Vous souhaitez travailler avec nous ? Découvrez nos services ➡️ 

Mode in Belgium

Le webzine lifestyle conscient belge

Catégories
Mode

Les labels de mode éthique et éco-responsable à connaître

Les labels de mode sont des certifications qui garantissent l’engagement des marques et des usines qui produisent les vêtements. Composition, impact environnemental, conditions de travail, procédés de fabrication et rémunération des employés font l’objet d’une analyse minutieuse. Malheureusement, les marques de fast-fashion ont bien compris le pouvoir de ces labels de mode. Ils s’auto-attribuent alors des certifications créées de toutes pièces dans le but de tromper le consommateur. Il est donc alors important de savoir reconnaître les vrais labels des faux pour ne pas se faire avoir. 

Qu’est-ce qu’un label ?

Un label est une marque protégée qui est associée à un produit. Celui-ci est délivré par une organisation publique, parapublique, une organisation professionnelle ou une association. Pour obtenir un label, le produit doit répondre à un ensemble d’exigences. Ce label garantit la qualité, l’origine ainsi que les conditions de fabrication du produit. Les labels ne prouvent pas qu’une marque est éthique à 100% et l’absence de label ne veut pas dire que le produit n’est pas durable. En effet, la labellisation coûte cher et certaines marques n’ont pas les moyens de se la payer. Il est donc important de se renseigner avant de boycotter une marque.

Les Labels de mode éthique auxquels être attentifs

GOAT

Label GOAT pour Global Organic Textile Standard garantit le respect de l’environnement ainsi que des conditions de travail dignes pour les employés. De plus ce label certifie que le produit n’atteint pas la santé de ceux et celles qui le portent. Pour recevoir ce label, les marques doivent prouver :

  • L’absence de produits chimiques nocifs dans le produit
  • L’intégration d’au moins 70 % de fibre écologique 
  • La réduction de la consommation d’eau et d’énergie 
  • Un bon traitement des déchets 
  • L’interdiction de produits chimiques toxique pour l’environnement
  • La qualité écologique de l’ensemble de la chaîne de production 
  • Des conditions de travail qui respectent les conventions de l’Organisation

100 by Oeko-Tex

Le standard 100 by Oeko-Tex garantit l’absence (ou la concentration limite) des substances chimiques nocives pour la santé. Ce label ne concerne que le produit fini. Il ne vérifie pas les procédés de fabrication ou les conditions de travail. Pour pallier ce manquement, Oeko-tex a créé “Made in Green by Oeko-Tex”. Cette certification garantit l’absence de produits chimiques dangereux, mais aussi les procédés de fabrication qui doivent être respectueux de l’environnement et des droits humains. 

Global Recycled Standard

Le Global Recycled Standard (GRS) certifie que les produits sont réalisés à partir d’au moins 50% de matériaux recyclés et que le produit a été créé dans le respect des critères environnementaux et sociaux. 

PETA

L’association PETA pour Ethical treatment of Animal se bat pour protéger le droit et la dignité des animaux. La certification Peta garantit que les produits ne contiennent aucune matière animale et que ceux-ci n’ont pas été testés sur les animaux. Le label est accordé après une auto-déclaration du fabricant qui paie pour pouvoir l’utiliser.

Fair Wear

La Fair Wear Foundation est une organisation qui vérifie que les conditions de travail sont décentes. Pour recevoir ce label, les entreprises doivent :

  • Ne pas faire travailler d’enfants
  • Assurer la sécurité des travailleurs au sein de l’entreprise
  • Payer correctement ses salariés
  • Ne pas avoir recourt à de la discrimination (sexe, nationalité, handicap, etc. ) 
  • Assurer des horaires de travail décents

Fairtrade

Le label Fairtrade assure que les ingrédients sont issus du commerce équitable. La production, la transformation et la commercialisation doivent répondre aux standards Fairtrade. Ce label permet aussi aux producteurs locaux et aux coopératives d’avoir un prix juste et stable pour leurs produits. De bonnes conditions de travail et des critères écologiques sont indispensables pour obtenir la certification Fairtrade.

B-Corp

Le Label B-Corp est donné aux entreprises qui répondent aux exigences sociétales, environnementales et de transparence envers le public. B-Corp signifie “Benefit Corporation” qui désigne une société qui à des effets bénéfiques sur le monde en étant rentable.

Cette liste de label n’est pas exhaustive. Il en existe encore de nombreux d’autres que vous pouvez découvrir sur le site Infolabel. L’objectif est de ne pas se laisser tromper par les faux labels que s’auto-octroient les marques de fast-fashion et ainsi ne pas tomber dans le piège du greenwashing

➡️

Sources : LabelinfoWedressfair 

Article rédigé par Aline Jottard, stagiaire

Dans cette catégorie...

Catégories
Lifestyle

10 activités slow et éco-responsables à faire en hiver

Winter is coming ! Et non on ne fait pas référence à Games of Thrones mais bien à la saison d’hiver qui approche à grands pas, le froid qui va avec mais aussi tous les petits plaisirs d’hiver comme des plats biens gourmands, des bougies, de la neige (on espère), … Voici nos idées d’activités. 

Mode slow activé : 10 idées d’activités à faire pour s’occuper en hiver

Lire sous un plaid

Quoi de mieux en hiver que se blottir dans son canapé, sous un plaid, avec un livre, une série ou même un film de Noël ? Accompagnez le tout d’un thé et de quelques bougies, vous n’aurez pas envie de bouger de sitôt ! 

➡️Nos conseils pour un moment cocooning à la maison 

Se promener en pleine nature

Faire une balade en pleine nature par une belle jolie d’hiver (entendez par là pas de pluie) a également son charme. En famille, entre amis ou même solo, une journée au grand air ne vous fera que du bien. Habillez-vous bien pour ne pas avoir froid. 

➡️10 conseils pour une journée randonnée

Faire de la luge (ou tout autre activité dans la neige)

S’il neige cet hiver, pourquoi ne pas tester une activité slow comme la luge ? Adulte, cette activité vous ramènera tout droit en enfance tandis que pour les petits, ils se créeront de magnifiques souvenirs ! Plus qu’à croiser les doigts pour avoir de la neige cet hiver en Belgique. 

Profiter d’un feu de bois

Si vous faites partie des chanceux qui ont une cheminée à la maison, profitez-en !  Ambiance chaleureuse garantie. Si vous n’avez pas de feu de bois à la maison, quelques bougies offriront aussi une ambiance cocoon. 

bougies

Déguster une boisson chaude

Chocolat chaud, matcha, café, chai latte, infusion, thé, vin chaud, soupe, … les possibilités sont nombreuses! En plus d’offrir une sensation de chaud en les dégustant, certaines de ces boissons ont également des bienfaits sur l’organisme comme le matcha qui est antibactérien ou le chocolat chaud (noir) antioxydant. 

