliste : 4 conseils à adopter

Un intérieur toujours rangé et une décoration toute blanche, une penderie avec 3 t-shirts impeccables qui pendent, une étagère avec 2 livres et 1 lampe … vous avez peut-être une vision un peu réductrice du mode de vie minimaliste (ou idéalisée selon les points de vue). 

Pourtant, le minimaliste se définit surtout par un art de vie à adopter pour se recentrer sur l’essentiel et ne posséder que ce dont on a besoin. Et, nous avons chacun des besoins différents ! 

1. Établir ses propres règles

Adopter un dressing minimaliste n’implique pas de se débarrasser de l’intégralité de ses vêtements. Certaines personnes optent pour la méthode de 333, c’est-à-dire avoir une garde-robe composée de 33 pièces que l’on change tous les 3 mois selon les saisons. D’autres encore vont choisir de tourner autour du chiffre 7 avec 7 hauts, 7 bas et 7 accessoires. On parle également de garde-robe capsule quand toutes les pièces du dressing peuvent être associées entre elles. 

Mais, surtout, c’est à vous d’établir vos propres règles ! Que vous souhaitiez conserver 30 ou 50 pièces dans votre dressing, l’idée est de garder l’essentiel, ce que vous êtes sûr de porter régulièrement. 

2. Trier sa garde-robe

C’est le moment de trier sa garde-robe … Cela va vous permettre d’y voir un peu plus clair. A la Marie Kondo, gardez les pièces que vous mettez régulièrement et celles qui vous rendent heureux.ses. Pour les autres, on vous donne nos conseils dans cet article : “Que faire des vêtements que l’on ne porte plus?« . 

Si vous avez un doute sur une pièce, vous pouvez utiliser la méthode des cintres : alignez tous les cintres du même côté et lorsque vous portez un vêtement, retournez-le … Vous verrez rapidement quelle pièce vous ne portez pas. 

3. Trouver son style

En connaissant votre style et en sachant les pièces que vous aimez et dans lesquelles vous vous sentez bien, ce sera plus facile d’adopter un dressing minimaliste. Si ce n’est pas clair pour vous, posez-vous quelque temps et faites le point, regardez votre garde-robe et déterminez les pièces que vous adorez et que vous portez le plus souvent, ont-elles quelque chose en commun ? Cela vous aidera dans vos futurs achats. Vous pouvez également faire appel à une conseillère en image ou faire une analyse colorimétrique. 

Notez que votre style peut aussi évoluer dans le temps, restez à l’écoute de vos envies et besoins.  

➡️Best Self : un programme d’image personnelle pour refléter qui vous êtes vraiment

4. Faire des achats conscients

Adopter une attitude minimaliste suppose de tendre vers des achats intentionnels et réfléchis et tenter de réduire (voire oublier) les achats impulsifs. 

Après avoir trié votre garde-robe et fait le point sur votre style, questionnez-vous sur ce dont vous avez vraiment besoin et privilégiez les pièces intemporelles et indémodables. Et pour chaque achat, posez-vous quelques questions : n’ai-je pas déjà un article similaire ? Est-ce que je peux porter cet article plus d’une fois ? En ai-je besoin ? Pourrais-je le trouver ailleurs dans un circuit plus responsable ? Mais attention, l’important est de vouloir progresser et pas d’être parfait.e ! 

➡️Mode belge : ces marques à suivre 

➡️Tendances printemps-été 2022 : les indémodables 

Doit-on encore le répéter ? “Acheter moins mais mieux” est notre adage favori ! 

Prêt.e.s à adopter un dressing minimaliste ? 

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Les applications de mode éco-responsable

Imaginez-vous en plein shopping, vous craquez pour une marque mais vous ne trouvez rien de concret sur l’impact environnemental de celle-ci.  Ou bien devant votre garde-robe désespéré de trouver une tenue sympa à mettre aujourd’hui sans craquer pour un nouvel achat. Pas de panique, toutes ces applications de mode éco-responsable vont vous rendre la vie plus facile !

