Vous souhaitez travailler avec nous ? Découvrez nos services ➡️ 

Le webzine lifestyle conscient belge

Catégories
Lifestyle Sorties

Voyager de façon éco-responsable 

Tout le monde aime voyager (enfin, presque!). Pourtant, le tourisme (les déplacements mais aussi les infrastructures construites et les activités touristiques) ne sont pas très éco-responsables. Que faire ? Ne plus voyager? Voyager de manière consciente ? Y a-t-il des solutions pour voyager de façon éco-responsable ? On vous livre nos pistes de réflexions. 

L’avion pointé du doigt

Le voyage implique un déplacement : on part découvrir autre chose, on souhaite s’éloigner de chez soi. Le tourisme est motivé par la découverte et le dépaysement, il faut donc se déplacer. 

Les voyages en avion sont très souvent pointés du doigt car ils engendrent de fortes émissions de CO2 et pèsent lourd dans la balance du bilan carbone personnel (nous vous invitons d’ailleurs à calculer votre bilan carbone). Pourtant, à l’échelle mondiale, les voyages en avion ne concernent que moins de 10% de la population (source). Pourquoi l’avion est-il tant mal vu alors ? Car, c’est malgré tout l’un des moyens de transports (avec les croisières) les plus polluants du monde* et le problème réside dans le fait que prendre l’avion est devenu un acte normal et ce, même pour des “petites” distances et des courts séjours. 

Exemple : “Un aller-retour Bruxelles-New York a autant d’effet sur le climat que de rouler toute une année en voiture moyenne ou d’utiliser 1100 litres de mazout” (source).

Les moyens de transports plus green

Faut-il arrêter de prendre l’avion? Il faut en tout cas repenser sa façon de voyager et réfléchir à ses moyens de locomotion. Quelques exemples : 

  • Prendre l’avion moins souvent et l’éviter pour les distances inférieures à – de 1500 km. 
  • Essayer de ne pas partir en avion pour un court séjour. Le décollage et l’atterrissage sont les deux moments les plus polluants du vol et prendre deux fois l’avion sur un même week-end a un très lourd impact environnemental. 
  • Si l’avion est le moyen de transport le plus adapté, chercher un vol sans escale si possible. 
  • Opter pour des moyens de transports plus green comme le train, l’autocar ou le covoiturage quand cela est possible. Nous vous conseillons le comparateur TicTacTrip qui met en avant les trajets en bus, train et covoit’ (et on évite de regarder les offres alléchantes de Ryanair, *oups*). 
train

Le train est un des moyens de transport ayant le plus faible impact CO2. Certes, il est parfois cher (en fait, en retournant la situation, le problème vient aussi du très faible coût des avions low costs) mais de plus en plus d’offres existent pour favoriser ce mode de transport. Les trains Ouigo en France ou Izy qui font la liaison Bruxelles-Paris; l’Interrail qui permet de voyager à volonté sur une période déterminée en Europe, et le train de nuit qui se développe de plus en plus !

Enfin, on peut aussi compenser ses émissions de CO2 liées au voyage avec des plateformes comme Greentripper qui permet de sélectionner des associations en lien avec l’environnement.  

Compensations possible pour un aller retour en avion Valencia - Bruxelles

Le voyage n’est pas une compétition

Vous avez peut-être une bucket list de voyage à réaliser au cours de votre vie (à la rédac’, on en a une en tout cas). Mais voyager de façon éco-responsable nous invite à repenser notre comportement et ne pas envisager le voyage comme une compétition. Encore un concept “slow” à adopter! 

➡️Slow food 

➡️Slow life 

➡️Slow fashion 

Le slow travel s’oppose au tourisme de masse et implique de prendre son temps, s’imprégner de la destination, vivre chaque expérience de manière consciente et ne pas faire la course aux sites “à voir absolument”. 

Des gestes éco–responsables sur place

Ce n’est pas parce qu’on est en vacances qu’on oublie nos petits gestes éco-responsables du quotidien. Voyager de façon éco-responsable c’est essayer de minimiser le plus possible l’empreinte écologique de son passage. Cela peut, entre autres, passer par le choix d’un hébergement qui s’engage dans une démarche écologique. En Belgique, par exemple, les établissements (hôtels, chambres d’hôtes, gîtes) reçoivent la certification Greenkey pour récompenser leurs efforts en matière de protection de l’environnement (et bonne nouvelle : vous pouvez les réserver avec vos éco-chèques). 

Une fois sur place, privilégiez les activités douces comme les balades à pied ou à vélo, empruntez les transports publics, continuez de trier vos déchets, mangez local, … 

➡️Les gestes éco-responsables à adopter en voyage

Staycations en Belgique

Qui a dit qu’il fallait aller loin pour être dépaysé ? La Belgique regorge de pépites! 

Ces articles pourraient vous intéresser:  

➡️Un staycation détente au Thon Hôtel Bristol Stéphanie, on dit oui !

