Catégories
Mode

Slow fashion : 6 conseils pour prendre soin de ses vêtements

1. Espacer les lavages

Trop laver vos vêtements va les user ! Pourquoi ? A chaque passage en machine, les habits (synthétiques principalement) relâchent des microparticules de plastiques. Cette perte, en plus de fragiliser la fibre de vos vêtements, entraîne une pollution conséquente : les microparticules sont si petites qu’elles ne peuvent être filtrées et finissent leur course dans les mers et les océans. 

 

Pour les sous-vêtements, nous sommes d’accord qu’il est nécessaire de changer tous les jours. Mais, avant de lancer votre pantalon ou pull dans le panier à linge sale, réfléchissez-y ! N’ont-ils pas simplement besoin d’être un peu aérés? 

Le saviez-vous ? Les matières naturelles comme la laine et la soie ont des qualités autonettoyantes et donc, requièrent peu de passage en machine. 

2. Bien lire les étiquettes

Les étiquettes de nos fringues sont des mines d’informations. En plus d’indiquer la composition, elles donnent également des conseils de lavage : température, essorage et séchage. 

Privilégiez les machines à basse température. Généralement, 30 degrés suffisent et est beaucoup plus écologique. A cette température, les vêtements sont à la fois bien lavés mais ils conservent également davantage leurs couleurs. 

3. Bien choisir sa lessive

La lessive est primordiale dans le lavage de vos habits et il est toujours mieux de privilégier une lessive composée de produits naturels. Celle-ci sera moins agressive (pour vos vêtements mais également votre peau, en contact direct avec le tissu) et moins polluante. 

De nombreuses recettes de lessive maison existent sur internet. Laurie du blog GoodGirls en propose une, très facile de réalisation !

4. User des astuces de grand-mère

Votre chemisier blanc est sale car vous avez renversé du café dessus ? Avant de crier défaite ou de vous tourner vers des détachants ultra nocifs, un de ces remèdes naturels peut vous sauver :   

– Du gros sel sur les taches de vin et de sang 

– Du vinaigre et de l’eau à part égale sur les tâches de gras 

– De la fécule de maïs sur les taches de café 

– Un bain de pecarbonate pour rendre vos blancs éclatants. 

Bref, tout n’est pas fichu ! 

5. Eviter le sèche-linge

En plus de consommer beaucoup d’électricité, le sèche-linge a tendance à abîmer les textiles. Si vous le pouvez, privilégiez le séchage naturel en étendant vos vêtements. Vous pouvez également directement placer sur des cintres les robes et chemises pour éviter les plis. Quant aux pulls en maille, placez-les à plat pour éviter qu’ils se détendent. 

6. Réparer vos vêtements

Il arrive parfois un moment où malgré les précautions prises, nos tenues s’abîment. Avant de leur dire adieu, posez-vous la question : n’est-il pas possible de le réparer ? Ou encore, ne pourrait-il pas servir d’une autre manière ? Aujourd’hui, la mode est à l’upcycling, c’est le moment où jamais de faire fonctionner votre imagination !

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Comment adopter la slow fashion ?

Gaspillage des ressources, utilisation de substances chimiques et nocives, productions polluantes, dégradation de l’eau potable, exploitation de la misère sociale, etc. les dessous de l’industrie textile font froid dans le dos. A cela, il faut ajouter le nombre exorbitant de vêtements qui finissent en déchet. On considère que chaque seconde l’équivalent d’un camion-poubelle de textile est enfoui ou brûlé (avec les conséquences écologiques qui vont avec !). Seul.e.s les consommateurs.trices  ont le pouvoir de faire évoluer les pratiques de l’industrie en revoyant ses habitudes d’achat, notamment en consommant moins mais mieux.

1. Réfléchir sa consommation

Acheter moins, mais mieux, c’est ce que propose le slow fashion. L’idée est d’avoir une réelle prise de conscience quant aux effets dévastateurs de l’industrie textile. La solution ? Ralentir et réfléchir. Avant chaque achat, posez-vous quelques questions : n’ai-je pas déjà un article similaire ? Est-ce que je peux porter cet article plus d’une fois ? En ai-je besoin ? Pourrais-je le trouver ailleurs dans un circuit plus responsable ? Est-ce que je l’aime vraiment ou est-ce un achat compulsif ? N’hésitez pas à prendre quelques jours pour y répondre. Plus tard, si l’envie est toujours là, faites vous plaisir. Si non, vous venez d’économiser quelques euros. 