GOOD ON YOU

Good on you, c’est une application super pratique qui permet de découvrir, sur une échelle allant de 1 (étant « à éviter) à 5 (étant « excellent »), l’impact environnemental de telle ou telle marque. Il suffit de rentrer dans la barre de recherche le nom de l’enseigne et l’application vous fournira toutes les informations qu’elle a pu trouver. Le petit plus de cette appli est qu’elle propose des marques alternatives qui sont classées « excellentes ». Quand on est en plein shopping, pouvoir vérifier rapidement l’impact environnemental d’une marque de façon fiable, c’est vraiment un plus !

Pour le petit instant célébrité, l’application est fortement soutenue par Emma Watson. L’actrice de Harry Potter, extrêmement engagée en termes de mode durable, est devenue une source incontournable en termes d’idées et de conseils lorsqu’il s’agit de protéger notre planète et ses êtres vivants. Une personne à suivre sur les réseaux si on cherche un peu de motivation pour passer à une mode durable !

30 WEARS

Si vous avez besoin d’un petit peu de motivation pour passer à une mode durable, le défi « 30 wears » de l’application, du même nom, est faite pour vous ! Cette plateforme vous challenge de porter 30 fois le même vêtement. De cette façon, vous vous rendez compte à quel point, parfois, on ne porte qu’une ou deux fois un habit avant de s’en débarrasser. L’application a pour but de faire réfléchir les gens lorsqu’ils achètent une pièce en se posant systématiquement la question : « est-ce que je vais porter ce vêtement au moins 30 fois ? ». 

SAVE YOUR WARDROBE PACK ET PLAN

Le slogan de cette application la résume assez bien : « Votre garde-robe numérique pour un avenir de mode plus durable ». Save Your Wardrobe est une véritable alliée en termes de mode éco-responsable. Elle vous invite à construire votre dressing numérique et vous aide à imaginer des tenues en fonction de ce que vous possédez déjà. Vous avez un assistant à tout moment avec cette application, car celle-ci vous prodigue des conseils personnalisés en fonction de votre style, de votre calendrier et de la météo. L’application fonctionne avec des partenaires, favorables aux initiatives durables, pour être la plus complète possible. Grâce à eux, vous pouvez réparer, nettoyer à sec ou encore faire don de vos vêtements en un seul clic ! Si un petit matin vous ne savez pas quoi mettre, n’hésitez pas et tester ce que cette app a à vous offrir comme idée !

Clear Fashion

Clear Fashion est une application basée sur le même principe que Yuka. Il vous suffit de scanner le code-barres Clear fashion score sur les vêtements dont vous souhaitez connaître l’impact environnemental. Le but de Clear fashion est de fournir une étiquette indépendante pour que vous puissiez vous faire une vraie idée de l’impact environnemental des marques. Le petit hic avec cette application, c’est qu’il n’y a encore pas beaucoup de marques qui se sont lancées, et donc Clear fashion n’est pas encore une application très pertinente. Mais ils sont en train de faire campagne pour que le plus de marques possibles affichent leur Clear fashion score. À noter que pour l’instant l’application n’est pas disponible en Belgique, mais l’app est en pleine évolution, donc affaire à suivre… 

Toutes ces applications de mode éco-responsable ne sont pas belges, mais elles sont malgré tout super utiles pour apprendre à consommer mieux. On espère qu’avec elles, votre shopping durable s’avère moins compliqué à faire !

 Aline Vlasselaer

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Tendances printemps-été 2022 : les indémodables

On a décrypté les défilés des collections printemps-été 2022. Voici ce qu’on en retient de meilleur et surtout, de plus indémodable. On fait le point sur les pièces à adopter pour des looks tendance, mais durables.  

Les tendances printemps-été 2022

Le débardeur

Commençons par la pièce la plus basique et en même temps la plus efficace : le débardeur. Prenez un débardeur blanc et un jean et vous avez la tenue la plus indémodable de tous les temps. Le débardeur existe pour tous les styles. Il y en a de toutes les couleurs, du pur basique au plus extravagant. Bref un indispensable pour lequel on fonce tête baissée.

