Vous souhaitez travailler avec nous ? Découvrez nos services ➡️ 

Mode in Belgium

Le webzine lifestyle conscient belge

Catégories
Mode

Que faire des vêtements que l’on ne porte plus ?

L’industrie textile est l’une des plus polluantes du monde. Un vêtement, durant tout son cycle de vie, a un impact sur l’environnement : lors de sa production, lors de son usage mais également lors de sa dégradation. Et oui, les tissus qui composent nos habits sont rarement 100% biodégradables. Il convient donc d’éviter de les jeter de manière irréfléchie. 

Evidemment le vêtement le plus écoresponsable est sans doute celui qui n’est pas produit mais voici nos conseils pour réutiliser et recycler les vêtements que l’on ne porte plus : 

1. Préserver et valoriser ce que l’on a déjà

Vos placards regorgent peut être de pépites oubliées. Faites un tri et inventoriez les pièces que vous possédez déjà. L’adage du “consommer moins mais mieux” est de mise également dans notre garde-robe. En étant conscient des pièces qui composent votre dressing, vous honorez ces dernières en les portant de manière régulière. Cela signifie également qu’il faut en prendre soin pour éviter l’usure prématurée. 

Slow fashion : nos conseils pour prendre soin de ses vêtements 

2. Réparer quand c’est possible

Nous avons parfois tendance à croire que ce qui est abîmé est bon à jeter ! Pourtant, il suffit parfois d’un petit coup de fil et d’une aiguille pour donner une seconde vie à un pantalon ou un t-shirt troué. Vous avez un peu peur de votre capacité à manier l’aiguille ? Faites appel au couturière / la couturière du quartier ! En plus de valoriser un savoir-faire local, vous allongez la vie de vos vêtements de quelques années! 

3. Upcycler, la nouvelle tendance

C’est le moment de laisser libre cours à votre imagination ! Upcycler signifie “transformer un objectif devenu inutile en un nouvel objet”. Vous pouvez par exemple transformer une jupe en top ou encore un jeans en short. C’est aussi une solution pour pimper certaines pièces et leur redonner un véritable intérêt. Certains concepts belges en ont d’ailleurs fait leur marque de fabrique comme Korpafrip ou encore Upcy’chic, une plateforme en ligne rassemblant les créateurs belges de pièces upcyclées.  

Vous pouvez aussi utiliser vos habits pour en faire des objets du quotidien comme des chiffons pour le ménage ou des tawashi pour faire la vaisselle. Les idées sont nombreuses ! 

4. Vendre, donner, échanger

Si vraiment vous avez décidé que vous ne porterez plus cette pièce de votre garde-robe et que pourtant elle est en bon état, une solution est d’en faire profiter quelqu’un d’autre. Vous pouvez vendre via des vide-dressings physiques ou en ligne. Le troc est également une pratique de plus en plus courante.Très souvent organisé via des groupes Facebook, l’échange permet de faire des heureux ! Enfin, vous pouvez donner les vêtements que vous ne portez plus à vos proches ou à des associations. Dans pratiquement toutes les villes, des conteneurs sont mis à disposition pour les récolter. Néanmoins, il convient d’être prudent sur cette dernière pratique. Le business de la seconde main récolté via ces boites est en proie à certaines dérives : envoyés dans les pays en voie de développement, ils y sont soit revendus ou, pire, entassés dans des décharges à ciel ouvert attendant leur destruction. C’est ce que mettait récemment en avant Hugo Clément dans son documentaire : “Sur le front : où finissent nos vêtements?”

➡️Ces solutions écolos qui ne sont pas tellement écologiques

Bref, pour éviter qu’un vêtement ne finisse à la poubelle, les solutions sont nombreuses. 

Lire aussi … 

➡️Comment adopter la slow fashion ?

➡️Nettoyage de printemps : que faire des livres qu’on ne lit plus ? 

➡️Dressing minimaliste : 4 conseils à adopter

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Slow fashion : 6 conseils pour prendre soin de ses vêtements

6 conseils essentiels pour prendre soin de ses vêtements :

1. Espacer les lavages

Trop laver vos vêtements va les user ! Pourquoi ? A chaque passage en machine, les habits (synthétiques principalement) relâchent des microparticules de plastiques. Cette perte, en plus de fragiliser la fibre de vos vêtements, entraîne une pollution conséquente : les microparticules sont si petites qu’elles ne peuvent être filtrées et finissent leur course dans les mers et les océans. 

 

Pour les sous-vêtements, nous sommes d’accord qu’il est nécessaire de changer tous les jours. Mais, avant de lancer votre pantalon ou pull dans le panier à linge sale, réfléchissez-y ! N’ont-ils pas simplement besoin d’être un peu aérés? 

