Vous souhaitez travailler avec nous ? Découvrez nos services ➡️ 

Mode in Belgium

Le webzine lifestyle conscient belge

Catégories
Food Société

Comment réduire l’impact de notre alimentation sur l’environnement

La viande, les avocats et fruits exotiques, le café,… nombreux sont les produits alimentaires qui sont pointés du doigt pour leur impact sur l’environnement. Dans cet article nous nous penchons sur la question et vous rappelons quelques conseils pour agir au quotidien, en conscience, à notre échelle. 

L'impact écologique de notre alimentation

Saviez-vous que notre alimentation a un impact énorme sur les gaz à effets de serre (GES)? En effet, un quart des GES proviennent de notre alimentation. Près de 60% de ces émissions sont issues de produits de matières animales, et actuellement, le bœuf et l’agneau en représentent la moitié (source). Si on recommande de plus en plus aujourd’hui de diminuer sa consommation de viande c’est notamment pour la cause animale mais également pour préserver l’environnement. 

Un autre aliment dont on ne suspecte peut-être pas toujours l’impact écologique, est le café. Et oui, on a peut-être souvent tendance à l’oublier mais le café n’a pas l’avantage du local, puisqu’il s’obtient à partir des graines torréfiées du caféier, un arbuste originaire des régions tropicales. En 2013 une étude  à démontrer que l’empreinte carbone du café représentait 4,98kg de CO2 par kg de café avant torréfaction (source). Même problème pour le thé qui, lui aussi, est souvent importé de loin. De plus en plus nombreux sont ceux qui troquent leur café du matin pour une tasse de chicorée, dont la France est le premier producteur mondial. Pourquoi pas essayer afin de diminuer notre consommation de café ? 

L’impact CO2 de notre alimentation se produit à différents nouveaux, plus importants selon le type d’aliment. Pour la viande boeuf, par exemple, c’est l’agriculture et le changement d’usage des sols qui lui confèrent la plus mauvaise note en terme d’écologie. Parmi tous les produits alimentaires, ceux-ci peuvent donc avoir un impact également au niveau de l’alimentation animale, la transformation, la distribution, le transport ou encore le conditionnement. 

Cela fait beaucoup à penser vous nous direz probablement… Et nous sommes d’accord avec vous. Cependant, être informé.e.s permet de mettre en place de petites actions quotidiennes, en toute conscience mais sans pression, pour réduire l’impact écologique de notre alimentation.

Agir en conscience et à son échelle : nos conseils

REVOIR SON RÉGIME ALIMENTAIRE

Si nous voulons vraiment réduire ces émissions de GES, il est nécessaire de passer par une remise en question de notre régime alimentaire. Avec l’alimentation occidentale traditionnelle que nous connaissons, on mange souvent trop, trop gras, trop sucré, trop salé et trop de viande. Une première chose que nous pouvons donc mettre en place si on souhaite diminuer l’impact de notre alimentation sur notre environnement, et notre santé, est de réduire sa consommation de viande. 

Attention, on ne vous dit pas qu’il faut spécialement totalement arrêter la viande. Comme souvent, tout est une question d’équilibre. Il est tout à fait possible d’apprendre à instaurer des quelques jours par semaine où on trouve une alternative à la viande par exemple. Saviez-vous d’ailleurs qu’on peut trouver un large apport en protéines dans de nombreux produits qui ne sont pas d’origine animale ? Nous citerons par exemple le quinoa, les légumineuses, les noix, les graines, le soja,… 

➡️Les restos végé de Bruxelles 

CONSOMMER LOCAL ET DE SAISON

S’il existe des marchés près de chez vous, ce peut être l’opportunité d’acheter des produits locaux et bien souvent de saison. Car on ne va pas se mentir, trouver des fraises au supermarché en plein mois de décembre, ce n’est pas normal. Ces fruits ont été transportés de pays beaucoup plus chauds ou cultivés sous serres surchauffées (bien souvent en bateaux ou en avions, etc.) et cela n’aide pas à réduire leur impact de CO2. On ne le répétera sûrement jamais assez, plus nous consommons local et de saison, moins notre alimentation sera polluante et ça, c’est cool ! Ajoutons également que pour notre santé, cette pratique est bénéfique. Les fruits et légumes de saison sont riches en vitamines. 

ALLer FAIRE ses COURSES À PROXIMITÉ

Dans le même esprit que de consommer local et de saison, évitons le plus possible de parcourir des kilomètres en voiture et d’émettre des quantités importantes de gaz à effet de serre. Quand c’est possible, allons faire nos achats à pied, à vélo ou en transports en commun. De petits gestes, d’accord, mais qui peuvent faire la différence si on est nombreux à y penser.

➡️5 supermarchés BIO de Bruxelles à découvrir

➡️Février sans supermarché 

ÉVITER LES ALIMENTS EMBALLÉS ET TRANSFORMÉS

On ne vous apprend rien en vous affirmant que la réduction du plastique devient urgente si on veut pouvoir préserver notre belle planète. Malheureusement, c’est encore trop fréquemment qu’on trouve des aliments emballés dans du plastique.