La robe

Qui dit printemps-été dit retour des beaux jours. Les robes deviennent alors nos meilleures alliées. Qu’elles soient longues ou courtes, on peut dire que c’est un indispensable à avoir dans sa garde-robe. Mention spéciale à la robe ample qui arrive aux chevilles et qui donne un style bohème parfait pour l’été.

Le blazer

Une autre tendance qui s’est installée depuis des années est le blazer. Ou encore mieux, le total look, l’ensemble de costume. Ici aussi, on n’hésite pas à le porter de différentes façons. Que ce soit la version classique avec le blazer et le pantalon ou alors la version un peu plus légère avec un short ou une jupe. C’est facile à enfiler, pas prise de tête, mais ultra efficace.

© Pinterest

Slow fashion et tendances, c’est compatible ?

Eh bien, la réponse est oui ! Vous l’aurez peut-être remarqué, mais chaque année certaines tendances reviennent. Ou alors elles disparaissent un petit temps pour mieux revenir. Car il ne faut pas l’oublier, la mode est cyclique. Et ça nous arrange plutôt bien parce que ça veut dire que trouver notre bonheur en friperie, ou sur les sites de secondes mains c’est totalement possible ! Et en plus d’économiser de l’argent, on trouve une pièce unique qu’on ne verra pas sur tout le monde. 

Il existe de plus en plus d’alternatives eco-responsables aux magasins de fast fashion, la seconde main mais aussi les marques éthiques qui produisent localement, souvent un peu plus chères mais pour les bonnes raisons. Découvrez plus bas notre sélection 100% belge.

➡️Une mode éthique pas chère, oui c’est possible !

Comment savoir s’il s’agit d’une micro tendance ou pas ?

Les micros tendances sont des tendances qui apparaissent via les réseaux sociaux ou la culture pop, dont on est assailli pendant 1 semaine, 1 mois, 3 mois et puis, plus rien ! Un des meilleurs exemples sont les séries et une en particulier, la série « Emily in Paris ». Le personnage principal de la série à un style bien à elle, et il n’a pas fallu 2 semaines après la sortie de la série pour qu’on puisse retrouver en magasin ou sur internet des outfits similaires. Mais force est de constater que toutes les tendances liées à la série ne sont déjà (quasi) plus des tendances actuelles…

C’est pareil avec Tik Tok. Ce réseau social est le pire en termes de micro tendance. Vous allez vous faire bombarder d’un vêtement ou un accessoire en particulier et vous ne verrez plus que ce manque dans votre garde-robe. Avouons-le, qui ne s’est jamais fait avoir ? 

Dans une note plus actuelle, le festival Coachella qui se déroule actuellement aux États-Unis donne subitement envie à tout le monde de porter des paillettes et des hauts transparents. Alors pour une soirée pourquoi pas, mais, on vous parie que dans quelques semaines cette tendance sera passée !

Si vous avez envie d’un haut un peu hors du commun de temps en temps n’hésitez pas à demander à une copine si elle n’a pas une pièce sympa à vous prêter ou alors investissez dans un top de soirée qui s’accordera avec le reste de votre garde-robe.

Notre sélection 100% Belge

En vous sélectionnant le meilleur des tendances, on vous a par la même occasion sélectionné les magasins belges où vous pourrez choper ces indispensables pour l’été.

Conclusion : rester fidèle à sois même

En réalité, la seule manière de ne pas se faire avoir, c’est de rester fidèle à soi-même. Si vous connaissez votre style et que vous savez ce que vous portez ou pas, il sera d’autant plus facile de ne pas se laisser tenter. Quand on connaît son style, on risque beaucoup moins, d’acheter sur un coup de tête, et de ne porter l’achat qu’une ou deux fois. Il suffit de se faire confiance et de répondre honnêtement à la question : « est-ce que je vais le mettre ? ».

➡️Dressing minimaliste : 4 conseils à adopter

Article écrit par Aline Vlasselaer

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Une mode éthique pas chère, oui c’est possible !

