Catégories
Lifestyle Mode

Atome Boutique, le concept store éthique à découvrir absolument

UNE BOUTIQUE ENGAGÉE

« En faisant votre shopping chez Atome, vous prenez soin du monde de demain »

Atome est une boutique – atelier éthique qui propose des vêtements, bijoux, accessoires, cosmétiques naturels et produits zéro déchets, principalement pour femmes, à Ath. Elle est également une vitrine pour créateurs et un atelier événementiel. Tenue par Alisson depuis 3 ans, cette boutique vous offre l’opportunité de faire du shopping de manière plus consciente et responsable.

Chez Atome, vous êtes certains de faire de jolies découvertes. Alisson met un point d’honneur à dénicher des marques et créateurs qu’on ne voit pas toujours partout. Elle apprend à les connaître et se fait un plaisir de vous raconter l’histoire derrière chaque création disponible dans sa boutique. 

Très attachée à ses valeurs, Alisson souhaite garder ce contact humain et réellement collaborer avec les artisans, pour leurs produits mais également pour leur personnalité. Elle privilégie la mode éthique, au niveau des matières et/ou avec une production en petites séries. Pour les accessoires et la décoration, elle privilégie un maximum des créations uniques. 

UN LIEU DE PARTAGE

Atome n’est pas juste un magasin, c’est également un espace pour prendre son temps, découvrir de nouveaux produits, se laisser tenter par une pièce unique, s’asseoir autour d’un café et discuter avec Alisson, profiter du moment présent. Avec une ambiance décontractée et chaleureuse, tout y est pour un moment shopping agréable et de qualité.

Lors de notre visite nous avons pu flâner dans la boutique et découvrir, à chaque passage, quelque chose que nous n’avions pas vu au départ. Il y a beaucoup d’articles, de toutes tailles, de tous genres et il y en a pour tous les goûts, et tous les budgets! En effet, contrairement aux idées reçues, les créateurs éthiques ne sont pas toujours synonyme de prix élevés…

UNE GÉRANTE PASSIONNÉE

Alisson est très attentionnée envers ses clients et n’hésite pas à aller vers eux pour les aider à trouver la perle rare qui leur conviendrait le mieux. Artiste dans l’âme, elle se lance dans la création d’Atome en 2018 poussée par ses ambitions et ses différents voyages à l’étranger. Elle souhaite permettre aux créateurs d’avoir une vitrine mais aussi, permettre aux acheteurs de découvrir de nouveaux concepts, toujours dans l’esprit éthique et responsable. Alisson a voulu créer un endroit pour établir de vrais liens avec les autres, cozy et authentique, parfait pour apprendre à prendre le temps. Les marques, créateurs, artisans ou encore artistes, avec lesquels elle travaille ne sont pas choisis par hasard. Il est important qu’ils partagent les mêmes valeurs qu’elle.

©Atome Boutique

Le petit plus : un e-shop est en préparation, comme ça plus d’excuses si vous n’habitez pas près de Ath pour shopper les dernières découvertes éthiques d’Alisson. 

Article écrit avec Natty Di Vito (Stagiaire) 

*article sponsorisé

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Upcy’chic : La plateforme en ligne éco-responsable des jeunes espoirs de la mode

Née en mai 2020, cette jeune entreprise a démarré son aventure en vendant des masques en tissus afin de répondre à la demande grandissante et pour limiter la prolifération des déchets de masques jetables. Depuis, Upcy’chic ne cesse de grossir en proposant de nouvelles créations d’artistes passionné.e.s. s’inclinant dans une démarche éthique et éco-responsable.

In student, we trust

Derrière Upcy’chic, se cache Joyce Musa, une étudiante entrepreneure qui a décidé de lancer une plateforme en ligne de mode éthique. Au départ, elle démarre le projet avec l’une de ses amies en école de stylisme. En l’observant, elle constate que son amie est confrontée à plusieurs difficultés. D’une part, sa créativité est limitée par les exigences artistiques de son école. D’autres parts, elle investit beaucoup d’argent pour ses collections qui finissent généralement au fond d’un placard – sans en retirer aucun bénéfice.