➡️Notre article sur le matcha 

Il est important de rester bien hydraté.e en hiver, pour cela n’hésitez pas à opter pour des tisanes ou infusions. 

S’offrir un moment bien-être à la maison

Toujours dans une idée de slow life, organisez un moment bien être à la maison : une musique relaxante, une bonne douche (ou un bain), soin de la peau, yoga, méditation, … ce qui vous fait envie et du bien au moral. 


➡️Les bienfaits d’une routine quotidienne

Cuisiner des petits plats de saison

En hiver, on aime les plats gourmands et réconfortants. C’est le moment de passer en cuisine et de préparer vos plats favoris en solo ou en famille (découvrez 5 recettes réconfortantes et veggie dans cet article). L’hiver rime aussi avec raclettes à partager avec ses proches, miam ! 

plaque cuisson biscuits hiver

Faire ses propres bougies

On parle beaucoup de bougies dans cet article. En effet, l’hiver, rien de tel que de jolies bougies pour réchauffer l’atmosphère d’une pièce. Mais si vous profitiez de cette période pour fabriquer vos propres bougies ? En suivant un tuto ou en utilisant le coffret La Fabrique d’Etoiles

Essayer un activité manuelle

L’hiver on aime rester bien au chaud chez soi. Prenez le temps d’essayer une nouvelle activité manuelle comme le tricot, la broderie ou même la peinture. Et qui sait, vos petites créations feront peut-être de très jolis cadeaux de Noël éco-responsables et faits avec amour.  

➡️5 conseils pour cultiver son self-love 

Créer votre propre calendrier de l’Avent maison

Dernière idée d’activités éco-responsables pour l’hiver : créer votre propre calendrier de l’Avent maison. Laissez libre cours à votre imagination (ou surfez sur Pinterest) pour créer un calendrier unique et personnalisé. 

On espère que cette liste d’activités slow et éco-responsable à faire en hiver vous donnera des idées pour cette jolie période de l’année ! 

Dans cette catégorie...

Catégories
Beauté

8 alternatives zéro déchet pour la salle de bain

Haaa la salle de bain, une pièce essentielle dans la maison dans laquelle on effectue des petits gestes quotidiens routiniers : brossage des dents, démaquillage, douche, … Ces derniers, aussi anodins soient-ils, sont pourtant pointés du doigt lorsqu’on s’intéresse au zéro déchet et que l’on tente de réduire l’utilisation de produits à usages uniques. 

Voici nos idées d’alternatives zéro déchet pour la salle de bain. 

La brosse à dents en bambou et/ou à tête interchangeable

Une brosse à dents n’a pas une durée de vie éternelle (il est d’ailleurs recommandé de la changer tous les 3 mois). Ajoutez à cela le temps de dégradation du plastique qui est très (très) long, la brosse à dents devient l ‘un des adversaires d’un mode de vie éco-responsable. Il existe des alternatives. La plus connue est l’utilisation d’une brosse à dents bambou biodégradable. Des brosses à dents à tête interchangeable existent également et permettent de ne pas jeter l’entièreté de la brosse (cela est valable pour les brosses à dents manuelles mais également électriques). 

Le dentifrice

De pair avec la brosse à dents en plastique, le tube de dentifrice classique n’est pas vraiment l’ami du zéro déchet. On retrouve aujourd’hui plusieurs alternatives comme le dentifrice solide ou dans un contenant en métal ou en verre (que l’on peut généralement réutiliser après pour fabriquer ses propres cosmétiques par exemple). 

➡️La salle de bain 100% belge de la rédac’

brosse à dents zéro déchet

Les cotons démaquillants réutilisables

On connait tous le long tube de cotons démaquillants jetables qui diminue chaque jour pour atterrir directement dans la poubelle de notre salle de bain. Grâce aux disques démaquillants lavables et réutilisables en tissus, c’en est fini de tous ces déchets. De nombreux e-shops éco-responsables en proposent à la vente. On le préfère en coton biologique et/ou recyclé, doux pour la peau. On les achète par lots pour en avoir entre 10 et 20 à la maison et on les lave une fois le lot utilisé. 

Les savons et shampoings solides

Et si on troquait les gels douche et shampoings traditionnels, souvent dans des contenants en plastique et aux compositions assez douteuses, par des cosmétiques solides ? En plus d’être zéro déchet ils présentent l’avantage d’être facilement transportables et économiques. Que demander de plus ? 

➡️3 avantages des cosmétiques solides 

Et si vous ne savez pas quoi faire avec les petits morceaux de savons solides, retrouvez nos conseils dans cet article pour les utiliser jusqu’au bout.

Les cotons-tiges lavables ou l’oriculi

Ce petit objet du quotidien a pourtant l’air inoffensif et pourtant il est composé en majorité de plastique qui n’est ni recyclable ni biodégradable ! Un vrai fléau. Heureusement, des alternatives économiques et écologiques existent comme le coton-tige lavable en silicone ou l’oriculi en bambou. De plus, si ces alternatives ne vous conviennent pas, on retrouve de plus en plus dans les commerces des cotons-tiges jetables mais en bambou ou papiers recyclés, ce qui est déjà toujours mieux que ceux en plastique. 

Les protections hygiéniques réutilisables

Cela fait déjà plusieurs années que des alternatives aux tampons et serviettes réutilisables sont mis en avant : les cup, les serviettes réutilisables et même les culottes menstruelles. Il s’agit de solutions écologiques mais surtout plus saines pour notre corps. En effet, les compositions des protections conventionnelles sont rarement transparentes avec les consommateurs et de nombreux produits chimiques sont utilisés pour leur blanchiment. 

Pour les personnes un peu réticentes à l’idée de ces protections réutilisables (ou pour les situations qui rendent impossible leur utilisation), vous pouvez opter pour des serviettes et tampons en cotons biologiques et non-blanchis moins nocifs. 

Le déodorant éco-responsable

Dites adieu au déodorant rempli de produits chimiques (et pire encore, au format aérosol) en optant pour un déo naturel sans aluminium sous format solide ou dans un pot en verre.

Vous pouvez aussi en fabriquer un vous-même avec des huiles végétales et essentielles. 

➡️On a testé un atelier Biocam pour faire ses propres cosmétiques maison

Le rasoir de sûreté

Un objet old school qui revient à la mode : le rasoir de sûreté ou réutilisable (à l’inverse des rasoirs jetables). Pour hommes et pour femmes, il s’agit d’un rasoir muni d’un manche (souvent en métal ou en bois) et d’une lame (qui elle seule doit se changer). Combinez cela avec de la mousse à raser solide et faites un pas de plus dans le monde du zéro déchet.