S’habiller de façon éco-responsable n’est pas toujours réservé aux personnes ayant un gros budget. Il est possible d’adopter une mode éthique et pas chère au quotidien.Voici 4 raisons pour lesquelles porter des vêtements éthiques n’est pas spécialement plus coûteux que la fast-fashion. 

1. La mode de seconde main, pas chère et circulaire

La façon la plus économique de renouveler sa garde-robe tout en évitant la fast-fashion est probablement la seconde main. Vide dressings, vinted, friperies, magasins vintage,… Il existe toutes sortes de façon de se procurer des vêtements en deuxième main, quel que soit votre style. Les achats de seconde main sont éco-responsables car ils permettent de donner une seconde vie aux pièces qui ne servent plus à leur premier propriétaire. C’est donc une façon circulaire de consommer la mode. On adhère!

➡️Notre sélection de friperies à Anvers

➡️Notre sélection de friperies à Bruxelles

➡️5 sites pour shopper du vintage 

2. La location de vêtement, pour des look variés sans culpabilité

De plus en plus connue et adoptée pour des tenues de soirées, la location de vêtement est également une alternative aux achats compulsifs qui ne vous serviront que trop peu. Il existe de plus en plus de solutions de location de vêtements du quotidien qui vous permettent de varier vos tenues de tous les jours tout en limitant votre impact sur l’environnement et les populations. 

Et puis… Il y a aussi l’option “homemade” : du troc, temporaire ou non, avec des copines. Pourquoi pas finalement ? 

3. Acheter durable : pas cher sur le long terme

Bien sûr, acheter une pièce neuve chez une marque de mode éthique et durable c’est souvent un petit investissement. Comme nous l’expliquions déjà dans notre article “3 fausses croyances sur la mode éthique”, les vêtements conçus de manière éco-responsable sont normalement faits pour durer dans le temps, comme un investissement. Refaire sa garde-robe tous les ans nous revient sûrement plus cher car un t-shirt acheté à 10€ a de fortes chances d’être difforme après 3 lavages. Ce qui est rarement le cas pour une pièce de qualité, plus chère, mais fabriquée avec un savoir-faire et de belles matières. Acheter durable, c’est également l’occasion d’adopter une consommation réfléchie et consciente, avec des pièces de mode qui nous ressemblent et dont on a réellement besoin.

4. Changer de point de vue : il y a toujours quelqu’un qui paye le prix

Lorsqu’on achète une pièce de fast-fashion à un prix très avantageux, il ne faut pas perdre de vue qu’il y a bien quelque part quelqu’un qui paie le prix plein à un moment. C’est peut-être rabat-joie comme discours mais c’est réaliste et nécessaire. Un t-shirt à 10€, ne peut pas être juste “pas cher”. Il coûte tout d’abord à la planète avec son impact écologique désastreux mais aussi à des humains qui sont exploités dans la chaîne de production. 

La fast-fashion n’est peut-être pas chère pour le consommateur final mais elle est extrêmement chère à un niveau social et environnemental. Il est tentant de fermer les yeux sur cette réalité lorsqu’on repère “une petite robe à fleurs trop mignonne”. Ca nous arrive à tous.tes, nous ne sommes pas là pour vous jeter la première pierre. Tâchons juste de garder les yeux ouverts le plus souvent possible et d’agir en conscience.

Lorsqu’on achète un vêtement éthique et éco-responsable, cela coûte un certain prix, mais au moins personne ne paie à notre place. C’est peut-être comme ça qu’il faut percevoir les choses. Sous l’angle du prix juste, non la mode éthique n’est pas chère. 

➡️Mode belge : ces marques à suivre 

Dans cette catégorie...

Catégories
Société

Un Noël éco-responsable : nos idées repas, mode et cadeaux

Chacun a son échelle, avec des petits gestes, nous pouvons contribuer à un Noël éco-responsable. Voici nos conseils : 

Un repas de Noël local

On a souvent des habitudes et traditions familiales en ce qui concerne le repas de Noël. Mais qui a dit qu’on ne pouvait pas en mettre certaines en question ? Commençons tout d’abord par choisir des ingrédients locaux et de saison. Pensez peut-être à faire vos courses via des producteurs locaux. De plus en plus d’alternatives existent pour acheter local et varié facilement. On vous conseille notamment La Ruche Qui Dit Oui, si vous ne connaissez pas.