Face à ce constat, elle se dit qu’elle doit réagir en lui proposant ses compétences en communication pour lui offrir une vitrine en ligne dans laquelle elle ne serait pas contrainte créativement et surtout grâce à laquelle elle pourrait vivre de sa passion et de ses créations. De fil en aiguille, leur projet grossit et inclut d’autres créateurs et créatrices. Leurs seules conditions, proposer des pièces portables, éco-responsables et uniques. 

©Upcy'chic

Mais cette idée de visibilité de jeunes designers n’est pas la seule motivation de Joyce. Effectivement, cette entrepreneure vise également à changer les codes de l’industrie de la mode. Cette dernière est réputée comme étant l’une des plus polluantes au monde et se retrouve souvent au centre de polémiques niant les droits humains. C’est pourquoi Joyce veut inscrire Upcy’chic dans une démarche éthique et responsable. Toutes les pièces de l’eshop sont issues du slow fashion, sont upclyclées et fabriquées en Belgique par des designers aux études ou diplômés. 

Depuis novembre 2020, la start up collabore avec les sections modes de l’EFP, centre de formation des métiers en alternance à Bruxelles. Samedi 12 décembre, la première collection de vêtements de fêtes a été lancée.

Quelles pièces shopper ?

Upcy’chic met en avant des pièces upcyclées, issus du slow fashion et du deadstock – aka des pièces issues d’anciennes collections restées au placard. C’est-à-dire que tout l’eshop est garanti local, éco-responsable, unique et passionné. 

On y trouve des masques, des lingettes démaquillantes réutilisables, des chouchous à sequins, des cols Claudine revisités, des pochettes upcyclées et surtout des créations de vêtement exclusifs et uniques. Mais aussi depuis décembre une collection spéciale fêtes composée de 3 robes pour femmes mais également des robes de petites filles*.

*Dispose d’un service après-vente qui permet à la nouvelle acquisitrice de bénéficier d’un service de retouche afin d’adapter chaque vêtement à sa taille.

©Upcy'chic

Et plus à venir…

Upcy’chic n’a pas encore joué toutes ses cartes. Sur Instagram, la start up a annoncé vouloir lancer une collaboration d’upcycling avec une influenceuse slow fashion… Si une de ces dernières est intéressée, cela promet de jolies pépites. 

Aussi, pour le moment, les créations d’habits sont destinées au vestiaire féminin et jeune fille. À l’avenir, des créations pour hommes devraient voir le jour. 

Stay tuned…

Laetitia Bindji 

Dans cette catégorie...

Catégories
Lifestyle Mode

Merossi : mode et décoration audacieuses

Fruit de l’union entre les racines ouzbèques et la vie occidentale de sa fondatrice, Merossi propose des articles hauts de gamme conçus à partir d’une matière noble aux techniques de fabrication ancestrales ; la soie. Qualité et originalité sont les mots d’ordre de cette marque qui ne propose à la vente que des articles en édition limitée.

LES CRÉATIONS

Les housses de coussins, tissées et brodées à la main en Ouzbékistan, illuminent la maison et font voyager. Leurs motifs délicats et leurs couleurs sont inspirés de visites, jardins, lieux insolites du monde entier.

Les vestes aux couleurs chatoyantes assurent un look hors du commun et donnent vie à toutes les tenues. Deux types de vestes sont pour le moment disponibles ; une longue aux allures de Kimono et une courte dite « bomber ». Déclinées en plusieurs couleurs, il y en a pour tous les goûts.

Les sacs à main, ornés de motifs de soie uniques, sont fabriqués en Toscane par des artisans qualifiés. Là encore les modèles se portent selon les goûts et se transforment. Le sac « Clara par exemple dispose d’un système de rabat en soie personnalisable qui permet de changer de motif selon ses envies. On peut aussi choisir de le porter à l’épaule ou bien à la main façon pochette de soirée.