➡️Wash Wash Cousin, la cosmétique belge en mode badass !

rasoir de sûreté

Le papier toilette non blanchi

La plupart des papiers toilettes traditionnels sont blanchis avec des solvants chimiques. De plus, sa production demande une très grande quantité d’eau. Se passer de papier toilette est une étape difficile à mettre en place (certaines personnes préfèrent pour une petite douchette ou des tissus réutilisables), notre solution ? Optez pour un papier non blanchi (il aura donc une couleur beige voire brune) et recyclé. 

Lire aussi 

➡️Voyage : la trousse de toilette éco-responsable à emporter

La plupart des alternatives pour une salle de bain zéro déchet mentionnées ci-dessus sont disponibles sur la plupart des e-shops belges éco-responsables comme Kazidomi (profitez de 20€ de réduction sur l’abonnement annuel avec le code de Marine “HAPPYISCHIC20”) 

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Les matières éco-responsables pour avoir chaud l’hiver

L’été est bien derrière nous, fini les barbecues et les sessions bronzettes, on passe en mode cocooning : au coin du feu, blottis sous un plaid ou dans une tenue confortable et bien chaude. Mais quelles sont les matières éco-responsables qui tiennent chaud l’hiver ? Naturels ou synthétiques, certains tissus sont en effet à privilégier lorsque les températures baissent. 

Découvrez aussi … 

➡️Le guide des matières éco-responsables: vers une mode plus durable

Les règles pour avoir bien chaud

Pour avoir bien chaud l’hiver, il y a deux règles primordiales à respecter : 

  • Protéger les extrémités : les mains, les pieds, la tête et le cou. 
  • Opter pour le principe du multi couches : une sous-couche isolante à même le corps pour conserver la chaleur et évacuer la transpiration (la laine, le lin, le lyocelle sont d’excellents isolants thermiques); un couche secondaire pour garder la chaleur (en laine ou en velours par exemple) et enfin une couche extérieure pour protéger de l’extérieur (imperméable, coupe-vent, …). 

Les matières qui tiennent chaud

La laine naturelle

La laine naturelle est l’une des plus vieilles matières utilisées pour ses principes thermorégulateurs et isolants. Il existe différents types de laines naturelles : la plus chaude est la laine mérinos suivie de la laine naturelle vierge de mouton écossais ou irlandais, très souvent utilisée pour tricoter de gros pulls ou encore le cachemire réputé pour sa douceur et sa finesse qui s’adaptent à tous les vêtements.

 

Issue de la tonte animale, il est conseillé de faire attention à la provenance de la laine. Deux labels sont importants à connaître : le certificat Woolmark qui garantit une laine vierge provenant de la tonte d’animaux sains et vivants et le label Oeko-Tex 100 qui assure les qualités humano-écologiques des textiles. 

Notre article complet sur la laine naturelle, ici

➡️Les mailles à l’honneur avec Bonheur Bruxelles

Le chanvre

Le chanvre est une plante multi-usage qui ne présente presque que des avantages. Cultivées dans le nord de la France et même en Belgique, elle demande peu d’eau et sa fibre est biodégradable. Pour les vêtements, tout comme la laine naturelle, la fibre de chanvre est thermorégulatrice et isole du froid, c’est l’idéal pour l’hiver. 

Notre article complet sur le chanvre, ici

Le lin

Le lin est le plus souvent utilisé l’été car il s’agit d’une matière fine et légère. Cependant, elle s’ajoute à la laine et au chanvre dans la liste des matières thermorégulatrice et isolante. On peut faire le choix d’une chemise en lin à porter sous un pull en laine par exemple. Le lin est aussi une matière éco-responsable qu’on apprécie l’hiver pour le linge de lit car elle permet d’absorber et maintenir la chaleur du corps dans les draps! 

Le velours

Le velours est une matière très épaisse et douce. On l’aime car elle tient chaud tout en apportant style et confort. Le velours est généralement tissé à partir de coton ou de polyester (parfois de laine) et est caractérisé par sa structure très serrée et dense faite pour empêcher le froid de passer. Le velours n’est pas forcément éthique. Cela va dépendre de la ou matière première utilisée. Il est préférable de le choisir à base de polyester recyclé, coton certifié ou même en seconde main. 

➡️Nos friperies préférées à Bruxelles 

➡️Nos friperies préférées à Anvers 

Le lyocell

Le lyocell est une alternative éco-responsable à la viscose. Sur le même principe que cette dernière, il s’agit d’une fibre artificielle obtenue à partir d’un procédé chimique. Néanmoins, le lyocell est fabriqué à partir de pulpe de bois dissoute dans un solvant naturel. Aussi doux que la soie, c’est une matière éco-responsable légère et absorbante qui se porte tant en été qu’en hiver. Il est rare de trouver un gros pull en lyocell, on trouve généralement des t-shirts à manches courtes ou longues idéales pour former une couche protectrice au plus près du corps et à porter sous ses pulls. 

Le polaire

Le polaire est une “technologie textile”. En effet, cette matière synthétique est obtenue à partir de  fibres de P.E.T (Polyéthylène Téréphtalate), des fibres creuses (ce creux dans la fibre permet une meilleure isolation et perméabilité mais augmente également le volume) et d’autres fibres synthétiques. Cette matière n’est pas pas très éthique dans sa fabrication traditionnelle. Dans une démarche éco-responsable, on peut le choisir à base de fibres recyclées ou en seconde main. Le polaire est très souvent utilisé pour la doublure des vestes ou pantalons d’hiver et promet de tenir très chaud et ce, même par les plus froides températures. C’est également un tissu très résistant et fait pour durer dans le temps. 

Quoi qu’il en soit, adapter la matière de ses vêtements pour avoir chaud en hiver est un bon moyen de faire des économies d’énergie à la maison, et en même temps, d’agir pour l’écologie. Alors pourquoi s’en priver ?😀

Dans cette catégorie...

Catégories
Lifestyle

5 astuces pour recycler les restes de savons solides

De plus en plus, le savon sous forme solide devient un incontournable de la salle de bain éco-responsable. C’est en effet l’une des étapes les plus simples lorsqu’on se tourne vers un mode de vie moins polluant : troquer ses gels douche et shampoings dans des contenants en plastique contre leurs équivalents solides. 

Si cette forme vous est familière, vous avez déjà dû faire face aux petits morceaux de savon dont on ne sait pas trop quoi faire : ils glissent entre les mains et ils sont trop petits pour les faire mousser … Bref, les bouts de savon qui traînent au bord de l’évier, c’est la partie moins cool de ces cosmétiques écologiques. On vous livre 5 astuces pour recycler les restes de savons solides et éviter tout gaspillage.

➡️5 objets du quotidien à ne plus jeter

1. Parfumer ses armoires

Une première astuce très simple : utiliser les restes de savon solide pour parfumer vos tiroirs et garde-robes. 

Comment faire ? Prenez les morceaux de vos savons parfumés préférés et laissez les bien sécher. Ensuite, placez-les dans un petit morceau de tissu ou une petite pochette (comme celles à bijoux par exemple) et placez là où vous souhaitez diffuser leurs senteurs. Vous pouvez les pendre directement dans la garde-robe ou les placez dans un coin d’un tiroir à vêtements par exemple. 