Petit rappel : quand vous allez faire vos courses, n’oubliez pas de prendre des sacs à vracs, pour y mettre vos fruits, légumes ou tout ce que vous pouvez acheter en vrac. Car même si le magasin propose des sachets en papier, ce qui est mieux que du plastique c’est sûr, cela reste des déchets. 

Juste après les aliments emballés, on trouve les aliments transformés. On parle de tout ce qui est : les boissons sucrées, les bonbons, chocolats, les desserts surgelés et la liste est encore longue, mais vous avez compris qu’on parle des aliments gras et trop sucrés. Essayez de réduire votre consommation de ces derniers et tournez vous vers des aliments plus sains comme les noix, les fruits de saison, remplacez les boissons sucrées par de l’eau aromatisée maison. La planète s’en potera mieux mais votre santé, encore plus ! Tout est lié… 😊

Limiter LA CONSOMMATION DE PLATS CONGELÉS ET PRÉPARÉS

Les plats congelés et préparés font partie de la catégorie des aliments transformés et en plus de ça, ils sont très gourmands en énergie lors de leur production et de leur conservation (chaîne du froid). On essaye au maximum d’éviter au maximum d’en acheter.

EVITER LE GASPILLAGE

Le dernier conseil et pas des moindres, faisons un maximum attention à ne pas gaspiller la nourriture. Pour dire stop au gaspillage alimentaire, établissons nos menus à l’avance et préparons bien la liste de courses, veillons aux dates de péremption, cuisinons les justes quantités, accommodons les restes… 

N’oubliez pas que personne n’est parfait et que si nous appliquons déjà ne serait-ce qu’un ou deux de ces conseils au quotidien, nous faisons un effort à notre échelle !

Lire aussi … 

➡️Les petits gestes pour réduire son empreinte écologique 

Aline Vlasselaer

Dans cette catégorie...

Catégories
Société

5 gestes pour réduire son empreinte numérique

Et si on vous disait que vous pouviez agir pour la planète en faisant un peu de tri dans votre ordinateur et en changeant vos habitudes sur internet ? Chaque mail envoyé ou stocké, chaque recherche sur Google, chaque téléchargement de photos ou de vidéos nécessitent le fonctionnement de ‘data center’, d’énormes hangars remplis de serveurs  qui chauffent énormément et ont besoin d’être refroidis de manière constante… Evidemment tout cela demande beaucoup d’énergie. Si certains petits gestes peuvent nous paraître inutiles, une simple petite goutte dans l’océan … à la rédac’ nous sommes persuadées que chaque geste, à son échelle, a son importance. Voici 5 gestes à mettre en place pour réduire son empreinte numérique.

L’empreinte numérique, qu’est-ce que c’est ?

L’empreinte numérique se définit par les traces qu’on laisse derrière soi sur internet et l’énergie nécessaire à ce passage. Cette empreinte numérique crée de la pollution numérique et fait grimper notre bilan carbone. Dans le monde, le numérique serait responsable de 4% des gaz à effet de serre (source). Un chiffre considérable sur lequel chacun peut agir à son échelle. 

Cette empreinte prend également en compte la construction et la consommation électrique de nos appareils électroniques comme le téléphone, l’ordinateur ou encore la tablette.

5 gestes pour réduire son empreinte numérique

Changer son moteur de recherche

Un premier geste : dire non à Google. Ce dernier est le moteur le plus puissant du monde et nécessite des serveurs énormes et très polluants. 

Vous pouvez opter pour des moteurs de recherches alternatifs, qui polluent également, mais qui compensent leur empreinte carbone par des dons à des associations ou en plantant des arbres comme Ecosia

Un premier geste qui paraît très simple mais pas toujours évident à mettre en place quand on travaille dans le domaine du digital et où Google est le ‘sacro-saint’ des moteurs de recherche. Si c’est également votre cas, commencez à alterner les moteurs de recherche pour vos recherches pro et personnelles. On le redit, chaque petit geste compte. 

Trier sa boite mail

Envoyer, recevoir, stocker des emails consomme. Alors c’est parti pour un gros tri dans sa (ses) boite.s mails, quelques exemples : 

  • Se désabonner des newsletters qu’on ne lit pas  
  • Supprimer tous les vieux e-mails 
  • Vider sa boîte de Spam 

Vous pouvez utiliser l’outil gratuit Cleanfox (aussi disponible sur téléphone portable!). 

Petite recommandation supplémentaire : quand vous envoyez un mail avec une pièce jointe, pensez à réduire la taille de cette dernière.  

Eviter les espaces de stockages en ligne

Les clouds (ou drive) en ligne sont certes très pratiques mais très polluants car ils font tourner à plein régime les data centers.

Si c’est possible, privilégiez des moyens de stockage comme un disque dur externe ou une clé USB. De nouveau, pour le boulot, cette mesure n’est pas toujours facile à appliquer mais vous pouvez le faire pour vos dossiers personnels.