Chaque finition est pensée de sorte à offrir un produit beau, original et de qualité.

© Merossi

LES ENGAGEMENTS

Également soucieuse du développement durable, Merossi réalise chaque article avec des procédés respectueux de l’environnement. Les pigments utilisés lors de la coloration de la soie sont d’origine naturelle, et sa confection se fait selon des méthodes traditionnelles ayant plus de 2000 ans. Quant aux sacs à main,  la marque fait le choix d’utiliser des matières qui ne proviennent pas de source animale, sans PVC ni solvants.

© Merossi

Merossi, c’est un mariage entre élégance, originalité et tradition !

*article sponsorisé

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

ART23, la nouvelle marque de vêtements ultra transparente

L’idée de ART23 est née dans l’esprit de sa fondatrice Mélissa Luyten en 2017. Cela s’est fait face au constat que même s’il est de plus en plus facile de se procurer des produits alimentaires équitables et biologiques, dans le domaine du textile, l’offre est nettement moindre et même insuffisante.   

La naissance et le nom du projet

C’est lors de nombreux échanges avec en famille que la concept a germé petit à petit. Jusqu’au moment où le nom de la marque est apparu comme une évidence : ART23, comme l’Article 23 de la déclaration universelle des droits de l’homme.

Celui-ci stipule : 

« 1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.

2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.

3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.

4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts. »

Autant d’éléments qui collent parfaitement avec les valeurs que Mélissa voulait donner à sa future marque. Elle a par la suite également tenu à ajouter une dimension locale à celle-ci. C’est alors qu’elle a pensé à collaborer avec des artistes et designers belges, et européens. 

Un bon début

©ART23

ART23 a récemment vu le jour en juin 2020 via une boutique en ligne. La marque propose actuellement une première collection t-shirt et sweat (ainsi qu’une robe t-shirt) avec des illustrations de Bénédicte Bazyn, artiste bruxelloise. L’idée est bien entendu d’étoffer la collection avec des nouvelles pièces, notamment pour hommes, et de collaborer avec d’autres artistes. Toutes leurs créations sont, bien entendu, issues d’une agriculture biologique certifiée. 

Les prix vont de 38€ pour un t-shirt à 69€ pour un sweat. Comme mentionné plus haut, la marque met un point d’honneur à être transparente. Elle partage donc sur son site internet les coûts de réalisation et de vente d’un sweat : 

  • Prix du sweatshirt certifié : 20,80€
  • Impression : 5,25€
  • Emballage : 4€
  • TVA : 11,37€
  • Rémunération des artistes, fonctionnement & salaires : 27,58€
  • Total du sweatshirt : 69,00 €

Nous saluons les initiatives de la marque et de sa créatrice. Chez Mode in Belgium nous pensons sincèrement que c’est ce type de démarche qu’il nous faut pour l’avenir. 

*article sponsorisé

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

5 e-shops de vêtements et accessoires belges

Orta

Orta est une de nos marques de vêtements belges favorites! “Les pièces sont imaginées à Bruxelles par Marion, la créatrice, et conçues en France et au Portugal dans le respect de tous. Salopettes, pulls, blouses et même des accessoires comme des chouchous, les créations Orta sont variées.” nous vous expliquions déjà. Des collections féminines, pleines de douceur… et tendances ! A (re)découvrir absolument.

©Orta

Neuville

Un autre de nos coups de coeur, mais du côté de la maroquinerie. Neuville produit des sacs et pochettes en cuir qui allient parfaitement style, minimalisme et qualité. Pour une production européenne et une telle qualité, les articles Neuville sont vendus à des prix très raisonnables. Pour s’adapter à la situation, ils ont décidé de faire des ventes “pop-up” en ligne. Leurs articles seront donc en ligne pour 48h le 17 avril. Rendez-vous à cette date sur leur e-shop

©Neuville

Shak & Kai

Une marque très “nature” qui prône une conscience écologique dans le monde du textile. Les vêtements Shak & Kai sont réalisés à partir d’une collection de chutes de tissu et de bouteilles en plastique transformées pour être en matériaux 100% recyclés. Mais ce n’est pas tout, la marque a également un engagement envers les océans : en achetant un vêtement, ils ramassent ½ kg de déchets sur les plages grâce à leur partenariat avec l’ONG Surfrider Foudation Europe. On applaudit !