2. Refaire un nouveau savon

Saviez-vous que vous pouviez refaire un nouveau savon en accumulant plusieurs petits morceaux ? Pour cela, c’est très simple : mettez l’ensemble des bouts de savon dans une casserole avec un fond d’eau et chauffez à feu doux jusqu’à ce que tout soit bien liquide (cela doit avoir la consistance d’une béchamel). Ensuite, placez le liquide dans un moule (à cupcake par exemple) et laissez refroidir jusqu’à ce que le nouveau savon soit de nouveau solide. 

Et voilà, c’est prêt !

3. Les utiliser jusqu’au bout grâce à un bas collant

Une autre astuce 100% économe et anti-gaspillage qui va vous permettre d’utiliser jusqu’au bout vos restes de savon. Pour celle-ci, vous aurez besoin d’un bas collant dans lequel vous coupez l’équivalent d’une chaussette. Placez-y les bouts de savon et avec vos mains mouillées, faites mousser le savon placé à l’intérieur du bas. Facile! 

La marque belge de savons artisanaux Lîdjeu propose également un sac à savon en lin. Le principe est le même, c’est plus esthétique et vous pouvez vous en servir en gommage doux en frottant directement le sac sur votre peau. 

4. Faire du savon liquide

Une autre astuce qui demandera un peu de préparation : transformer vos restes de savons en savon liquide. Récoltez les morceaux et râpez-les très finement (dans un mixeur par exemple) ajoutez ensuite une grande quantité d’eau bouillante (1 litre environ pour une poignée de savon râpé). Placez le liquide dans un récipient à pompe et voilà. 

5. Faire une éponge auto-moussante

Cette dernière astuce fonctionne pour les restes de savons de Marseille ou tout autre savon le plus neutre possible. Prenez une éponge, faites-y une petite entaille et enfoncez un petit morceau de savon. Vous avez une éponge auto moussante idéale pour faire la vaisselle ou frotter les tâches récalcitrantes sur les vêtements ou autres supports ! 

Dans cette catégorie...

Catégories
Lifestyle

8 conseils pour une rentrée organisée et éco-friendly

Si vous ne faites pas partie des petits chanceux qui prennent leurs vacances en septembre, la rentrée approche à grands pas ! Fini l’été, il est temps de reprendre le rythme, retourner au boulot ou sur les bancs d’école. On vous livre nos meilleurs conseils pour une rentrée organisée et éco-friendly. 

C’est (déjà) la rentrée !

La rentrée, c’est un peu le deuxième Nouvel an de l’année : l’occasion de repartir du bon pied, de fixer de nouveaux objectifs, de faire le tri. L’été chamboule bien souvent notre organisation (et tant mieux!) car on prend le temps de profiter des longs apéros, on ralentit le rythme avec la chaleur, on part en vacances… Mais lorsque la rentrée (des classes ou pas) sonne, c’est le moment pour (re)prendre quelques bonnes habitudes et terminer l’année en beauté et bien organisée. 

Nos conseils pour une rentrée organisée et éco-friendly

1. Reprendre un rythme régulier

Avec ou sans enfant, quelques jours avant la rentrée, essayez de reprendre un rythme plus régulier, réinstaurer une routine. 

L’été est souvent synonyme d’horaires décalés : on profite des longues soirées, on se réveille plus tard et les repas sont parfois retardés. Quelques jours avant la rentrée, anticipez et reprenez doucement votre rythme “normal”, de cette manière le retour à la réalité sera un peu moins dur. 

➡️Les bienfaits d’une routine bien-être quotidienne

➡️Bien dormir : 5 conseils à adopter 

2. Etablir son emploi du temps et remplir son agenda

A la rédac’, c’est notre partie préférée ! Acheter de la jolie papeterie, un nouvel agenda (ou un agenda numérique) et planifier son emploi du temps de la rentrée ! 

Et si cette année, on s’inspirait un peu des principes de la slow life pour organiser notre quotidien ? On priorise les tâches importantes et on planifie des moments pour soi, entre amis et en famille. Vous pouvez également profiter de la rentrée pour prendre tous les rendez-vous que vous repoussez (vous savez ce rendez-vous chez le dentiste ?). 

Quel agenda choisir ? Un agenda pratique à utiliser au quotidien et qui répond à vos critères. Doit-il rentrer dans votre sac ou va-t-il rester sur votre bureau ? Préférez-vous une page par jour ou une semaine par page pour une vue d’ensemble ?

D’autres préféreront l’agenda électronique disponible sur ordinateur et téléphone pour l’avoir toujours avec soi. 

3. Ranger ses placards (de cuisine)

Et si vous profitiez quelques jours avant la rentrée pour ranger certaines pièces de la maison ? La cuisine par exemple. 

A la mode du nettoyage de printemps, prévoyez un nettoyage pré-autonome. C’est le moment de faire le point sur vos placards, triez et listez les essentiels à racheter pour être prêts dès les premiers jours de la reprise. Vous souhaitez en profiter pour changer petit à petit vos habitudes de consommation ? Découvrez notre article sur Comment réduire l’impact de notre alimentation sur l’environnement

4. Prévoir des repas faciles pour les premiers jour de la rentrée

Ce conseil va de pair avec le rangement de la cuisine. Si vous avez le temps et l’envie, vous pouvez déjà prévoir quelques repas faciles à congeler ou mettre en bocaux pour les premiers jours de la rentrée. De bons petits plats colorés avec les légumes d’été encore disponibles pour mettre un peu de couleur et de vitamines dès le début de l’année.  


➡️“Busy, Busy”: le livre de recettes des gens pressés

5. Ranger son bureau (et checker toutes les tâches administratives)

Deuxième partie de la maison qui a peut-être besoin d’un petit coup de frais : le bureau (pièce et/ou meuble). 

Les papiers qui s’accumulent, les brols déposés à la hâte pendant les deux mois d’été … Allez un gros rangement pour y voir plus clair avant la rentrée ne peut être que bénéfique ! 

bureau minimaliste

N’oubliez pas de ranger également les dossiers de votre ordinateur et de trier votre boîte mail.

➡️5 gestes pour réduire son empreinte numérique 

Servez-vous de ce moment “rangement de bureau” pour checker toutes les tâches administratives qui devraient être faites avant la rentrée: inscription des enfants à l’école, demande de bourse, inscription au sport, … 

6. Faire le point sur les fournitures de bureau et scolaires

La rentrée est souvent synonyme d’achats : papeterie, fournitures de bureau, livres, vêtements, … Cette année, adoptez quelques réflexes éco-responsable avant de passer à l’action : triez et faites le point sur ce que vous pouvez garder, donner ou jeter; faites une liste des choses à acheter pour vous concentrer sur l’essentiel; faites un petit tour du côté de la seconde main; si vous achetez neuf, essayez d’être attentif à la composition et la provenance. 