Le saviez-vous ? Les matières naturelles comme la laine et la soie ont des qualités autonettoyantes et donc, requièrent peu de passage en machine. 

2. Bien lire les étiquettes

Les étiquettes de nos fringues sont des mines d’informations. En plus d’indiquer la composition, elles donnent également des conseils de lavage : température, essorage et séchage. 

Privilégiez les machines à basse température. Généralement, 30 degrés suffisent et est beaucoup plus écologique. A cette température, les vêtements sont à la fois bien lavés mais ils conservent également davantage leurs couleurs. 

3. Bien choisir sa lessive

La lessive est primordiale dans le lavage de vos habits et il est toujours mieux de privilégier une lessive composée de produits naturels. Celle-ci sera moins agressive (pour vos vêtements mais également votre peau, en contact direct avec le tissu) et moins polluante. 

De nombreuses recettes de lessive maison existent sur internet. Laurie du blog GoodGirls en propose une, très facile de réalisation !

4. User des astuces de grand-mère

Votre chemisier blanc est sale car vous avez renversé du café dessus ? Avant de crier défaite ou de vous tourner vers des détachants ultra nocifs, un de ces remèdes naturels peut vous sauver :   

– Du gros sel sur les taches de vin et de sang 

– Du vinaigre et de l’eau à part égale sur les tâches de gras 

– De la fécule de maïs sur les taches de café 

– Un bain de pecarbonate pour rendre vos blancs éclatants. 

Bref, tout n’est pas fichu ! 

5. Eviter le sèche-linge

En plus de consommer beaucoup d’électricité, le sèche-linge a tendance à abîmer les textiles. Si vous le pouvez, privilégiez le séchage naturel en étendant vos vêtements. Vous pouvez également directement placer sur des cintres les robes et chemises pour éviter les plis. Quant aux pulls en maille, placez-les à plat pour éviter qu’ils se détendent. 

6. Réparer vos vêtements

Il arrive parfois un moment où malgré les précautions prises, nos tenues s’abîment. Avant de leur dire adieu, posez-vous la question : n’est-il pas possible de le réparer ? Ou encore, ne pourrait-il pas servir d’une autre manière ? Aujourd’hui, la mode est à l’upcycling, c’est le moment où jamais de faire fonctionner votre imagination !

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Comment adopter la slow fashion ?

Gaspillage des ressources, utilisation de substances chimiques et nocives, productions polluantes, dégradation de l’eau potable, exploitation de la misère sociale, etc. les dessous de l’industrie textile font froid dans le dos. A cela, il faut ajouter le nombre exorbitant de vêtements qui finissent en déchet. On considère que chaque seconde l’équivalent d’un camion-poubelle de textile est enfoui ou brûlé (avec les conséquences écologiques qui vont avec !). Seul.e.s les consommateurs.trices  ont le pouvoir de faire évoluer les pratiques de l’industrie en revoyant ses habitudes d’achat, notamment en consommant moins mais mieux.

1. Réfléchir sa consommation

Acheter moins, mais mieux, c’est ce que propose le slow fashion. L’idée est d’avoir une réelle prise de conscience quant aux effets dévastateurs de l’industrie textile. La solution ? Ralentir et réfléchir. Avant chaque achat, posez-vous quelques questions : n’ai-je pas déjà un article similaire ? Est-ce que je peux porter cet article plus d’une fois ? En ai-je besoin ? Pourrais-je le trouver ailleurs dans un circuit plus responsable ? Est-ce que je l’aime vraiment ou est-ce un achat compulsif ? N’hésitez pas à prendre quelques jours pour y répondre. Plus tard, si l’envie est toujours là, faites vous plaisir. Si non, vous venez d’économiser quelques euros. 

➡️Mode belge : ces marques à suivre

2. Valoriser ce que l’on a déjà

Votre dressing est plein à craquer et pourtant vous n’avez rien à vous mettre. Pour y remédier, commencez par un grand tri. Séparez les habits que vous aimez revêtir des autres et gardez les. Parmi ceux que vous ne portez plus, réfléchissez si vous pouvez leur offrir une nouvelle vie. La customisation, l’upcycling, la modernisation ou simplement l’ajustement font des merveilles. Pour les autres, pensez à les donner ou revendre. Votre penderie semblera comme neuve.

Upcy’chic : la plateforme en ligne éco-responsable

➡️Upcycling, quand la mode devient circulaire

3. Opter pour la seconde-main

Friperies, vide dressing, brocantes, sélection vintage, troc, site de revente, location, etc. Il existe mille façons de ne plus acheter neuf. La seconde main a l’avantage d’être respectueuse de l’environnement mais aussi de faire des économies. De plus, les pièces d’occasion proviennent généralement d’anciennes collections qui ne sont plus produites. Look unique garanti.