©Shak & Kai

Made & More

Finalement, doit-on encore vous présenter Made & More que nous suivons depuis leurs débuts ? Initialement, c’était  une boutique en ligne qui regroupait des producteurs éthiques et locaux et qui mettait un point d’honneur sur la transparence de l’étiquette. Quelques années plus tard, en 2016, Made & More crée sa propre collection “The First”. Le début d’une aventure tumultueuse dans la création de mode éthique.  Made & More ce sont des basiques épurés avec des belles coupes et réalisés dans des matières soigneusement sélectionnées. 

©Made an More

BARAO

« BARAO c’est mon style, sportwear et chic », nous expliquait Marie. En effet, sur BARAO vous retrouvez beaucoup de pièces très “mode” : imprimés léopards, ensembles, blazers, fluo… La sélection est variée. Une collection de bijoux a également été réalisée en collaboration avec Shiness.

Découvrir notre sélection de 5 e-shops de bijoux belges 
 

©Barao

Alors, envie de faire chauffer votre carte de banque ? Pas de problème, tant que c’est belge ! 

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode Sorties

Notre sélection de friperies à Bruxelles

Think Twice

Comment parler de friperies sans parler de Think Twice ? C’est l’incontournable en matière de vintage et de seconde main en Belgique. En effet, la boutique est présente à Bruxelles mais aussi à Anvers, Gand, Bruges et Louvain. On y trouve des vêtements, chaussures et accessoires renouvelés régulièrement. T2 fonctionne selon un cycle de 5 semaines au fil desquelles les prix baissent de plus en plus. Ça commence par des réductions de 30% puis 50% et finalement tout le magasin à 5€, 4€, 3€, 2€ et même 1€. De quoi faire de bonnes affaires à prix mini.

©Marie Lambrecht

Melting Pot Kilo

Le concept de Melting Pot Kilo, comme son nom l’indique, est de vendre à 15€ le kilo de vêtements. Sachant qu’une chemise pèse environ 200g, un T-shirt 150g, un sweat 250g, un pantalon 500g à 1kg, vous pouvez imaginer le prix à la pièce. Le stock étant assez grand et varié, vous pourrez aisément y dénicher quelques pièces pour pas grand-chose. Les deux magasins, à Bourse et à Marolles sont ouverts du lundi au dimanche. Pour celui de Marolles, il faudra, par contre, s’y rendre avec de l’argent liquide car ils ne prennent pas la carte.

vitrine melting pot kilo
©Melting Pot Kilo

Les enfants d’Edouard

Si vous voulez dénicher des pièces de luxe Vintage, pour femme ou homme, c’est certainement chez Les enfants d’Edouard que vous y arriverez. Ce dépôt-vente de Luxe offre un large choix de marques et de pièces de créateurs. Comme son nom l’indique, vous pouvez aussi leur vendre vos vêtements afin de recycler votre garde-robe. Vous trouverez la boutique sur l’Avenue Louise.

©Les enfants d’Edouard

Les Petits Riens

Les Petits Riens est une association qui fait de l’économie sociale.  Leurs boutiques solidaires ont pour but d’aider les sans-abri et les personnes en situation précaire. Il y a au total 27 boutiques à Bruxelles et en Belgique. Vous pouvez y déposer vos vêtements en bon état ou y acheter des articles à tout petit prix. Cette boutique est accessible à tous et tout le monde y est le bienvenu. En prime, les bénéfices sont reversés à des associations pour aider les personnes dans le besoin. De quoi dénicher des pièces sympas en aidant les autres.