Petite piqûre de rappel : adopter un mode de vie plus éco-responsable est important mais chacun son rythme et son échelle 😉 

Pour de la jolie papeterie, rendez-vous chez Bee Boutique, un concept store éco-responsable situé à  Waterloo qui en propose une très jolie sélection.

7. Faire une liste d’objectifs

Y-a-t-til des choses que vous voudriez accomplir avant la fin de l’année ? S’inscrire à une nouvelle activité, lire plus, faire du sport, réussir un objectif professionnel, consommer mieux, …. la liste est aussi longue que variée et propose à chacun ! 

➡️Self-love : 5 conseils pour cultiver l’amour de soi 

On l’a dit, la rentrée c’est le deuxième nouvel an, si vous voulez instaurer de nouvelles habitudes et atteindre de nouveaux objectifs, c’est le moment d’essayer. 

8. Lâcher prise

Si l’été nous apprend une chose c’est bien que ralentir le rythme et diminuer la pression a ses bons côtés. Alors si cette rentrée n’est pas aussi parfaite que vous l’espériez, si vous n’arrivez pas à mettre en place tous les conseils de cette liste : ce n’est pas grave! 

Prêt.e pour la rentrée ? Cette liste – non-exhaustive – de conseils pour une rentrée organisée et éco-friendly est là pour vous aider à affronter cette reprise … enfin, surtout le conseil n°8 ! 

Lire aussi … 

➡️Dix habitudes à prendre pour diminuer son empreinte écologique

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Upcycling, quand la mode devient circulaire

Chaque année, 4 millions de tonnes de vêtements mais également des chutes de tissus sont jetées (chiffre pour l’Europe, source)… un vrai désastre écologique. Heureusement, aujourd’hui, les choses commencent à bouger et des initiatives voient le jour dans le but de réduire ce gaspillage textile (et toutes autres formes de pollution liées à l’industrie de la mode). 

Découvrez nos articles sur la mode éco-responsable  … 

➡️Comment adopter la slow fashion ? 

➡️Comment savoir si une marque de mode est éthique et éco-responsable?

➡️Le glossaire de la mode éthique et responsable 

Upcycling, qu’est-ce que c’est ?

Qu’est-ce que l’upcycling ? “Surcyclage” en français, le terme désigne le fait de créer de nouvelles pièces de vêtements (ou accessoires) à partir de textiles existants. On donne une nouvelle vie à ces derniers tout en leur donnant une valeur supérieure. Quelques exemples pour illustrer le terme : transformer une paire de rideaux en un ensemble veste – jupe; assembler deux chemises pour en faire une nouvelle; transformer des essuis de bain en top; et bien d’autres encore, la seule limite de l’upcycling étant l’imagination. 

Une lutte contre le gaspillage de surproduction dans les industries textiles

L’upcycling vient résoudre un problème du monde textile : que faire des chutes de tissus, des vêtements que l’on ne porte plus et des invendus issus de la surproduction ? Ils sont déjà produits alors, il faut les utiliser ! 

L’upcycling peut s’appliquer aux vêtements mais également aux récupérables, c’est-à-dire les rouleaux de tissu, les chutes textiles, les linges de maison, … ceux-ci peuvent être neufs ou usagés. 

Upclycling et recyclage, quelle différence ?

En s’intéressant à l’upcycling, on peut rapidement se demander quelle est la différence avec le recyclage. Si les deux donnent une nouvelle vie à un objet ou une matière, la façon de le faire est différente. L’upcycling transforme sans détruire tandis que le recyclage consiste à défaire (ou détruire) la matière première pour créer une nouvelle matière première qui servira à la création. Dans la mode responsable, certaines marques travaillent par exemple avec du nylon recyclé pour les maillots de bain. 

➡️Notre guide des matières éco-responsables 

Upcycling et recyclage s’inscrivent dans une logique de mode circulaire où tout se réutilise. 

La mode circulaire, une solution durable et responsable ?

L’upcycling est bien plus qu’une tendance mais c’est aussi une nouvelle manière de consommer la mode de manière durable et responsable. Il s’inscrit dans un modèle d’économie circulaire qui revalorise l’existant. On fait vivre le vêtement le plus longtemps possible. 

Prendre le parti pris de réutiliser les stocks déjà existants permet de diminuer l’impact environnemental de production (et de la gestion des déchets) des vêtements, limitant le plus possible l’utilisation des ressources nécessaires à la création de ces derniers. Bien souvent, les créations upcyclées s’inscrivent également dans une démarche d’économie locale en utilisant les stocks disponibles à proximité. 

La mode est-elle indéfiniment circulaire ? Il arrive évidemment un moment où l’issue ultime du vêtement est de “mourir”. Dans un modèle d’économie circulaire parfait, il faudrait que ce dernier soit biodégradable, ne laissant presque aucune trace de son passage dans la nature (des matières comme la laine naturelle ou le chanvre sont biodégradables par exemple). Dans les faits, ce n’est pas toujours aussi simple. Néanmoins, faire le choix de matières durables et d’un modèle de production et création éco-responsable est déjà un pas énorme dans le changement des habitudes de consommation. Mais, vous le savez, chez Mode in Belgium, on préconise surtout de faire de son mieux, selon ses moyens 🙂

Adopter l’upcycling et laisser libre cours à son imagination

Dans la mode mais pas que, l’upcycling permet de laisser libre cours à son imagination ! 

Certaines marques en font leur spécialité comme méson, une jeune marque belge qui met à l’honneur chaque pièce de la maison en donnant vie à de nouveaux vêtements tendances et non genrés. Upcychic est également une plateforme belge créée pour mettre en avant les jeunes créateurs d’upcyling, de la chemise à la pochette en passant par le top, on trouve des pièces tendances et originales. 

L’avantage de l’upcylcing c’est que ce sont des pièces uniques ou presque, une bonne manière d’affirmer son style avec originalité. 

A vous de jouer

Et pourquoi ne pas tester de votre côté ? Vous avez sans doute des vêtements que vous ne portez plus ou des chutes de tissus (des anciens mouchoirs, des vieux essuies vaisselles, etc.) qui traînent chez vous ! Donnez-leur une nouvelle vie. Vous pouvez créer une éponge tawashi avec plusieurs morceaux de tissus; découpez un ancien jeans pour en faire un nouveau short; transformez un foulard en top; … les possibilités sont infinies et peuvent s’appliquer dans tous les domaines, de la mode à la déco ! 

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Le guide des matières éco-responsables: vers une mode plus durable

Une matière éco-responsable se définit principalement par son faible impact environnemental. Elle peut être naturelle ou en partie naturelle et même recyclée. Si, en plus, les moyens de production de cette matière sont éthiques, c’est un vrai combo gagnant. Faisons le point. 