2. Valoriser ce que l’on a déjà

Votre dressing est plein à craquer et pourtant vous n’avez rien à vous mettre. Pour y remédier, commencez par un grand tri. Séparez les habits que vous aimez revêtir des autres et gardez les. Parmi ceux que vous ne portez plus, réfléchissez si vous pouvez leur offrir une nouvelle vie. La customisation, l’upcycling, la modernisation ou simplement l’ajustement font des merveilles. Pour les autres, pensez à les donner ou revendre. Votre penderie semblera comme neuve.

Upcy’chic : la plateforme en ligne éco-responsable

3. Opter pour la seconde-main

Friperies, vide dressing, brocantes, sélection vintage, troc, site de revente, location, etc. Il existe mille façons de ne plus acheter neuf. La seconde main a l’avantage d’être respectueuse de l’environnement mais aussi de faire des économies. De plus, les pièces d’occasion proviennent généralement d’anciennes collections qui ne sont plus produites. Look unique garanti.

4. Choisir des marques éthiques

De plus en plus de marques se positionnent de façon plus écologique et éthique. Elles peuvent investir dans des procédés moins riches en eau, utiliser des fibres recyclées ou créer leurs collections à partir de chutes de tissus. D’autres enseignes se concentrent sur le respect des travailleurs (et de leur rémunération) en localisant leur production en Europe ou (encore mieux) en Belgique. 

5. Choisir des pièces durables

L’idée est de choisir des pièces qualitatives qui vont perdurer. Privilégiez les articles intemporels en fibres naturelles et/ou recyclées afin de pouvoir les réutiliser au fil des années et des modes. N’hésitez pas à travailler votre style, en misant sur un vestiaire minimaliste mais malin et en investissant dans quelques pièces fortes et des accessoires sympas. 

6. Derniers conseils

  • Repérer les indices

Premier indice : le lieu de vente. Les enseignes de fast fashion cachent rarement de pièces réellement éco-responsables. Contrairement à d’autres boutiques qui ne jurent que par le slow fashion ! En plus, c’est un bon moyen de relancer l’économie locale #Achetonsbelge.

Second indice : l’aspect générale. Si un vêtement ne semble pas qualitatif, il ne l’est sûrement pas. 

Troisième indice :  le prix. Les pièces produites en Asie sont beaucoup moins chères mais indiquent rarement une rémunération juste. Néanmoins, un prix élevé ne signifie pas nécessairement respect de la main d’œuvre ! N’hésitez pas à regarder le lieu de fabrication. 

Quatrième indice : la présence de labels et de certifications. Cependant, il faut les comprendre. Certains se concentrent sur le respect des conditions de travail, l’absence animale dans le processus de fabrication et d’autres sur le caractère écologique. Choisissez-les selon vos convictions et préférences. 

  • Follow des slow fashion gourous

On ne va pas se mentir. Les influenceurs qui organisent des haul H24 d’enseignes de fast-fashion ne vont pas nous aider à consommer moins et mieux. Entourons-nous créateurs et créatrices de contenus passionné.e.s par la mode éthique et responsable. Ils.elles partagent leurs bons plans, leurs meilleures adresses, leurs trouvailles et leurs créations. Les plus manuel.le.s publient même des tutos de coutures ou d’upcycling afin que leurs followers suivent le mouvement. Et ça donne envie ! 

7. Ne pas culpabiliser

Le plus important est de vouloir progresser, pas d’être parfait.e. Chacun avance à son rythme et selon ses convictions. Bien s’habiller doit rester un plaisir, surtout si c’est avec style et éco-responsabilité.

Laetitia Bindji 

Dans cette catégorie...

Catégories
Lifestyle Mode

Atome Boutique, le concept store éthique à découvrir absolument

UNE BOUTIQUE ENGAGÉE

« En faisant votre shopping chez Atome, vous prenez soin du monde de demain »

Atome est une boutique – atelier éthique qui propose des vêtements, bijoux, accessoires, cosmétiques naturels et produits zéro déchets, principalement pour femmes, à Ath. Elle est également une vitrine pour créateurs et un atelier événementiel. Tenue par Alisson depuis 3 ans, cette boutique vous offre l’opportunité de faire du shopping de manière plus consciente et responsable.

Chez Atome, vous êtes certains de faire de jolies découvertes. Alisson met un point d’honneur à dénicher des marques et créateurs qu’on ne voit pas toujours partout. Elle apprend à les connaître et se fait un plaisir de vous raconter l’histoire derrière chaque création disponible dans sa boutique. 