©Les Petits Riens

Brussels Vintage Market

Cette fois, ce n’est pas un magasin mais un marché mensuel. Chaque premier dimanche du mois, le Brussels Vintage Market s’installe aux Halles Saint Géry. Vous pouvez vous y rendre afin de dénicher des pépites vintages, de secondes mains ou de créateurs. 

vintage market
©Brussels Vintage Market

Bien shopper en friperies

Les friperies font parfois peur car elles ne sont pas parfaitement agencées et rangées comme les boutiques plus traditionnelles. Il faut donc y aller un jour où on a tout le temps pour fouiller et essayer. Inutile aussi de s’y rendre avec une idée précise en tête, car impossible de savoir ce qu’il y a exactement en stock. En plus, en se focalisant sur une pièce, vous risquez de passer à côté de quelque chose d’encore mieux. Le shopping se fait ici surtout au coup de cœur ! Soyez également sûrs que vous prenez les vêtements car vous les aimez et non à cause du prix bas. Si vous ne comptez pas le porter, pas besoin de l’acheter, même si ce n’est qu’à 5€.

Marjorie Laforge

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Sample Slow Jewelry : des bijoux durables et abordables au design épuré

Simplicité et délicatesse, deux mots parfaits pour décrire les bijoux Sample Slow Jewelry. Imaginés et fabriqués en argent 925 par deux jeunes femmes, Marie Walch et Nora d’Ursel, à Bruxelles. Mode in Belgium les a rencontrées.

Deux parcours, une rencontre

Nora a étudié l’économie et Marie l’architecture.

Lors de la réalisation de son mémoire sur les pop-up store, Nora se sent appelée par le monde des créateurs belges. Son diplôme d’économie en poche, elle veut se diriger vers quelque chose de plus artistique. C’est alors qu’elle commence une formation en bijouterie qui l’amènera à réaliser un stage dans un atelier Bruxellois.

De son côté, après ses études, Marie n’est pas tout à fait satisfaite. Elle nous explique : “J’étais frustrée que ce que je crée ne soit pas de mes propres mains. Je voulais créer le produit fini.”. C’est alors qu’elle se forme en joaillerie et qu’elle est embauchée là où Nora fera son stage.

C’est donc à ce moment que leurs chemins se croisent… pour ne plus se séparer. “Quand on trouve quelqu’un qui nous complète autant, on sait qu’il faut le faire, que c’est le moment”. Sample Slow Jewelry est né.

Nora & Marie / © Sample Slow Jewelry

Pourquoi “Sample” ?

Signifiant échantillon, l’idée était de choisir un mot anglais pour transmettre la connotation multiculturelle de Bruxelles à la marque ainsi que l’ouverture d’esprit. Les bijoux Sample Slow Jewelry sont également un “échantillon de leur savoir-faire”, nous expliquent les deux jeunes femmes. Finalement, avec ce nom, leur volonté était également qu’il évoque particulièrement les valeurs et l’identité de la marque.

En effet, l’univers épuré de Marie et Nora possède de jolies valeurs : simplicité, durabilité, ouverture d’esprit et artisanat.

© Sample Slow Jewelry

Slow

Que ce soit au niveau des matières ou du design des bijoux, elles mettent un point d’honneur à s’assurer de leur qualité. A mille lieues de la fast-fashion, les créatrices souhaitent assurer une longue vie à leurs réalisations. Elles partagent d’ailleurs des conseils d’entretiens sur leur page Instagram. C’est aussi pour cette raison que leurs bijoux sont entièrement personnalisables et sur mesure. Ils doivent correspondre au mieux à la personne à laquelle ils sont destinés… et c’est tant mieux !

© Sample Slow Jewelry

Convaincu(e)s? Vous pouvez découvrir et commander leurs bijoux sur leur e-shop. 