Mode éthique, mode éco-responsable, matière recyclée ou upcyclée, tout un jargon que nous tentons d’apprivoiser à partir du moment où l’on s’intéresse à la mode plus durable. Pour en savoir plus sur ce vocabulaire, découvrez notre Glossaire de la mode éthique et responsable

L’impact environnemental de nos vêtements

On le répète très souvent, l’industrie textile est très polluante. Aujourd’hui, de plus en plus de marques mais également de consommateurs se tournent et s’intéressent à la slow fashion. Un tournant nécessaire si l’on souhaite changer les choses et agir pour notre planète (chacun à son échelle, évidemment). 

L’une des premières choses à prendre en compte dans la mode est la matière première utilisée. Celle-ci va être déterminante dans le calcul de l’empreinte environnementale que va laisser le vêtement. Pour que ce dernier soit éco-responsable, il est nécessaire d’opter pour des matières naturelles ou recyclées peu polluantes. Et oui, rappelons quand même que le polyester (le petit favori de la fast fashion) est obtenu à partir de dérivés du pétrole tandis que le lin ou le chanvre d’une plante … Mais attention, fibre naturelle ou végétale ne signifie pas non plus un sans faute. Certaines matières, comme le coton, demandent de grandes quantités d’eau et il faudra privilégier les labels biologiques pour éviter l’ajout de substances chimiques. De plus, certaines marques jouent également sur les pourcentages de tissus biologiques et recyclés pour camoufler la matière principale qui est elle synthétique. 

Outre la matière première, il est également important de prendre en compte les moyens de production (dont les procédés de traitement et de teinture des tissus), le lieu et les conditions de travail. Pour savoir comment reconnaître une marque éthique et éco-responsable, consultez cet article. La clé ? L’étiquette et la transparence de la marque envers les consommateurs. 

Les matières naturelles et à base de fibres naturelles

Les fibres naturelles peuvent être d’origine végétale ou animale. On distingue aussi les tissus à base de fibres naturelles dont de nouvelles matières ultra innovantes fabriquées à partir de cellulose. 

Le lin

Le lin est une des matières les plus éco-responsables. En effet, en plus de demander très peu d’eau pour pousser, peu d’entretien et pas ou peu de pesticides, le climat français et belge lui convient parfaitement. Utilisé dans l’habillement, le lin est un tissu à la fois léger, résistant et thermorégulateur idéal pour les vêtements du quotidien. 

Le lin biologique

Si le lin est déjà une matière très écolo de base, il se peut que les productions standards utilisent quelques produits chimiques pour faciliter sa production et son traitement. Optez pour du lien BIO est un petit pas supplémentaire vers l’éco-responsabilité de cette matière. 

Le chanvre

Le deuxième grand gagnant de l’éco-responsabilité : le chanvre. Le chanvre est une plante qui a tout bon et qui compte de nombreuses utilisations ! En cosmétiques, en cuisine et même dans le monde du textile, cette plante est à privilégier. Le chanvre est également cultivé en France et en Belgique (entre autres) et demande, elle aussi, très peu d’eau. 

Notre article complet sur le chanvre : Le chanvre textile, un tissu écologique à adopter

Petite mise en garde concernant le lin et le chanvre, essayez d’être attentif au pays où le vêtement est confectionné. Le lin ou le chanvre peut venir de France mais être envoyé en Asie pour être transformé et renvoyé en Europe pour être vendu.

Le liège

Le liège est de plus en plus utilisé dans le monde de la mode éco-responsable, bien souvent en maroquinerie pour les sacs, portefeuilles et autres accessoires. Le liège provient de l’arbre chêne-liège, un arbre qui ne meurt pas lorsqu’on enlève son écorce et qui se régénère et ce, sans aucun traitement chimique. Cet arbre pousse dans les pays méditerranéens comme l’Espagne, l’Italie et le Portugal. 

Le coton biologique

Le coton traditionnel, bien que ce soit une matière naturelle, n’est pas pour autant éco-responsable. Cette matière représente 25% de la production textile mondiale et est cultivée en Inde, Turquie, Chine et USA. Elle demande à la fois beaucoup de chaleur mais également d’eau, en (très) grande quantité ainsi que des produits chimiques pour son traitement. Si vous faites le choix du coton, il vaut mieux privilégier le coton biologique  (généralement certifié GOTS) qui assure que la production soit faite sans produit polluant et dans le respect des travailleurs. 

La laine naturelle

D’origine animale, la laine naturelle est une matière à la fois éco-responsable et pratique. Les vêtements en laine ne demandent que peu d’entretien. En effet, elle est thermorégulatrice et antibactérienne et il est conseillé d’éviter de la laver à la machine. Elle est également biodégradable. 

Attention, faites bien attention à la provenance de la laine. Certains labels certifient une méthode de production respectueuse du bien-être animal. 

Toutes les infos sur la laine naturelle dans notre article dédié : La laine naturelle, notre allié pour l’hiver !

Le tencel ou Lyocell

Le Tencel est la marque déposée du Lyocell développée par la société autrichienne Lenzing. 

Alternative éco-responsable à la viscose, cette matière est composée de fibres artificielles produites à partir de la pulpe des arbres. La pulpe de l’arbre doit être dissoute dans un solvant naturel ce qui permet d’obtenir la fibre. Ce solvant est ensuite recyclé, ce qui en fait un processus 100% éco-responsable, contrairement à la viscose traditionnelle. Idéalement, il est conseillé de choisir les tissus avec le label FSC (qui assure une gestion des forêts responsable). Le tencel est idéal pour les vêtements techniques et de sport car il est très respirant et absorbe l’humidité. 

On trouve également parfois le nom Ecovero, le petit frère du Tencel, presque comparable à la soie. 

La viscose, une matière artificielle polluante

Le Tencel est souvent décrit comme une alternative positive à la viscose, une matière artificielle très répandue dans le monde de la mode car très résistante, facile à teinter et qui s’adapte à toutes les coupes. La viscose est obtenue à partir de la cellulose de bambou ou de coton transformée par un procédé très chimique (à base de sulfate de soude et d’acide citrique, des produits non recyclés ni recyclables) et gourmand en eau. 

Le modal

Également un concept lancé par l’entreprise autrichienne Lenzing, le modal est fabriqué à partir de cellulose de bois de hêtre transformé en tissu par un procédé chimique. Le gros plus de cette matière est qu’elle peut être recyclée à 99% et sa production demande très peu d’eau. Le modal est très doux et souple et il va le plus souvent être utilisé pour les sous-vêtements. 

Comme pour le tencel, il faut être attentif à l’origine du bois utilisé pour la création du modal.

Le cuir au tannage végétal et les cuirs vegans

Le tannage est le procédé par lequel la peau animale est transformée en cuir. Traditionnellement, ce procédé se réalise avec des du chrome, un produit loin d’être éco-friendly. Aujourd’hui, de plus en plus de marques éco-responsables optent pour le tannage végétal à l’aide d’écorce, de bois et de feuilles. 