➡️L’Anahata – Forest at home, un gîte chaleureux pour un séjour nature en Ardennes

➡️Lieux exceptionnels où s’évader en Belgique

➡️3 endroits en Belgique pour se reconnecter avec la nature

Voyager de façon éco-responsable (ou en tout cas faire de son mieux pour y arriver), c’est possible! Pensez-y pour cet été. 

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Comment savoir si une marque de mode est éthique et éco-responsable?

Lorsqu’on fait du shopping, ce n’est pas toujours facile de savoir si une marque est éthique et éco-responsable ou pas. C’est pourquoi nous vous donnons ici les 4 critères à analyser pour connaître l’impact environnemental et humain des marques.

Le respect de l’environnement

Pour savoir si une marque est respectueuse de l’environnement ou non, il faut faire attention à 4 critères. Le nombre de déchets vestimentaires qu’elle jette par an, son impact en émission de carbone, sa consommation d’eau, et, si elle utilise des matières issues de ressources renouvelables ou non.

➡️La teinture végétale pour une mode plus éthique

Du côté humain

Après le scandale quant au fait que Inditex (le groupe espagnol à qui appartient Zara, Pull and Bear, Bershka, Stradivarius et encore plus d’autres) qui exploite les Ouïghours, les marques ont été obligées d’être transparentes vis-à-vis des conditions de travail dans leurs usines. Et voici ce à quoi il faut faire attention. Tout d’abord, si une marque veut pouvoir se revendiquer éthique, le respect des droits et de la santé des travailleurs sont des facteurs indispensables. Ensuite, la connaissance des fournisseurs est également importante.

Et les animaux dans tout ça ?

Malheureusement, les tests en laboratoire sur les animaux sont encore une triste réalité aujourd’hui. Quand on parle de test, il faut entendre par là : la souffrance qui est infligée aux animaux, le risque de mortalité ainsi que les marchés controversés.

Pas d’information = une information

Dans le cas où malgré vos recherches acharnées vous ne trouvez rien, ce manque d’informations reste une très grosse information malgré tout. Si une marque ne dévoile rien de son impact sur l’environnement, il est assez facile d’en déduire qu’elle a des choses à se reprocher. Et il en va de même pour son côté humanitaire.

Néanmoins, les marques de fast fashion ayant compris l’enjeu de véhiculer une image de marque éco responsable, n’hésitent pas à faire du greenwashing… Donc attention de ne pas tomber dans le panneau lors de vos recherches.

➡️Le glossaire de la mode éthique et responsable 

Comment faire pour trouver des sources d’informations fiables ?

On n’allait évidemment pas vous laisser sans vous donner nos astuces ! Pour vous aider dans vos recherches, on vous a trouvé une application super pratique : Good on You. Cette application (en anglais attention) est une source fiable pour découvrir les côtes de durabilité des marques de mode. Et en plus de vous donner le score des marques dans les facteurs cité ci-dessus elle vous donne des alternatives éthique et éco-responsable !

Les labels

Un autre indice plutôt pratique : les labels. Le label “faire wear” est un label qui assure que la marque collaborant avec ce label assure le respect des droits des travailleurs. Le label “GOTS” (Global Organic Textile Standard) cette certification allie les considérations écologiques au respect des conditions de travail lors de la production textile. Étant donné que ses critères environnementaux et sociaux sont très élevés, le standard GOTS est le plus reconnu mondialement en termes de fabrication de textile à partir de fibres biologiques. Un autre label très connu est le label  “STANDARD 100 by OEKO-TEX®/ OEKO-TEX®”, celui-ci assure que le vêtement ne contient aucun produit chimique nocif pour la santé.

Malheureusement même dans des labels qui ont été créés à des fins informatives, se trouvent des pièges. Les marques de fast fashion ayant compris l’enjeux de la consommation éco-responsable n’ont pas hésité à créer, et à s’auto attribuer des certifications afin de tromper le consommateur. Mais là encore, il s’agit de greenwashing car, tout est exagéré et inventer pour faire croire au consommateur que eux aussi produisent des produits éthique et éco-responsable. L’exemple le plus frappant est le label “conscious” de chez H&M qui promet aux consommateurs une gamme de vêtements éco-responsables. Malheureusement, la marque n’offre pas assez de garantie sur la provenance de ses produits et n’affiche aucun des labels vus plus hauts qui certifie réellement quelque chose…

Bien entendu, ne perdez pas de vue que tout, et tout le monde, n’est pas parfait. C’est plutôt difficile de trouver des marques qui cochent toutes les cases d’une mode éthique et éco responsable. Comme bien souvent, tout est question de trouver le juste équilibre. Si la marque fait un minimum d’effort et que vous de votre côté vous en faites aussi, en faisant des achats réfléchis, c’est déjà un très bon début !                

➡️Les applications de mode éco-responsable
                           

Article écrit par Aline Vlasselaer

Dans cette catégorie...