Ensuite, pourquoi ne pas envisager un repas entièrement végétarien ? Cela peut sembler étonnant pour les fêtes mais si votre entourage est ouvert à cette idée, cela pourrait vous permettre de découvrir de nouvelles recettes délicieuses et de faire un beau geste pour l’environnement et les animaux.

Nous avons été en repérage chez nos foodies belges et nous avons repéré les nuggets vegan de potimarron par Franek, les toasts poires & Herve par Alia ou encore les aubergines rôties au four par Morane.

Une fête fashion, mais slow

Pour les grandes occasions telles que Noël, on apprécie généralement se mettre sur son 31. Paillettes, petite robe noire, noeud papillon,… Nous sommes beaucoup à porter des vêtements réservés à ce type d’occasion. Des pièces qui dorment ensuite dans nos placards pendant des mois, voire des années. Et si on pensait à la location de vêtements ? De plus en plus de concepts de location de tenues de fêtes existent et cela permet de varier ses tenues de fêtes sans surconsommer! Autre alternative : la seconde main. Qui dit seconde main ne veut pas spécialement dire vieux t-shirt qui sent le grenier. Un tas de boutiques et d’e-shop de seconde main et vintage sont à votre disposition pour vous dénicher de super pièces. Un peu d’upclycling et vous voilà avec un look d’exception! Finalement, il reste bien entendu l’option de s’habiller chez des créateurs locaux. En bref, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets.

Des cadeaux réfléchis et/ou zéro-déchet

Les cadeaux de Noël sont bien entendu un aspect important lorsqu’on pense à rendre Noël plus éco-responsable. En effet, les emballages et les innombrables cadeaux inutiles qui finissent au fond des placards ne sont pas spécialement ce qu’on souhaite pour des fêtes de fin d’année respectueuses de l’environnement, et de l’humain.

Dans un premier temps, l’idée est d’éviter d’offrir pour offrir. Pourquoi ne pas envisager un système de « cacahuète »/secret santa ? Un système de plus en plus répandu qui consiste à fixer un budget et ensuite chacun tire un nom à qui il devra offrir un beau cadeau. L’idée est d’offrir moins mais mieux.

Ensuite, pour les emballages, favorisons la récup’. Avez-vous déjà remarqué que des emballages en papier journal peuvent être esthétiques ? Ensuite, il y a la méthode furoshiki qui est de plus en plus adoptée par les adeptes du zéro-déchet. Le furoshiki est une technique traditionnelle japonaise qui consiste à plier et nouer du tissu pour emballer des cadeaux (ou différents objets du quotidien pour leur transport).

Quant aux cadeaux eux-mêmes, plusieurs options s’offrent à nous : homemade, non matériels, éthiques,…

➡️Ces solutions écolos qui ne sont pas tellement écologiques

Cadeaux DIY fait main

Depuis quelque temps, le “fait main” est à nouveau très valorisé. Beaucoup d’entre nous se sont reconnectés avec leur créativité et prennent du plaisir à créer avec leurs mains. Peinture, poterie, bricolage, bougies,… Votre entourage serait certainement ravi de recevoir quelque chose que vous avez fabriqué avec amour et créativité. Pinterest regorge d’idées originales et nous vous conseillons tout particulièrement le blog I Do It Myself où Céline nous partage une tonne d’idées DIY super jolies et pour tous les niveaux.

Cadeaux immatériels

Quoi de plus écologique qu’un cadeau qui n’existe pas matériellement. Une idée qui n’est pas nouvelle mais qui est pourtant souvent laissée de côté : le cadeau “expérience”. Nous pensons par exemple à une sortie culturelle comme un cinéma, une pièce de théâtre, un concert, une exposition,… Cela plaît à beaucoup de personnes et c’est également un bon moyen de soutenir le secteur culturel qui a beaucoup souffert ces derniers temps. Plein d’autres options de cadeaux immatériels existent : restaurant, escape game, citytrip, staycation,… Difficile de ne pas trouver de quoi faire plaisir à quelqu’un. 

