Vous souhaitez travailler avec nous ? Découvrez nos services ➡️ 

Mode in Belgium

Le webzine lifestyle conscient belge

Catégories
Beauté

Décrypter les étiquettes des produits de beauté : 4 conseils

Vous êtes à la recherche de cosmétiques sains et respectueux de l’environnement, mais vous ne savez pas où chercher ni comment vous orienter ? Vous vous sentez perdu face aux nombreuses étiquettes et informations présentes sur les produits ? Découvrez nos conseils pour décrypter les étiquettes des produits de beauté. 

Les cosmétiques pour hommes belges et naturels

La salle de bain 100% belge de la rédac’

Une réglementation très stricte

La réglementation des étiquettes des cosmétiques est très stricte, car elle joue un rôle important dans le choix des produits et dans la protection de la santé des consommateurs. 

Les fabricants de produits de beauté ont l’obligation d’indiquer clairement et de manière visible certaines informations sur leurs étiquettes, notamment le nom du produit, sa composition, le lieu de fabrication, le distributeur, les précautions d’emploi, le volume, la date de conservation après ouverture et le numéro de code de lot. 

Mais encore faut-il savoir lire ces compositions (qui sont parfois à rallonge … !). Évidemment, on ne peut que vous encourager à opter pour des cosmétiques certifiés bio  et avec un maximum d’ingrédients naturels (et si c’est belge, encore mieux *sourire*).

4 conseils pour décrypter les étiquettes

1. Repérer les ingrédients à fuir

Le premier conseil que l’on peut partager est de repérer les ingrédients à bannir et/ou éviter dans la composition de vos produits cosmétiques: 

  • BHA et BHT : antioxydant et conservateur de plus en plus rares mais qui existent encore parfois dans certains produits. Perturbateurs endocriniens, toxiques et possiblement cancérigènes, ils n’ont rien pour eux. 
  • Parabens (propylparaben, butylparaben, isobutylparaben, methylparaben et ethylparaben) :  également classés perturbateurs endocriniens et cancérigènes, les parabens sont utilisés comme conservateur dans les cosmétiques. 
  • MIT (méthylisothiazolinone) : celui qui remplace bien souvent les parabens dans les cosmétiques et qui pourtant n’a rien de bon non plus. 
  • Ethylhexyl methoxycinnamate : un filtre UV fréquemment utilisé dans les crèmes solaires mais également les crèmes de jour, il est reconnu comme ayant une action sur les œstrogènes la fonction thyroïdienne. 
  • Triclosan : un agent antibactérien de plus en plus rare et heureusement car c’est un puissant perturbateur endocrinien. 
  • Alcohol : si il est en première position il est très irritant et asséchant pour la peau. 
  • Alkylphénol : agent émulsifiant (nettoyant) qui est soupçonné d’avoir un impact sur la fertilité et sur le fœtus. 
  • Ethers de glycol : des solvants utilisés comme parfum très irritants pour la peau.
  • Huiles minérales (Paraffinum, …) :  ce sont des dérivés de pétrole, peu coûteuses et stables dans les formules et donc fréquemment utilisées, elles sont pourtant nocives pour la santé. 
  • Silicones (suffixe en -one ou -ane) : souvent présents dans les shampoings mais aussi les crèmes pour le visage. Mauvais pour nous mais également pour l’environnement, ils mettent une éternité à se dégrader dans l’environnement et perturbent l’écosystème. 
  • Sels d’aluminium : bien souvent dans les déodorants, très possiblement cancérigènes et assurément perturbateurs endocriniens, on les évite!

… Et oui la liste est longue malheureusement ! Des applications existent aujourd’hui pour vous aider à scanner vos produits comme Yuka ou Inci Beauty.

2. Faire attention à l’ordre des ingrédients et leur nombre

Les ingrédients sont classés par ordre décroissant, c’est-à-dire que les premiers inscrits sont ceux présents en plus grande quantité dans le produit. Cela peut vous donner un bon indice de la qualité du produit : substances nocives en premier ingrédient ? Bye bye ! De plus, le nombre total d’ingrédients est également un bon indicateur, mieux vaut privilégier les compositions les plus simples. 

3. Différencier les substances naturelles et chimiques

Les marques sont obligées d’utiliser la nomenclature INCI ((International Nomenclature of Cosmetic Ingredients). Cette nomenclature indique que les ingrédients naturels doivent être notés de leurs noms latins (Aqua par exemple pour l’eau) tandis que les produits chimiques sont en anglais (Alcohol pour l’alcool).

4. Reconnaître les labels

Les labels des produits cosmétiques sont essentiels pour aider les consommateurs à prendre des décisions éclairées en ce qui concerne leurs produits cosmétiques. Les principaux labels qui sont souvent recherchés sont ceux qui déclarent que le produit est exempt de produits chimiques nocifs, non testé sur les animaux et/ou fabriqué avec des ingrédients écologiques. Quelques labels auxquels être attentifs (liste non-exhaustive) : 

  • Ecocert : un des labels les plus répandus en Europe pour les cosmétiques bio et dont le cahier de charges est très stricte (95% d’ingrédients naturels et issus de l’agriculture biologique minimum, ingrédients issus de ressources renouvelables, …).
  • Slow Cosmétique : qui n’est pas un label mais une récompense remise une fois par an aux marques dites “propres” et slow. 
  • Ecogarantie : un label belge qui ne tolère aucun produit issu de la pétrochimie. 
  • Cruelty free (and vegan) : qui assure que le produit n’est pas testé sur les animaux (et sans ingrédients d’origine animale ni dans le produit ni dans l’emballage). 

Retrouvez également notre article sur les labels de mode la  éco-responsable.

Voici 4 conseils qui devraient vous aider à décrypter les étiquettes des produits de beauté et vous aider dans votre choix. 

Dans cette catégorie...