Très attachée à ses valeurs, Alisson souhaite garder ce contact humain et réellement collaborer avec les artisans, pour leurs produits mais également pour leur personnalité. Elle privilégie la mode éthique, au niveau des matières et/ou avec une production en petites séries. Pour les accessoires et la décoration, elle privilégie un maximum des créations uniques. 

UN LIEU DE PARTAGE

Atome n’est pas juste un magasin, c’est également un espace pour prendre son temps, découvrir de nouveaux produits, se laisser tenter par une pièce unique, s’asseoir autour d’un café et discuter avec Alisson, profiter du moment présent. Avec une ambiance décontractée et chaleureuse, tout y est pour un moment shopping agréable et de qualité.

Lors de notre visite nous avons pu flâner dans la boutique et découvrir, à chaque passage, quelque chose que nous n’avions pas vu au départ. Il y a beaucoup d’articles, de toutes tailles, de tous genres et il y en a pour tous les goûts, et tous les budgets! En effet, contrairement aux idées reçues, les créateurs éthiques ne sont pas toujours synonyme de prix élevés…

UNE GÉRANTE PASSIONNÉE

Alisson est très attentionnée envers ses clients et n’hésite pas à aller vers eux pour les aider à trouver la perle rare qui leur conviendrait le mieux. Artiste dans l’âme, elle se lance dans la création d’Atome en 2018 poussée par ses ambitions et ses différents voyages à l’étranger. Elle souhaite permettre aux créateurs d’avoir une vitrine mais aussi, permettre aux acheteurs de découvrir de nouveaux concepts, toujours dans l’esprit éthique et responsable. Alisson a voulu créer un endroit pour établir de vrais liens avec les autres, cozy et authentique, parfait pour apprendre à prendre le temps. Les marques, créateurs, artisans ou encore artistes, avec lesquels elle travaille ne sont pas choisis par hasard. Il est important qu’ils partagent les mêmes valeurs qu’elle.

©Atome Boutique

Le petit plus : un e-shop est en préparation, comme ça plus d’excuses si vous n’habitez pas près de Ath pour shopper les dernières découvertes éthiques d’Alisson. 

Article écrit avec Natty Di Vito (Stagiaire) 

*article sponsorisé

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

ART23, la nouvelle marque de vêtements ultra transparente

L’idée de ART23 est née dans l’esprit de sa fondatrice Mélissa Luyten en 2017. Cela s’est fait face au constat que même s’il est de plus en plus facile de se procurer des produits alimentaires équitables et biologiques, dans le domaine du textile, l’offre est nettement moindre et même insuffisante.   

La naissance et le nom du projet

C’est lors de nombreux échanges avec en famille que la concept a germé petit à petit. Jusqu’au moment où le nom de la marque est apparu comme une évidence : ART23, comme l’Article 23 de la déclaration universelle des droits de l’homme.

Celui-ci stipule : 

« 1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.

2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.

3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.

4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts. »

Autant d’éléments qui collent parfaitement avec les valeurs que Mélissa voulait donner à sa future marque. Elle a par la suite également tenu à ajouter une dimension locale à celle-ci. C’est alors qu’elle a pensé à collaborer avec des artistes et designers belges, et européens. 

Un bon début

1 femme et 1 homme pulls gris
©ART23

ART23 a récemment vu le jour en juin 2020 via une boutique en ligne. La marque propose actuellement une première collection t-shirt et sweat (ainsi qu’une robe t-shirt) avec des illustrations de Bénédicte Bazyn, artiste bruxelloise. L’idée est bien entendu d’étoffer la collection avec des nouvelles pièces, notamment pour hommes, et de collaborer avec d’autres artistes. Toutes leurs créations sont, bien entendu, issues d’une agriculture biologique certifiée. 

Les prix vont de 38€ pour un t-shirt à 69€ pour un sweat. Comme mentionné plus haut, la marque met un point d’honneur à être transparente. Elle partage donc sur son site internet les coûts de réalisation et de vente d’un sweat : 

  • Prix du sweatshirt certifié : 20,80€
  • Impression : 5,25€
  • Emballage : 4€
  • TVA : 11,37€
  • Rémunération des artistes, fonctionnement & salaires : 27,58€
  • Total du sweatshirt : 69,00 €

Nous saluons les initiatives de la marque et de sa créatrice. Chez Mode in Belgium nous pensons sincèrement que c’est ce type de démarche qu’il nous faut pour l’avenir. 

*article sponsorisé

Dans cette catégorie...