Cadeaux éthiques

Le concept de cadeau éthique peut englober une tonne d’idées cadeaux. Un cadeau responsable de par son origine (fabrication, matériaux,…) peut être éthique. Mais également un cadeau qui sera utile et rentabilisé sur le long terme. L’idée générale reste de penser durable. On souhaite faire des achats conscients et aller à contre-courant des cadeaux par dizaines, inutiles et oubliés dès le 26 décembre. Oublions le pouvoir d’achat et voyons plutôt ça comme le pouvoir d’agir. 

A travers cet article nous espérons avoir pu nous partager quelques pistes pour profiter d’un Noël inoubliable sans culpabilité écologique. Ce sont de petits gestes, on vous l’accord, mais ne serait pas ça aussi la magie des fêtes? De petits gestes pour un monde (et un avenir) meilleur. 

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Mode et accessoires : nos idées de cadeaux pour femme

Vêtements

A la rédac’, on aime les jolies pièces, les vêtements qui durent dans le temps, tendance et intemporels. A coup sûr, vous marquerez les esprits et ferez plaisir avec ces 3 marques 100% belge. 

méson, le dressing upcyclé

Ensemble Augustine - ©méson

méson est le fruit de la passion pour la mode engagée de deux jeunes femmes créatives en quête d’un projet ayant du sens. Elles décident de récupérer les textiles de la maison (serviettes, draps, rideaux et autres) destinés à être jetés pour en faire des vêtements et accessoires stylés ! La marque s’articule autour de 5 piliers fondamentaux : une production 100% belge, l’upcycling (càd “redonner de la valeur aux matériaux et objets destinés à être jetés”), la précommande, la transparence et l’économie circulaire. Les collections capsules s’articulent autour des pièces de la maison. De notre côté on craque pour l’ensemble Augustine créé à partir de draps de lit (et cet ensemble se décline aussi au masculin!). On nous dit dans l’oreillette que la 3e capsule est maintenant disponible ! 

Clairantine, des pièces délicates en soie

Bercée depuis son plus jeune âge dans le stylisme et la création, Clairantine décide d’en faire son métier. Elle confectionne de manière artisanale des pièces de mode et accessoires en soie et coton recyclé, teintées naturellement à partir de pigments végétaux. Elles utilisent ainsi des matières premières qui respectent la nature et notre peau. 

Si au départ, ses créations étaient exclusivement dédiées aux enfants, Clairantine s’adresse aujourd’hui également aux femmes. La pièce phare de son dressing ? Le kimono en pure soie élégant et féminin. 

De plus, Clairantine collabore aussi avec d’autres créateurs pour faire des pièces uniques, créer des collections originales et stylées.

Kimono Lune rousse - ©Clairantine

Lucid, la marque qui révolutionne la mode éthique et responsable

Honet t-shirt femme - ©Lucid

Lucid est la définition même de la slow fashion: des vêtements éthiques et responsables composés de matières respectueuses de l’environnement et de l’homme; des basiques à avoir dans notre garde-robe; faits pour être durables. La mission de Lucid est de créer des vêtements sans créer de problème. La marque travaille de manière 100% transparente en affichant clairement les matières utilisées et leur provenance et la production. Lucid utilise du coton et polyester recyclé labellisés GRS tissés en France et sourcés dans le sud de l’Espagne tandis que la confection a lieu en Belgique, dans un atelier de travail adapté. Un sans faute pour cette jeune marque belge qui n’a rien à cacher et compte bien faire bouger le monde de la mode. Coup de coeur pour le t-shirt blanc ceintré HONET

Accessoires

Les accessoires sont à la mode ce que les épices sont à nos plats préférés. Bien choisis, ils peuvent apporter énormément. Trousses, sacs à main, bijoux,… Voici quelques marques belges, conscientes et éthiques pour des cadeaux de Noël réussis. 

