Vous souhaitez travailler avec nous ? Découvrez nos services ➡️ 

Mode in Belgium

Le webzine lifestyle conscient belge

Catégories
Lifestyle

Eco Tap : le zéro déchet facile

D’où vient Eco Tap ?

C’est en faisant leurs courses dans les magasins bios qu’Arthur et Olivier, les créateurs, ont eu cette idée. En passant par le rayon des produits liquides (liquide vaisselle, nettoyant sol et autre), ils ont remarqué ce manque à compenser. Les clients ont parfois du mal à mettre les liquides dans leurs récipients, ça coule et ça laisse du liquide sur le récipient. De même pour le gérant du magasin qui doit souvent nettoyer le rayon car les liquides coulent sur le sol et les étalages.

Ça marche comment ?

Il s’agit d’une machine ! La machine d’Eco Tap rempli le liquide que vous avez choisi dans leur propre bidon. Il n’y a donc plus de manipulation à faire pour remplir soit même un récipient. C’est plus facile pour le client et c’est un gain de temps pour le vendeur, qui ne doit pas repasser pour nettoyer. Lorsque que vous avez fini votre produit, vous devez nettoyer le contenant et vous pouvez ensuite retourner au magasin pour remplir ce même récipient du liquide de votre choix. L’innovation d’Eco Tap a donc un réel impact sur l’environ.

Chez Eco Tap, tout est belge. Que ce soit la machine, le bidon ou le liquide choisi.

Eco Tap a créé une gamme de produits ménagers comme du liquide vaisselle, de l’adoucissant ou encore de la lessive liquide.

Par la suite, il développeront une gamme de produits pour le corps, qui sera disponible dans une autre machine.

Slow fashion : nos conseils pour prendre soin de nos vêtements 

Trop cool ! On trouve ça où ?

Chez Bio Vrac à Uccle. Et à partir de la mi-février, Eco-tap arrivera chez Carrefour Mestdagh porte de hal, Origin’O à Uccle, Belgomarkt à Schaerbeek et chez Autre Chose à Rixensart. Ce n’est qu’un début, bientôt la machine sera disponible dans d’autres lieux de vente. Et si la marque est un franc succès, nous pouvons imaginer que dans quelques années, elle sera aussi disponible dans les supermarchés du coin. 

Shanon Beauprez

Dans cette catégorie...

Catégories
Mode

Korpafrip, le seconde main tendance

La mode est un cycle perpétuel

Elisa est étudiante en droit à Bruxelles mais elle est aussi, et surtout, passionnée de mode depuis son plus jeune âge! 

Ancienne acheteuse compulsive en reconversion” se définit-elle. “J’ai décidé de réfléchir à mon mode de consommation, à essayer d’acheter mieux. C’est donc vers le seconde-main que je me suis tournée. J’avais déjà été initiée par ma grand-mère en étant plus jeune mais c’est maintenant ma façon principale d’acheter des vêtements” explique Elisa. Et elle y trouve des pépites ! 

La mode est un cycle perpétuel et il suffit parfois de remettre une pièce ou un accessoire au goût du jour à l’aide d’une autre pièce ou d’une retouche pour donner une nouvelle vie à un vêtement. Elisa se dédie donc à trouver des pièces, les accessoiriser, les customiser et les vendre sur sa page facebook ainsi que lors de vide-dressings et autres événements. 

©Korpafrip

A tous ceux qui sont déjà entrés dans une friperie, une boutique solidaire ou une brocante, il est vrai que les piles de vêtements, les tailles mélangées et autres sont parfois un frein ! Avec Korpafrip, une partie de la recherche est déjà accomplie pour vous. 

La jeune femme, très polyvalente, a aussi suivi des cours de couture et vend quelques unes de ses créations (et on adore ! ). Elle aime également conseiller et aider chaque personne. “J’aide les gens à développer un style unique” nous dit-elle. 

Korpafrip X ….

Elisa adore collaborer avec d’autres personnes: @riel_do (artiste, tatoueuse) qui a customisé des t-shirts avec ses dessins mais aussi des photographes et des modèles belges (@marieconscience, @labelgegosse, @julietbonhomme, …). L’idée est de pouvoir, en tant que femme ou homme, se repérer par rapport à ces modèles. Tout le monde peut se reconnaître. 

©Korpafrip X riel_do

Elisa a encore beaucoup d’idées et de rêves. De notre côté, on reste connecté et on la soutient dans son aventure !

Dans cette catégorie...

Catégories
Lifestyle

“Il n’est pas de hasard, il est des rendez-vous”: le premier livre de Virginie Stassen

Il y a quelques semaines, Virginie Stassen nous a gentiment proposé de nous envoyer son tout premier livre. Toujours à l’affût pour découvrir de nouvelles pépites littéraires et pour soutenir nos auteurs belges, nous avons bien sûr accepté sa proposition. Au final, nous ne sommes pas déçus et on vous dit pourquoi!

Un recueil de nouvelles sur des sujets forts

Pour son premier livre, cette nouvelle écrivaine belge a décidé de se lancer dans un recueil de nouvelles. Il s’agit vraiment du format idéal quand on n’a pas le temps – ou l’envie – de se plonger dans un long roman. De plus, toujours au niveau de la forme, il faut souligner que cet ouvrage se laisse lire très facilement.

Bien que certains passages soient plutôt amusants voir même cocasses, ce n’est pas une lecture que l’on peut qualifier de “légère”. Les 8 petites histoires qui sont regroupées dans ce recueil abordent chacune des thèmes très différents mais qui se rejoignent de par leur force. On y parle de viol, de l’emprise d’une mère sur sa fille, de suicide,… Il faut bien le reconnaître, ce n’est pas très réjouissant. Il s’agit de sujets qui pourraient concerner chacun d’entre nous ou que nous avons peut-être même déjà vécus, c’est pourquoi nous risquons tous d’avoir un ressenti différent en les lisant.

Un condensé d’émotions

Aborder des questions aussi compliquées en un nombre de pages réduit implique forcément que tout s’enchaîne très vite. A peine le décor est-il planté que les événements se succèdent pour en arriver au dénouement. Du coup, le lecteur est parfois bien remué et passe par différents états en un rien de temps. Le risque c’est que pour certaines histoires, on frôle parfois le « too much », mais c’est un parti pris osé qui fait qu’au moins, on a la certitude que cela ne laissera pas indifférent et que l’on n’oubliera pas tout de suite ce que l’on vient de lire.

Virginie Stassen: de journaliste à écrivaine

©Virginie Stassen

Née à Liège, Virginie Stassen est journaliste dans le domaine de l’immobilier, de la culture et de la psychologie. Avec « Il n’est pas de hasard, il est des rendez-vous », elle signe son premier ouvrage de fiction. Nous saluons son travail et surtout sa belle plume grâce à laquelle elle a réussi le défi de parler simplement de sujets aussi sensibles.   

A la découverte des éditions Le Scalde

Grâce à cette lecture, nous avons aussi découvert les éditions Le Scalde. Une maison d’édition située dans le nord de la capitale qui publie des romans ainsi que des recueils de nouvelles et de poésie. Son fondateur, Eric Fagny, met un point d’honneur à promouvoir «des textes exigeants et novateurs qui font appel à l’intelligence du lecteur”.

Julie Jandrain 

Dans cette catégorie...