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Zoom sur les 10 écoles de mode belges

Bruxelles, la capitale, recense à elle seule quatre des 10 écoles de mode belges

ENSAV La Cambre propose un cursus en 5 ans (bachelier et master). L’école impose un examen d’entrée pour accéder à la formation. Les frais d’inscription à l’examen d’entrée s’élèvent à 174€. Le prix du minerval est fixé à 350€ excepté en 3e et 5e années où il est à 454€. La section est dirigée par Tony Delcampe et est orientée selon deux axes : le stylisme et la création de mode.

Eddy Anemian © Eddy Anemian

La Haute Ecole Fransisco Ferrer forme ses élèves en 3 ans dans deux disciplines complémentaires : le stylisme et le modélisme. Aucun examen d’entrée n’est requis pour accéder à la formation. Le minerval s’élève à 371€ les deux premières années pour passer à 414€ en dernière année. La section est dirigée par Céline Ververs.

Sarah Bruylant © Hadrien Hanse

Saint-Luc Bruxelles est une école de promotion sociale qui offre des cours du soir. Les études se déroulent sur 3 ans et sont axées sur l’artistique, le technique et le commercial dans le domaine de la mode. Le nombre d’inscriptions est limité à 30 : premier arrivé, premier servi. Aucun examen d’entrée n’est requis. Le minerval est variable. En septembre, seul le droit d’inscription des unités de formation débutant sera demandé. Pour tous les modules s’ouvrant durant l’année scolaire, l’étudiant devra payer le montant s’y rapportant au fur et à mesure du cursus. 

Anaïs Rami ©coeurdartychauve

L’Atelier Lannaux est une école privée de stylisme qui forme ses étudiants au prêt-à-porter haut de gamme et à la Haute Couture. La formation s’effectue sur 3 ans. Par année scolaire, le minerval s’élève à 6.850€. Il faut présenter un dossier de dessin et effectuer une interview avec la direction pour accéder au cursus.

Marine Leclercq © Catwalkpictures

Ailleurs en Belgique

Château Massart est une école de formation professionnelle à Liège qui offre des cours du soir sur 3 ans. Il faut présenter un dossier en guise d’examen d’entrée pour accéder au cursus. Le minerval est de 300€ par année, il faut ajouter à cela la participation forfaitaire de 50€ pour les travaux pratiques et l’organisation de l’événement de fin d’année.

©Chateau Massart

HELMo est une école de mode liégeoise qui forme les étudiants en 3 ans. Aucun examen d’entrée n’est requis. La formation est axée sur le stylisme et le modélisme. Le minerval est à 455€ en 1ère et 2ème années, puis s’élève à 507€ en dernière année.

Robin Huberty © Nathalie Noël

ESA Saint-Luc à Tournai propose une formation en 3 ans avec un concours d’entrée. Les deux premières années, le minerval est de 581€ et en dernière année à 633€. La formation offre une posture créative mais adaptée au contexte du métier.

Elise Cruz © Maëlle Andre

KASK, l’Académie Royale des Beaux Arts de Gand propose un bachelier de 3 ans suivit d’un master sur 1 an. Les frais d’inscription sont à 610€. La section mode n’exige pas un examen d’entrée. Il faut savoir que Marina Yee (créatrice du groupe des Six d’Anvers) y donne cours. 

Nele Berckmans © Catwalkpictures

SASK, l’Académie Royale des Beaux Arts de Sint-Niklaas forme ses élèves en 4 ans. Les frais d’inscription sont à 202€ et aucun examen d’entrée n’est requis.

Ilke Cop © Catwalkpictures

L’Académie Royale des Beaux Arts d’Anvers est sans doute la plus connue de toutes les écoles de mode belges. Elle offre aussi une formation de 3 ans + 1 (bachelier et master). Pour accéder aux cours, il faut passer un examen d’entrée durant l’été. Le directeur de la section mode n’est autre que Walter Van Beirendonck, créateur anversois (Six d’Anvers). Le minerval s’élève à 280€.

Emmanuel Beguinot © tumblr antwerp-fashion

Mathilde Ridole

Dans cette catégorie...