Nagal, des pochettes pour prendre soin de nos bijoux

Les trousses Nagal sont le cadeau idéal pour les adeptes de bijoux. Ultra pratiques, elles permettent de trier et transporter bagues, colliers, bracelets et boucles d’oreilles dans une seule pochette et sans les emmêler. Depuis un an, Nagal connaît de plus en plus d’adeptes, ce qui pousse Tina, la créatrice, à se surpasser au quotidien pour faire évoluer sa marque engagée. 

La fabrication est assurée par une entreprise belge qui possède un atelier en Tunisie. Les créations Nagal y sont confectionnées de façon qualitative, avec passion et minutie. 

Il existe deux tailles de trousse ainsi que de nombreuses couleurs, de quoi satisfaire tout le monde. En prenant soin de nos bijoux avec les pochettes Nagal, qui les protègent de la lumière et évitent qu’ils s’abîment, on s’inscrit dans une démarche de durabilité.

Shiness, des bijoux de qualité, éclectiques et accessibles à tous

Des bijoux 100% artisanaux imaginés et conçus de A à Z par Inès et son compagnon Florian, joaillier de formation. Shiness c’est un savoir-faire de qualité mais aussi des matériaux recyclés soigneusement sélectionnés : argent, vermeil, or 18 carats blanc ou jaune,… et même de l’or 9 carats pour pouvoir vous proposer de l’or massif à moindre prix ! En effet, le projet Shiness est de proposer des créations artisanales de qualité… et accessibles à tous. Inès et Florian soutiennent la philosophie “acheter moins, mais mieux”. Ils proposent même le paiement en 3 ou 4 fois, sans frais. Une marque locale, durable et humaine qui mérite son succès.

arts2be, quand la haute maroquinerie rencontre l’art

L’élégance inspirée par l’art”, telle est la devise de arts2be. Une marque de haute maroquinerie lancée par Sophie Ruelle. Le concept ? Des sacs à main, trousses et autres accessoires en cuir, de haute qualité, et avec une touche d’art. Chaque pièce est imprégnée d’une œuvre d’un artiste belge ou européen, ce qui la rend unique. En effet, la marque mise sur des produits rares, intemporels, élégants et légèrement extravagants, qui plairont aux amateurs d’art haut en couleur. 

Sacs à main, pochettes, trousses de toilette, étuis à lunettes,… de toutes les couleurs. La gamme est large et variée en termes de style. Il y en a pour tous les goûts. 

Avec ces idées, vous êtes (quasi) sûrs de faire plaisir tout en soutenant une marque belge ! 

*article sponsorisé

Article écrit avec Julie Mortier

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Comment adopter la slow fashion ?

Gaspillage des ressources, utilisation de substances chimiques et nocives, productions polluantes, dégradation de l’eau potable, exploitation de la misère sociale, etc. les dessous de l’industrie textile font froid dans le dos. A cela, il faut ajouter le nombre exorbitant de vêtements qui finissent en déchet. On considère que chaque seconde l’équivalent d’un camion-poubelle de textile est enfoui ou brûlé (avec les conséquences écologiques qui vont avec !). Seul.e.s les consommateurs.trices  ont le pouvoir de faire évoluer les pratiques de l’industrie en revoyant ses habitudes d’achat, notamment en consommant moins mais mieux.

1. Réfléchir sa consommation

Acheter moins, mais mieux, c’est ce que propose le slow fashion. L’idée est d’avoir une réelle prise de conscience quant aux effets dévastateurs de l’industrie textile. La solution ? Ralentir et réfléchir. Avant chaque achat, posez-vous quelques questions : n’ai-je pas déjà un article similaire ? Est-ce que je peux porter cet article plus d’une fois ? En ai-je besoin ? Pourrais-je le trouver ailleurs dans un circuit plus responsable ? Est-ce que je l’aime vraiment ou est-ce un achat compulsif ? N’hésitez pas à prendre quelques jours pour y répondre. Plus tard, si l’envie est toujours là, faites vous plaisir. Si non, vous venez d’économiser quelques euros. 