Notre sélection de friperies à Anvers

Notre sélection de friperies à Bruxelles 

4. Choisir des marques éthiques

De plus en plus de marques se positionnent de façon plus écologique et éthique. Elles peuvent investir dans des procédés moins riches en eau, utiliser des fibres recyclées ou créer leurs collections à partir de chutes de tissus. D’autres enseignes se concentrent sur le respect des travailleurs (et de leur rémunération) en localisant leur production en Europe ou (encore mieux) en Belgique. 

5. Choisir des pièces durables

L’idée est de choisir des pièces qualitatives qui vont perdurer. Privilégiez les articles intemporels en fibres naturelles et/ou recyclées afin de pouvoir les réutiliser au fil des années et des modes. N’hésitez pas à travailler votre style, en misant sur un vestiaire minimaliste mais malin et en investissant dans quelques pièces fortes et des accessoires sympas. 

6. Derniers conseils

  • Repérer les indices

Premier indice : le lieu de vente. Les enseignes de fast fashion cachent rarement de pièces réellement éco-responsables. Contrairement à d’autres boutiques qui ne jurent que par le slow fashion ! En plus, c’est un bon moyen de relancer l’économie locale #Achetonsbelge.

Second indice : l’aspect générale. Si un vêtement ne semble pas qualitatif, il ne l’est sûrement pas. 

Troisième indice :  le prix. Les pièces produites en Asie sont beaucoup moins chères mais indiquent rarement une rémunération juste. Néanmoins, un prix élevé ne signifie pas nécessairement respect de la main d’œuvre ! N’hésitez pas à regarder le lieu de fabrication. 

Quatrième indice : la présence de labels et de certifications. Cependant, il faut les comprendre. Certains se concentrent sur le respect des conditions de travail, l’absence animale dans le processus de fabrication et d’autres sur le caractère écologique. Choisissez-les selon vos convictions et préférences. 

➡️Notre glossaire de la mode éthique et responsable (pour s’y retrouver face à tout ce jargon !) 

  • Follow des slow fashion gourous

On ne va pas se mentir. Les influenceurs qui organisent des haul H24 d’enseignes de fast-fashion ne vont pas nous aider à consommer moins et mieux. Entourons-nous créateurs et créatrices de contenus passionné.e.s par la mode éthique et responsable. Ils.elles partagent leurs bons plans, leurs meilleures adresses, leurs trouvailles et leurs créations. Les plus manuel.le.s publient même des tutos de coutures ou d’upcycling afin que leurs followers suivent le mouvement. Et ça donne envie ! 

7. Ne pas culpabiliser

Le plus important est de vouloir progresser, pas d’être parfait.e. Chacun avance à son rythme et selon ses convictions. Bien s’habiller doit rester un plaisir, surtout si c’est avec style et éco-responsabilité.

Laetitia Bindji 

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode Sorties

Notre sélection de friperies à Bruxelles

*mis à jour le 23 juin 2022 

De passage dans la capitale ? Fan de shopping vintage ? Voici notre sélection de friperies à Bruxelles ! 

Think Twice

Comment parler de friperies sans parler de Think Twice ? C’est l’incontournable en matière de vintage et de seconde main en Belgique. En effet, la boutique est présente à Bruxelles mais aussi à Anvers, Gand, Bruges et Louvain. On y trouve des vêtements, chaussures et accessoires renouvelés régulièrement. T2 fonctionne selon un cycle de 5 semaines au fil desquelles les prix baissent de plus en plus. Ça commence par des réductions de 30% puis 50% et finalement tout le magasin à 5€, 4€, 3€, 2€ et même 1€. De quoi faire de bonnes affaires à prix mini.

Rue du Vieux Marché aux Grains 57, 1000 Bruxelles ou Rue des Eperonniers 71, 1000 Bruxelles 

©Marie Lambrecht

Melting Pot Kilo

Le concept de Melting Pot Kilo, comme son nom l’indique, est de vendre à 15€ le kilo de vêtements. Sachant qu’une chemise pèse environ 200g, un T-shirt 150g, un sweat 250g, un pantalon 500g à 1kg, vous pouvez imaginer le prix à la pièce. Le stock étant assez grand et varié, vous pourrez aisément y dénicher quelques pièces pour pas grand-chose. Les deux magasins, à Bourse et à Marolles sont ouverts du lundi au dimanche. Pour celui de Marolles, il faudra, par contre, s’y rendre avec de l’argent liquide car ils ne prennent pas la carte.