Pour une alternative au cuir sans exploitation animale, pensez aux cuirs végétaux qui ont de plus en plus la cote. Obtenus à partir d’ananas, de raisins ou encore d’eucalyptus qui sont à la fois moins chers à produire et évitent l’élevage animal destiné à ces fins.

Les matières recyclées

Polyester recyclé

Le polyester classique est sans doute une des fibres les plus polluantes qui existent dans le monde du textile, un allié incontestable de la fast fashion. Résistante et légère, elle ne se froisse pas et sèche rapidement. Elle a tout d’une matière idéale sauf qu’elle provient d’un dérivé du pétrole (environ 1,5 kg de pétrole = 1 kg de polyester). Les vêtements produits à partir de cette matière vont rejeter tout au cœur du cycle de leur vie des micro particules de plastique qui finissent directement dans la nature. 

Néanmoins, on peut également trouver sur le marché du polyester recyclé. Kesako ? Il s’agit de tissu obtenu à partir d’autres déchets textiles ou de recyclages de bouteilles en plastique par exemple. Ce processus permet de réduire l’empreinte écologique des vêtements. Il n’est pas rare de trouver des combinaisons de matières dans un même habit avec X % de polyester recyclé, X % de lin, etc. 

Nylon recyclé

Le nylon est également une fibre synthétique très polluante. De nouveau, l’innovation a permis de mettre en place certains procédés de recyclage du nylon pour obtenir une fibre plus éco-responsable. Econyl par exemple, est une marque déposée par une entreprise italienne qui recycle les déchets plastiques des océans pour en faire des fibres nouvelles. Cette matière est principalement utilisée dans les maillots de bain car elle est à la fois élastique et résistante. Attention, il s’agit toujours d’une matière synthétique qui rejette des microparticules. Mais cela de façon bien moindre que pour du nylon ou du polyester classique. 

Le problème des fibres synthétiques

Polyester, acrylique, nylon, élasthanne, .. en regardant l’étiquette de nombreux vêtements on trouve ces noms bien connus de l’industrie textile. Les matières synthétiques ont vu le jour dans les années 40 mais n’ont été démocratisées que 30 ans plus tard. Fibres adorées de la fast fashion, elles sont bon marché et faciles à travailler. Pourtant, leur production est l’un des procédés les plus polluants du 21e siècle. Le polyester (et les autres) est obtenu à partir de pétrole (une ressource première limitée …) transformé en fibre (la polymérisation) par un lourd processus rejetant une quantité astronomique de CO2. Cerise sur le gâteau, les agents chimiques utilisés pour fabriquer les matières synthétiques sont éliminés au fur et à mesure des lavages de nos vêtements. 

Caoutchouc recyclé

Utilisé bien souvent pour les semelles de chaussures de marque engagée, le caoutchouc recyclé permet d’éviter l’exploitation de matière neuve inutilement. Le caoutchouc naturel est obtenu à partir du latex de l’arbre hévéa, une culture très controversée tandis que le caoutchouc synthétique à partir de pétrole, tout aussi controversé et encore plus polluant !  Les déchets de caoutchouc sont fréquents : pneus de voiture et de vélo, anciennes semelles de chaussures, … les réutiliser apparaît comme une solution éco-responsable et économique. 

Une mode plus durable est possible et cela passe entre autre par le choix de matières éco-responsables. 

Dans cette catégorie...

Catégories
Lifestyle

Ces solutions écolos qui ne sont pas tellement écologiques

Face à l’urgence climatique, nous sommes nombreux à essayer d’agir comme on peut au quotidien pour limiter notre impact sur l’environnement. Astuces zéro déchet, seconde main, matières recyclées,… Beaucoup de petites solutions s’offrent à nous. Mais sont-elles vraiment toutes aussi écologiques que ça ? Zoom sur quatre d’entre elles qu’il faudrait peut-être éviter…

Les totes bags (et les gourdes)

Les tote bags sont certainement un des objets les plus évidents à placer dans cet article. Ces sacs en toile employés pour remplacer leurs homologues en plastiques connaissent une popularité folle depuis de nombreuses années. Utilisés à des fins marketing, on en reçoit partout, tout le temps. Nous avons tous des tote bags inutiles qui trainent au fond de nos placards, à ne plus savoir qu’en faire. Ils ont beau être en coton bio ou recyclé, leur fabrication implique des dépenses énergétiques, des matières premières et des déchets. Pareil pour les gourdes d’ailleurs… C’est évidemment mieux de boire de l’eau en gourde que d’acheter des bouteilles en plastiques tous les jours mais est-ce vraiment utile de posséder 5 gourdes dans ses tiroirs ? D’ailleurs, pensons à privilégier si possible des gourdes en métal ou en verre. 

On fait quoi alors ? Luttons contre ces “nouveaux” supports marketing écolos mais pas si écologiques du tout en refusant un maximum ceux qu’on reçoit. Le message finira peut-être par passer

Les huiles essentielles

Très utilisées dans les cosmétiques et produits de nettoyage fait maison et zéro déchet, les huiles essentielles ont pourtant un impact écologique non négligeable. En effet, aussi naturelles soient-elles, ces essences végétales très demandées provoquent la surexploitation de cultures et de plantes sauvages. Un réel danger pour la biodiversité et un risque de disparition progressive pour certaines espèces… 

Obtenue grâce à la distillation des composés aromatiques des plantes, la production d’une huile essentielle demande des quantités affolantes de matières premières.  Par exemple, pour produire 1kg d’huile essentielle, il faudra 2000 oranges ou 3 à 5 tonnes de pétales de roses!

ll faut également savoir que la concentration de certains de ces élixirs est parfois tellement importante que ça les rend toxiques une fois rejetés dans l’environnement. C’est le cas particulièrement pour les huiles essentielles d’agrumes notamment. 

C’est pour ces raisons qu’appliquer des huiles essentielles dans les produits de soin et/ou d’entretien n’est pas une si bonne idée en termes d’écologie. En effet, dans les eaux usées ces produits très puissants et concentrés impactent négativement l’écosystème.

On fait quoi alors ? On évite d’utiliser des huiles essentielles à la moindre occasion, notamment juste pour leur parfum. On favorise les producteurs locaux et on réserve leur utilisation à des fins thérapeutiques. 

➡️Les huiles essentielles et leur impact écologique méconnu

Vinted ou la seconde main surconsommée

Évidemment, favoriser des achats mode de seconde main restera toujours mieux que d’acheter des vêtements neufs, qui plus est provenants de la fast fashion. Cependant, avec Vinted et toutes les pépites qu’on peut y dénicher facilement, nous sommes nombreux.ses à parfois en abuser. Acheter de seconde main à tendance à nous faire déculpabiliser et oublier que le mieux reste de limiter ce qu’on possède. Il ne faut pas perdre de vue également qu’un vêtement en fibre synthétique, acheté en seconde main ou non, libère des microfibres de plastique à chaque lavage. Des microplastiques que peu de stations d’épuration sont capables de filtrer… et qui finissent donc dans l’écosystème aquatique. 