➡️Mode belge : ces marques à suivre

2. Valoriser ce que l’on a déjà

Votre dressing est plein à craquer et pourtant vous n’avez rien à vous mettre. Pour y remédier, commencez par un grand tri. Séparez les habits que vous aimez revêtir des autres et gardez les. Parmi ceux que vous ne portez plus, réfléchissez si vous pouvez leur offrir une nouvelle vie. La customisation, l’upcycling, la modernisation ou simplement l’ajustement font des merveilles. Pour les autres, pensez à les donner ou revendre. Votre penderie semblera comme neuve.

Upcy’chic : la plateforme en ligne éco-responsable

➡️Upcycling, quand la mode devient circulaire

3. Opter pour la seconde-main

Friperies, vide dressing, brocantes, sélection vintage, troc, site de revente, location, etc. Il existe mille façons de ne plus acheter neuf. La seconde main a l’avantage d’être respectueuse de l’environnement mais aussi de faire des économies. De plus, les pièces d’occasion proviennent généralement d’anciennes collections qui ne sont plus produites. Look unique garanti.

Notre sélection de friperies à Anvers

Notre sélection de friperies à Bruxelles 

4. Choisir des marques éthiques

De plus en plus de marques se positionnent de façon plus écologique et éthique. Elles peuvent investir dans des procédés moins riches en eau, utiliser des fibres recyclées ou créer leurs collections à partir de chutes de tissus. D’autres enseignes se concentrent sur le respect des travailleurs (et de leur rémunération) en localisant leur production en Europe ou (encore mieux) en Belgique. 

5. Choisir des pièces durables

L’idée est de choisir des pièces qualitatives qui vont perdurer. Privilégiez les articles intemporels en fibres naturelles et/ou recyclées afin de pouvoir les réutiliser au fil des années et des modes. N’hésitez pas à travailler votre style, en misant sur un vestiaire minimaliste mais malin et en investissant dans quelques pièces fortes et des accessoires sympas. 

6. Derniers conseils

  • Repérer les indices

Premier indice : le lieu de vente. Les enseignes de fast fashion cachent rarement de pièces réellement éco-responsables. Contrairement à d’autres boutiques qui ne jurent que par le slow fashion ! En plus, c’est un bon moyen de relancer l’économie locale #Achetonsbelge.

Second indice : l’aspect générale. Si un vêtement ne semble pas qualitatif, il ne l’est sûrement pas. 

Troisième indice :  le prix. Les pièces produites en Asie sont beaucoup moins chères mais indiquent rarement une rémunération juste. Néanmoins, un prix élevé ne signifie pas nécessairement respect de la main d’œuvre ! N’hésitez pas à regarder le lieu de fabrication. 

Quatrième indice : la présence de labels et de certifications. Cependant, il faut les comprendre. Certains se concentrent sur le respect des conditions de travail, l’absence animale dans le processus de fabrication et d’autres sur le caractère écologique. Choisissez-les selon vos convictions et préférences. 

➡️Notre glossaire de la mode éthique et responsable (pour s’y retrouver face à tout ce jargon !) 

  • Follow des slow fashion gourous

On ne va pas se mentir. Les influenceurs qui organisent des haul H24 d’enseignes de fast-fashion ne vont pas nous aider à consommer moins et mieux. Entourons-nous créateurs et créatrices de contenus passionné.e.s par la mode éthique et responsable. Ils.elles partagent leurs bons plans, leurs meilleures adresses, leurs trouvailles et leurs créations. Les plus manuel.le.s publient même des tutos de coutures ou d’upcycling afin que leurs followers suivent le mouvement. Et ça donne envie ! 

7. Ne pas culpabiliser

Le plus important est de vouloir progresser, pas d’être parfait.e. Chacun avance à son rythme et selon ses convictions. Bien s’habiller doit rester un plaisir, surtout si c’est avec style et éco-responsabilité.

Laetitia Bindji 

Dans cette catégorie...