Rue haute 154, 1000 Bruxelles ou Rue des Poissonniers 2, 1000 Bruxelles

vitrine melting pot kilo
©Melting Pot Kilo

Les enfants d’Edouard

Si vous voulez dénicher des pièces de luxe Vintage, pour femme ou homme, c’est certainement chez Les enfants d’Edouard que vous y arriverez. Ce dépôt-vente de Luxe offre un large choix de marques et de pièces de créateurs. Comme son nom l’indique, vous pouvez aussi leur vendre vos vêtements afin de recycler votre garde-robe. Vous trouverez la boutique sur l’Avenue Louise.

Av. Louise 175, 1050 Bruxelles

©Les enfants d’Edouard

Les Petits Riens

Les Petits Riens est une association qui fait de l’économie sociale.  Leurs boutiques solidaires ont pour but d’aider les sans-abri et les personnes en situation précaire. Il y a au total 27 boutiques à Bruxelles et en Belgique. Vous pouvez y déposer vos vêtements en bon état ou y acheter des articles à tout petit prix. Cette boutique est accessible à tous et tout le monde y est le bienvenu. En prime, les bénéfices sont reversés à des associations pour aider les personnes dans le besoin. De quoi dénicher des pièces sympas en aidant les autres.

Rue Américaine 101, 1050 Ixelles – Notre préféré mais la liste des Petits riens à Bruxelles est ici

©Les Petits Riens

Brussels Vintage Market

Cette fois, ce n’est pas un magasin mais un marché mensuel. Chaque premier dimanche du mois, le Brussels Vintage Market s’installe aux Halles Saint Géry. Vous pouvez vous y rendre afin de dénicher des pépites vintages, de secondes mains ou de créateurs. 

Av. de la Couronne 227, 1050 Ixelles

vintage market
©Brussels Vintage Market

Épisode

Un classique. Épisode est une enseigne assez connue puisque vous pouvez en trouver ailleurs qu’à Bruxelles (à Anvers, par exemple, mais aussi dans d’autres villes d’Europe). Cette friperie propose un large choix de vêtements et de styles, tout est rangé par catégorie dans le magasin est c’est plutôt satisfaisant. Les prix sont prédéfinis, un peu plus élevés que dans la plupart des friperies, mais la sélection en vaut le détour !

Rue de la Violette 28, 1000 Bruxelles

© www.episode.eu

Bison 4

La friperie Bison 4 vous propose les tendances vintage streetwear du moment. Le magasin a beau être plus petit que les autres, il en vaut malgré tout le détour. Vous trouverez des pièces de marques (parfois de luxe !) dans une ambiance rien qu’à elle. La musique vous plonge dans une ambiance rap qui va comme un gant au style de vêtement que cette friperie vous propose !  

Rue des Teinturies 4, 1000 Bruxelles

© mammouth.media

Hérésie

Hérésie est une friperie assez récente qui a ouvert il y a quelques années. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle propose des vêtements qu’on ne trouve généralement pas dans les autres magasins de seconde main. Cette friperie se décrit comme le magasin parfait pour s’habiller comme les Spice Girls des années 2000. Pour y être déjà allé, on peut vous promettre que ce n’est pas un mensonge !

Rue de l’Etuve 39, 1000 Bruxelles

© heresie_bxl

City store vintage

Le magasin City Store Vintage ne paie pas de mine, mais une fois rentré dedans c’est une véritable mine d’or que vous trouverez. Les vêtements et accessoires ne sont pas vraiment rangés par catégorie donc ici, pour trouver son bonheur, il faut un peu fouiller ! Mais c’est le charme de cette friperie, Il y en a pour tous les styles, toutes les saisons, et tous les budgets ! 

Boulevard Anspach 103, 1000 Bruxelles

© www.city-store-vintage.business.site

Bien shopper en friperies

Les friperies font parfois peur car elles ne sont pas parfaitement agencées et rangées comme les boutiques plus traditionnelles. Il faut donc y aller un jour où on a tout le temps pour fouiller et essayer. Inutile aussi de s’y rendre avec une idée précise en tête, car impossible de savoir ce qu’il y a exactement en stock. En plus, en se focalisant sur une pièce, vous risquez de passer à côté de quelque chose d’encore mieux. Le shopping se fait ici surtout au coup de cœur ! Soyez également sûrs que vous prenez les vêtements car vous les aimez et non à cause du prix bas. Si vous ne comptez pas le porter, pas besoin de l’acheter, même si ce n’est qu’à 5€.

Marjorie Laforge

Dans cette catégorie...