On fait quoi alors ? On continue à favoriser la seconde main mais tout en limitant la quantité de vêtements qu’on possède et, surtout, on essaie de prêter attention aux matières premières.

Le sapin de Noël artificiel

On vous l’accorde, au moment où on publie cet article, les sapins de Noël ne sont pas vraiment de saison. Mais on avait quand même envie d’en parler ici. Nombreuses sont les personnes qui pensent bien faire en achetant un sapin artificiel, et donc réutilisable, pour Noël. En plus d’être pratiques et de ne pas salir, ces sapins remplacent les arbres naturels habituels. Cependant, s’ils ne demandent pas de couper un sapin dans la nature, ces arbres sont faits de matières synthétiques et ultra polluantes. De plus, fabriqués généralement en Asie, leur transport est également très polluant. En bref, pour amortir l’impact environnemental d’un sapin artificiel, il faudrait jusqu’à 10 ans d’utilisation. À savoir qu’en moyenne peu de gens gardent leur sapin artificiel aussi longtemps… 

On fait quoi alors ? Bien sûr, si vous possédez déjà un sapin artificiel, gardez-le et utilisez -le le plus longtemps possible. Si ce n’est pas le cas, le top du top serait un sapin DIY créatif comme on en voit de plus en plus sur Pinterest. Si vous préférez quand même un “vrai” arbre, ce que nous comprenons parfaitement, optez alors pour un sapin belge, cloué sur support (en effet, contrairement à ce qu’on pense, un sapin avec une motte n’est pas conseillé car favorise l’appauvrissement des sols des sapinières) et labellisé. Retrouvez plus de conseils à ce sujet dans cet article.

Nous espérons que cet article vous aura apporté quelques pistes de réflexion. Mais, comme toujours, chez Mode in Belgium nous sommes adeptes d’un discours conscientisant mais non culpabilisant. L’idée est d’être informé.e.s pour agir en conscience et du mieux qu’on le peut, chacun à notre échelle. Pas vrai ? 

➡️Éco-anxiété : zoom sur ce phénomène contemporain

➡️5 objets du quotidien à ne plus jeter

Dans cette catégorie...

Catégories
Lifestyle

10 activités slow et éco-responsables à faire en été

Les mois de juillet et d’août signifient généralement vacances. Si tout le monde n’a pas la chance de partir à l’étranger ou de poser un grand nombre de jours de congés, la saison invite néanmoins à ralentir. Il fait beau et chaud, le rythme est plus cool, les journées sont plus longues et les soirées sont douces. Ne serait-ce pas le moment parfait pour s’initier à la slow-life ? 

L'été sera slow : 10 activités à faire pour profiter

Se promener dans les bois

Un pique-nique zéro-déchet, une gourde d’eau, de bonnes chaussures, partez à la découverte des forêts de Belgique. En famille, entre amis ou seul.e, se promener dans les bois appelle à la sérénité. En plus, il y fait généralement plus frais ! Couplez cette sortie avec une rivière et vous avez une journée d’été parfaite et rafraîchissante. 

➡️4 balades insolites à (re)découvrir

➡️Les jolies balades à faire dans la région d’Arlon

➡️10 conseils pour une journée de randonnée

Une journée en train à la mer du nord

Testez d’autres moyens de locomotion pendant cet été. Adieu la voiture, montez dans le train direction la mer du nord pour une journée salée. Le train a de nombreux avantages : pas de tracas pour se garer, pas d’embouteillage sur la route et rapide. Le voyage commence dès que vous mettez un pied dans le wagon.  

Faire des siestes

Prenez l’habitude des pays du sud et faites une sieste ! Accordez-vous une pause en début d’après-midi et savourez ce moment. Nos préférées ? Dans le hamac dans le jardin, si vous avez la chance d’en posséder un. 

Déconnecter des réseaux sociaux

Combien de temps en moyenne passez-vous sur votre téléphone ? Une statistique qu’on n’ose pas trop observer ! Essayez pendant 24h de déconnecter totalement des réseaux sociaux (et même de votre téléphone). L’été est la période idéale pour tester cette digital détox. Beaucoup de gens sont en vacances, le rythme est ralenti, profitez-en pour faire de même et savourez l’instant présent. 

Organiser un pique-nique

De bons produits frais (et locaux), une nappe ..  installez-vous au parc le plus proche de chez vous pour un pique-nique ! Une manière originale de terminer votre journée. Mais, bien-sûr, ramassez tous vos déchets et laissez le lieu aussi propre que vous l’avez trouvé.

Faire une balade en vélo

Dans la même veine que le train, testez le vélo ! Pas besoin de faire beaucoup de kilomètres, partez de chez vous et découvrez les environs à deux roues. Vous pouvez également opter pour le RAVel, le réseau wallon de vélo route ultra accessible. 

Dormir sous tente

C’est le moment où jamais pour dormir en extérieur. Vous avez une tente 2 secondes qui traine dans votre grenier ? Lancez-la dans le jardin et improvisez une soirée nature. Pas de jardin ? La plateforme belge Welcome To My Garden propose aux propriétaires de jardins de mettre à disposition un espace de bivouac gratuit pour les slow travelers. 

tente

Observer les étoiles

L’été, le ciel est souvent dégagé et cela en fait la période idéale pour observer les étoiles à la tombée de la nuit. Avec un peu de chance, vous pourrez même observer des étoiles filantes (le pic d’activité aura lieu la nuit du 12 au 13 août). 

(Re)Visiter un musée

Qu’il pleuve ou qu’il fasse très chaud, le musée est le lieu idéal où se réfugier : à l’abri et avec la climatisation ! Faites-en une bonne excuse pour visiter un musée de votre région et découvrir de nouvelles choses.

Tester de nouvelles activités

 Profitez de votre temps libre cet été pour tester de nouvelles activités. En plus de booster votre confiance en vous, développer votre créativité et votre imagination, vous découvrirez peut être une nouvelle passion. Vous pouvez par exemple vous initier au packraft (randonnée en kayak léger), au yoga, à la poterie, à la photographie, … 

➡️10 lieux nature où se baigner en Belgique 

BONUS : Organiser un ramassage de déchets

En famille (c’est une activité géniale pour sensibiliser les enfants à l’écologie) ou entre amis, organisez un ramassage de déchets dans un beau lieu naturel. En plus de découvrir un nouvel endroit et d’être à l’air libre, vous contribuerez à une bonne action pour notre planète. 

Notre série d’articles slow travel

Dans cette catégorie...