Enregistrer dans les favoris les sites que l’on consulte fréquemment

Vous allez peut-être sur certains sites tous les jours (Mode in Belgium peut-être ? *rire*)? Enregistrez-les dans vos favoris pour éviter de lancer une nouvelle recherche à chaque fois. Cela permet de consommer 4 fois moins de CO2.

Éteindre ses appareils électroniques et Opter pour des appareils reconditionnés

En veille, nos appareils consomment encore de 20 à 40% d’énergie. On adopte le réflexe de les éteindre quand on ne les utilise pas. 

Votre téléphone vous a lâché ? Vous devez en racheter un ? Dans un premier temps, pensez déjà à recycler correctement vos appareils électroniques. Vous trouverez les points de collecte en Belgique, ici

Au moment de l’achat, faites un tour sur le marché de la seconde main reconditionnée ! Le site le plus connu est Blackmarket mais de plus en plus de grandes enseignes proposent aussi ce service. 

 

Cet article devrait aussi vous intéresser : 

➡️Dix habitudes à prendre pour diminuer son empreinte écologique

Dans cette catégorie...

Catégories
Société

Dix habitudes à prendre pour diminuer son empreinte écologique

1. Manger des fruits et des légumes de saison

Les fruits et les légumes qui ne sont pas de saison sont souvent importés de nos pays voisins par avion ou bateau. Manger les produits locaux permet d’éviter de les importer et de privilégier nos producteurs. Vous pouvez aussi favoriser l’achat en vrac afin de ne pas ramener avec vous du plastique inutile.

➡️Comment réduire l’impact de notre alimentation sur l’environnement

2. Prendre son vélo ou aller à pied

Si vous faites des petits trajets, n’utilisez pas la voiture mais allez-y plutôt à pied ou à vélo. Avec le retour des beaux jours, c’est aussi l’occasion de profiter du soleil. Et pour les plus ambitieux, pourquoi ne pas envisager de remplacer totalement sa voiture par un vélo ou un vélo électrique? De plus en plus de personnes sautent le pas, pourquoi pas vous? En plus d’être bon pour la planète, c’est bon pour la santé.  

N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site de Cowboy, start-up belge de vélos électriques.

3. Remplacer ses cotons démaquillants

Troquez vos cotons démaquillants pour des cotons en tissus réutilisables. Vous pourrez en retrouver sur le site de Bambaw ou sur Hopono

4. Bannir le plastique dans votre salle de bain

Remplacez vos bouteilles de shampoing en plastique par des shampoings solides. De plus, ces produits sont aussi disponibles dans les supermarchés. Vous pouvez aussi renouveler votre brosse à dents actuelle par une brosse à dents en bambou. Sur des e-shops cités précédemment vous trouverez votre bonheur  mais aussi sur les sites Kazidomi ou Kam Basics.

La salle de bain 100% belge de la rédac’

5. Bannir le plastique dans votre cuisine

Maintenant que les pailles en plastique sont interdites, vous pouvez en trouver en inox ou dans d’autres matières. Remplacez également vos bouteilles en plastiques par des gourdes. Il existe aussi des lunchbox qui vous permettent de transporter votre nourriture plus facilement (comme par exemple, la Wood’dwich, une boite à sandwich en bois). 

6. Trier ses déchets

N’oubliez pas de trier vos déchets et si vous en avez l’opportunité, confectionnez-vous un compost. Cela réduira le poids de vos poubelles, mais c’est aussi l’occasion de recycler vos déchets organiques et favoriser la biodiversité dans votre jardin. Si vous n’avez pas de place pour composter, certains quartiers proposent des composts à la disposition de leurs habitants.

7. Privilégier les douches

Préférez des douches aux bains afin de diminuer votre consommation d’eau. Idéalement, votre douche doit durer entre 5 et 7 minutes afin de ne pas en abuser.

8. Utiliser des tote bags

Quand vous faites vos courses, utilisez vos tote bags en guise de sacs afin d’éviter d’utiliser des sacs en plastique. En plus de faire un geste pour la planète, les sacs en tissu sont beaucoup plus résistants et surtout réutilisables (évitez d’acheter ou accepter tous les totes bags qu’on vous propose, avec quelque-uns c’est suffisant). 

9. Acheter en 2e main

N’hésitez pas à aller faire un tour dans les friperies ou d’acheter des vêtements en seconde main. C’est aussi l’occasion de faire de jolies trouvailles tout en faisant un geste pour la planète.

Notre sélection de friperies à Bruxelles 

Comment adopter la slow fashion ? 

10. Supprimer ses mails

mais nos mails ont un réel impact sur l’empreinte carbone. D’après une étude, supprimer 30 mails permettrait d’économiser l’équivalent de la consommation d’une ampoule pendant une journée.

On ne s’en rend pas compte, mais tous ces petits gestes permettent de réduire considérablement notre empreinte écologique. A nous de jouer maintenant ! 

Sandra Sacré 

Dans cette catégorie...